Categories

Accueil > France contemporaine > France contemporaine politique > Macronisme > Du cynisme présidentiel

Du cynisme présidentiel

jeudi 26 décembre 2019, par René Merle

Les citoyens laisseront-ils l’autocratie gagner ?

Cynisme
Tout va bien. Avant que notre Première Dame ne partage le repli silencieux du Président à Brégançon, son déhanché à Abidjan a enflammé les réseaux sociaux. Madame la Ministre des Transports est allée se reposer au Maroc, preuve que la situation nationale n’a rien d’alarmant. Du côté du gouvernement, silence radio jusqu’au 7 janvier. Tout va bien.
Bref la cynique stratégie de l’enlisement est à l’œuvre. « J’ai décidé une réforme, et elle se fera, parce que je le veux ». Quitte à lâcher du lest sur quelques points, qui ne mettent pas le gros œuvre en péril.
Si les citoyens ne réagissent pas plus solidairement et massivement à cette emprise monarchique, (il faut bien dire le mot), si l’autocratie définitivement l’emporte, le Roi Président n’aura plus qu’à tirer totalement le fil du démantèlement des services publics et de la protection sociale. Et nous entrerons pleinement dans le règne du fric, à l’américaine. Vivent les fonds de retraites capitalistes, vivent les assurances santé privées, vivent les cliniques privées, vivent les maisons de retraites privées, vivent les transports privés et le courrier privé, vive la libre concurrence, vive l’enseignement sélectif et privé, vive la victoire des pots de fer sur les pots de terre… Et un Ken Loach français pourra nous faire pleurer sur le mal de vivre, mais il sera trop tard.
Il y a des batailles perdues dont on se relève difficilement, et peut-être même jamais.
A moins que…
Quand la Bastille fut prise, Louis XVI s’enquit auprès du Duc de la Rochefoucauld : « C’est une émeute ? » - « Non Sire, répondit le Duc, c’est une Révolution… »

Répondre à cet article