Categories

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Italie > À propos des élections en Émilie-Romagne

À propos des élections en Émilie-Romagne

mercredi 5 février 2020, par René Merle

De l’hégémonie culturelle de la droite...

La revue italienne en ligne MicroMega vient de publier un très intéressant article sur la situation en Émilie Romagne, et plus largement sur les perspectives nationales italiennes.
Je résume :
Bonne nouvelle que la victoire du centre gauche, mais pas de quoi pavoiser. L’écart est tout à fait minime, et l’on a en fait affaire à une région coupée en deux. Pis, ce sont les zones les plus pauvres qui ont le plus voté Salvini. Et les absentions sont considérables.
« Mais il s’agit d’une victoire paradoxale : la présence d’une extrême droite potentiellement subversive du système des valeurs constitutionnelles, devient de fait la garantie du maintien au pouvoir de cette droite (pas toujours) modérée qu’est devenu la PD émilien ».
Devant ces prises de positions franchement à droite du PD, notamment en matière de réforme électorale, d’urbanisme, de fiscalité, etc., les Sardines, qui ont certes contribué à faire baisser l’abstention, sont un peu comme des troupes irrégulières de ce même PD, sans qu’une vraie pensée critique ne se prononce sur le fond.
L’ancrage à droite du PD a créé les conditions pour une hégémonie culturelle de la droite, comme si, pour arrêter Salvini, il fallait se présenter comme une droite rassurante…
« La crainte est que pour arrêter Salvini en soi, nous serions disposés à donner place au Salvini en moi »…

À lire donc pour les italianophones :
MicroMega

1 Message

  • À propos des élections en Émilie-Romagne Le 5 février à 08:45, par comte Lanza

    Il est assez caractéristique que parmi ceux qui se félicitent du résultat des élections et y voient un encouragement pour l’avenir, il y ait le site de Bernard Henri Lévy, La règle du jeu, sous le titre " Bonnes nouvelles italiennes"….
    https://laregledujeu.org/2020/01/28/35597/bonnes-nouvelles-italiennes/

    L’auteur célèbre la campagne du leader local du PD, "hors-parti, citoyenne, écolo", dans une région "prospère et progressiste, en France, l’on dirait bobo."

    Un lecteur du Monde réagit à l’article suivant
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/01/28/l-emilie-romagne-n-est-pas-l-italie_6027487_3232.html

    " Excellente analyse. Pour avoir participé à une manifestation des sardines dans une petite ville prospère et industrieuse du nord de l’Italie, je peux confirmer que mis à part les étudiants et les intellectuels, habituels porte drapeau de la gauche, il y avait bien peu de représentants des classes populaires. Malgré tout, les sardines marquent des points en sortant de la sidération les électeurs modérés et en les encourageant à participer aux élections. Pari gagné en Emilie-Romagne. Salvini, quoiqu’on en dise, a perdu de sa superbe et mettra un peu de temps à se relever. Ce temps qu’il manque peut-être à la gauche pour se réconcilier avec les classes populaires et surtout à les représenter."

    Inutile de commenter outre mesure, la comparaison avec la situation française saute aux yeux : d’un côté le progressisme (macronien ou autre), de l’autre côté, un adversaire chargé de tous les péchés mais qui, inexplicablement (?) , draine les suffrages des déçus et laissés pour compte du progressisme ...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article