La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Amérique latine > Baguala – Los rostros de Juan Bagual

Baguala – Los rostros de Juan Bagual

mardi 18 février 2020, par René Merle

La baguala est un genre musical nostalgique du nord-est de l’Argentine. Los rostros de Juan Bagual ("sur les pas (les traces) de Juan Bagual") est une des plus fameuses bagualas.
Interprétée ici par la célèbre chanteuse argentine contemporaine Soledad Pastorutti, cette baguala exprime le désir de partir, sans espoir de retour, vers la solitude et le silence de la montagne pour oublier sa douleur, sur les traces de Juan Bagual (1).
Cette chanson a fait partie du spectacle musical de Alfredo Arias, Faust argentin.

(1) - "Bagual" désigne l’esclave en fuite, et par extension le cheval ou le bovin redevenu sauvage.
La légende veut que fin XVIe début XVIIe, un cacique indien de la région de Buenos-Ayres, soumis par force et christianisé, se rebella et s’enfuit pour vivre librement dans la pampa 1604). Il y fut abattu par les troupes espagnoles des années plus tard (1642 ?). Ce Juan Bagual est devenu la métaphore de tous ceux qui prennent « le maquis » pour fuir la répression et l’oppression, et s’abriter dans la solitude.

Traduction littérale :
Je vais aller vivre dans la montagne pour chercher la solitude, je vais en quête des traces, des traces de Juan Bagual / Peut-être pourra-t-il m’enseigner comment on apprend à oublier / Que personne ne vienne à ma recherche, que l’on me laisse vivre en paix / Là ou l’amour et le silence ne se peuvent acheter. Pour cela je cherche (suis) les traces de Juan Bagual./ Qui ne connaît le silence jamais ne comprendra un cœur douloureux qui cherche la solitude. / C’est pourquoi je vais vers le mont, celui de Juan Bagual.

LOS RASTROS DE JUAN BAGUAL

Voy a meterme en el monte 
a buscar la soledad 

voy en busca de los rastros 
los rastros de Juan Bagual. 


Tal vez él quiera enseñarme 
cómo se aprende a olvidar. 


Que nadie vaya a buscarme 
dejen que yo viva en paz. 


Donde al amor y al silencio 
no se lo puede comprar. 

Por eso busco los rastros 
los rastros de Juan Bagual. 


Quien no conoce el silencio 
ya nunca comprenderá 

a un corazón dolorido 
que busca la soledad. 


Por eso voy hacia el monte 
lo mismo que Juan Bagual.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP