La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Court XXe siècle, 1914 - 1945 > France > Femmes résistantes de la MOI

Femmes résistantes de la MOI

mercredi 12 septembre 2018, par René Merle

Femmes et étrangères dans la Résistance

Je n’ai vraiment pas la manie des anniversaires, mais en ce 12 septembre je pense à ce 12 septembre 1944 où les forces de la France libre, qui avaient débarqué le 15 août, faisaient leur jonction en Bourgogne avec les forces alliées venues de l’Ouest. En chassant l’envahisseur nazi et les traîtres, leur avance libératrice avait été fulgurante, grâce au sacrifice de milliers de militaires (majoritairement Maghrébins et Pieds-Noirs) et de résistants de toutes obédiences.
En ces temps où d’aucuns tisonnent dangereusement le feu de l’Identité nationale à la sauce la plus noire, en ces temps aussi où le statut de la femme semble se réduire pour beaucoup sa façon de se vêtir ou de se dévêtir, je pense aussi au courage de ces femmes qui ont joué dans la Résistance un rôle irremplaçable. Et, parmi elles, je pense particulièrement à ces femmes des FTP-MOI [1], étrangères de toutes nationalités, juives souvent, communistes, que les polices française et allemande traquaient avec une particulière cruauté. Particulièrement émouvant est le cliché pris par la célèbre photographe Julia Pirotte [2] lors du défilé de la Libération de Marseille le 29 août. Il est très connu, mais on ne regardera jamais assez ce tout petit groupe d’héroïnes modestes qui, après des années de très dure, mais très efficace clandestinité, avaient participé à l’insurrection patriotique marseillaise de la fin août, héroïnes auxquelles l’histoire officielle est loin d’avoir apporté le respect et la reconnaissance qui leur étaient dues.

Notes

[1La MOI (main d’œuvre immigrée) avait été créée en 1923 par le Parti communiste pour organiser les travailleurs étrangers. Le mouvement de résistance armée des FTP (Francs Tireurs et Partisans) avaient été créés en 1941 à l’initiative du Parti communiste. Les groupes armés FTP-MOI sont créés par le PCF en avril-mai 1942.

[2Polonaise réfugiée à Marseille en 1940, Julia Pirotte, photographe professionnelle, membre de la MOI, a laissé un témoignage bouleversant sur cette période de la Libération.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP