La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Capitalisme > Vive(nt) les Riches, les très très Riches

Vive(nt) les Riches, les très très Riches

mardi 7 mai 2019, par René Merle

Bon, le vieux, très vieux refrain, qui court depuis 1788 : ce sont les capitalistes et les riches qui donnent du travail, et on ne peut que les en féliciter

Je suivais ce dimanche la toujours intéressante émission C politique, sur la 5 (service public donc). Une ancienne dirigeante du MEDEF et un éminent paléoanthropologue étaient en promotion. Il y avait aussi là un député LRem partisan de la chasse, et les trois invités se sont empoignés sur cette question, chacun en référant à ses origines ou son implantation rurales, ce qui ne manquait pas de sel. Mais bon, ce n’est pas de cela que je voudrais vous entretenir, mais bien de la réaction de l’ex dirigeante du MEDF et de l’éminent anthropologue à la présentation qu’une jeune économiste venait faire du rapport Forbes, rapport, vous l’avez sans doute appris, qui montre que la richesse du monde est dans les mains d’une infime catégorie de privilégies, et que les inégalités vont croissant, les riches de plus en plus riches, et les travailleurs producteurs des richesses laissés en plan, quand leur niveau de vie ne régresse pas.
Réaction attendue de l’ex représentante du MEDEF, qui bottait en touche, en pointant la pauvreté du côté de l’Afrique subsaharienne, et les inégalités dans nos bénis pays occidentaux : inégalités qui ne sont pas en fait condamnables, car les détenteurs de ces fortunes inimaginables font vivre des millions de personnes, qui leur doivent leur travail et leur revenu.
Renfort inattendu du paléoanthropologue : ces riches et ces puissants jouissent légitimement du fruit de leurs initiatives ; d’ailleurs chaque époque de grand mutation techno-économique a vu ainsi fleurir les personnes de ceux qui ont eu le cran et l’initiative de se lancer dans l’innovation. Le tout couronné par un hymne au Président Macron.
Bon, le vieux, très vieux refrain, qui court depuis 1788 : ce sont les capitalistes et les riches qui donnent du travail, et on ne peut que les en féliciter… Fermez le ban.
J’avais rarement vu aussi clairement s’associer un patron défenseur des intérêts capitalistes, ce qui est bien naturel, et une éminente figure des « capacités » (comme on disait jadis), unis dans la bonne conscience d’être du bon côté de la barrière sociale… Ça doit être cela que l’on appelle l’idéologie dominante...
Car il est vrai que ces idéologues jouent sur du velours : l’anesthésie populaire est telle que le premier clampin venu, qui va pleurant sur le niveau de vie en baisse, les services publics en berne, etc. , vous dira que tout ceci est la faute des migrants…
Mais malgré tout, d’aucuns se souviennent qu’après 1788 s’en est venu 1789…

Répondre à cet article

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0