Categories

Accueil > France contemporaine politique > Macronisme > De l’allocution présidentielle du 31 décembre

De l’allocution présidentielle du 31 décembre

mardi 1er janvier 2019, par René Merle

et de l’hybris du Président

ὕϐρις ?

Je ne fais pas partie du fan club de l’ex-ministre de l’Intérieur.
Mais j’avais particulièrement apprécié sa remarque au micro de BFM TV le 6 septembre dernier, à propos du Président et de son gouvernement. Le 6 septembre, c’est si loin… Mais voilà, après une journée où se repassa en boucle le dernier avatar du sparadrap indécollable Benalla, c’est à cette remarque que j’ai repensé en écoutant hier soir l’arrogante et hypocrite allocution de notre Président Une leçon macronienne de jésuitisme

« Pour ma part, je pense qu’aujourd’hui peut-être les uns et les autres, nous avons manqué d’humilité (…) En grec, il y a un mot qui s’appelle l’hubris. L’hubris, c’est la malédiction des Dieux. Quand à un moment donné vous devenez trop sûr de vous, que vous pensez que vous allez tout emporter… Il y a une phrase qui disait : « les Dieux aveuglent ceux qu’ils veulent », donc il ne faut pas que nous soyons dans la cécité » disait lui qui était alors encore ministre de l’Intérieur.

Nous l’avons vu reparaître hier soir l’hubris du Président. Je ne sais quels Dieux aveuglent celui qui jette de l’essence sur le feu en prétendant l’éteindre. Mais à coup sûr ils veulent le perdre.

Répondre à cet article