La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > Georges Clemenceau - Emmanuel Macron

Georges Clemenceau - Emmanuel Macron

vendredi 24 janvier 2020, par René Merle

Clémenceau du sang sur les mains. Et son admirateur de l’Élysée ?


L’Assiette au beurre, 14 septembre 1907
Notre jeune Président a souvent salué la mémoire du « Père la Victoire » ; Georges Clémenceau, et ce encore le 11 novembre dernier.
On peut aussi se souvenir aussi d’une autre victoire, celle qu’à coups de fusil et de sabre le gouvernement radical de Clémenceau (1906-1909), ses gendarmes et ses soldats remportèrent contre les grévistes et la CGT anarcho-syndicaliste. Parmi les pages les plus sanglantes à l’actif de « l’implacable briseur de grèves » :
Juillet 1907, trois grévistes tués à Raon-l’Étape, Vosges, d’autres succomberont plus tard.
Juin 1908, à Vigneux (Seine et Oise), deux grévistes fusillés dans leur local syndical. Nombreux blessés.
30 juillet 1908, Draveil-Villeneuve Saint Georges (Seine et Oise), quatre manifestants grévistes tués ; des centaines de blessés.
La violence gouvernementale s’abattit aussi sur les viticulteurs, lors de leur grand mouvement de 1907.
À Narbonne, le 19 juin 1907, deux manifestants tués, dont un adolescent ; le 20 juin, cinq manifestants tués, dont une jeune fille.
Victoire était restée à l’Ordre radical-patronal et à son armée, car alors c’était bien l’armée qu’on envoyait contre les grévistes...

Mais alors, me direz-vous, autre temps autres mœurs.
Voilà deux ans que des Français exaspérés manifestent, et il n’y a eu "qu’une" victime, cette malheureuse vieille Marseillaise tuée à sa fenêtre par une grenade (mais là, bon, il ne faut pas exagérer quand même, qu’est-ce qu’elle faisait à sa fenêtre quand les défenseurs de l’Ordre sont dans la rue...).
Donc, pas de sang sur les mains propres de notre start uper en chef ?
Eh non, nous ne sommes plus au temps de Clémenceau, ni même de Jules Moch-François Mitterrand (alors déjà ministre), qui faisaient tirer à balles réelles sur les grévistes en 1947-1948...
Seulement ?
Seulement "un peu" de sang sur un visage tuméfié, un œil crevé, une main arrachée... Un peu de sang sur des centaines et des milliers de vies amochées...
Seulement un climat dissuasif a été créé dans les rues de Paris et de quelques grandes villes, qui fait qu’il faut surmonter sa peur d’être battu, mutilé, éborgné en rejoignant une manifestation.
D’ailleurs, comme nous le dit la porte parole du gouvernement, ne vaut-il pas mieux débattre, en toute démocratie, à l’appel du Président. Vous vous mettez en rond autour de moi, vous m’écoutez, je vous serre les paluches et je m’en vais, et là au moins vous ne risquez pas ce que de mauvaises langues appellent violences policières.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP