Categories

Accueil > Court XXe siècle, 1914 - 1945 > Russie soviétique > 1919 - Janvier, intervention militaire française contre la Russie (...)

1919 - Janvier, intervention militaire française contre la Russie soviétique

jeudi 17 janvier 2019, par René Merle

Front nord et front ukrainien

En ces premiers jours de 1919, deux mois après l’armistice, alors que les Alliés s’apprêtent à officialiser le dépeçage des Empires (au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes !), le gouvernement de Clémenceau organise l’intervention militaire contre les Soviets. L’obsession de la « menace bolchevik » est bien représentée par la pieuvre rouge de la Une du très répandu Excelsior (17 janvier 1919).

Légende : « Les armées bolchevistes sont indiquées par des rectangles rouges et les armées alliées par des rectangles noirs. La zone d’influence des bolchevistes, en Russie, que nous représentons, ici, par le corps d’une pieuvre, s’étend actuellement vers l’Ouest où une armée rouge s’efforce d’atteindre Varsovie et de culbuter, grâce à la retraite des Allemands, des troupes polonaises qui lui sont inférieures en nombre. Par contre, à l’Est, les forces sibériennes et tchéco-slovaques et, dans le Caucase, les armées Krasnoff et Denikine [armées blanches] ne cessent d’infliger aux soldats de Trotsky de sanglantes défaites. Dans le Nord comme dans le Sud, sur le littoral des deux mers, la situation est relativement calme du fait de la présence des régiments alliés. »

Au Nord, des contingents alpins français sont présents dans la région de Mourmank. (En noir armée française, en rouge armée rouge)

Mais l’essentiel de l’intervention française se déroule au Sud.

Clémenceau avait décidé l’intervention avant même la signature de l’armistice. Il fait occuper les grands ports du Sud (Odessa, Sébastopol) par la IIe escadre du vice-amiral Amet et par des troupes de l’armée d’Orient. Son plan est de pénétrer à l’intérieur de l’Ukraine, de mettre la main sur le bassin charbonnier du Donetz, et d’affirmer une domination française industrielle et commerciale.
Il déchantera vite... Nous y reviendrons.

Répondre à cet article