La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > France contemporaine politique > Macronisme > Emmanuel Ier, Louis Napoléon et Adolphe Thiers

Emmanuel Ier, Louis Napoléon et Adolphe Thiers

mardi 10 mars 2020, par René Merle

En décembre 1851, un peu paniqué à l’idée que la constitution lui interdisait de se représenter, le Président Louis Napoléon a tout bonnement fait un coup d’État, histoire de devenir empereur. Emmanuel 1er, lui, a la possibilité de se représenter, mais c’est plutôt mal barré. Alors, un petit passage en force pour devenir président à perpétuité ? Non, je plaisante… encore que.
À moins que la finance qui l’a fait président ne mette pas déjà d’autres fers au feu (sociaux libéraux par exemple) pour remplacer notre présomptueux (en lui offrant, bien sûr, un parachute doré dans le privé)...
Affaire à suivre.
Mais en tout cas, l’approche de l’anniversaire de la Commune de Paris (18 mars 1871) a incité nombre de commentateurs à reprendre l’affirmation de notre Président en 2018, au sujet de Versailles où il avait invité Poutine :
« Versailles, c’est là où la République s’était retranchée quand elle était menacée. »
Cette phrase révèle comment cet homme, qui se veut homme de culture, de savoir, de lucidité, a intériorisé l’histoire de France. Pour lui, c’est la Commune de Paris, démocratiquement élue et profondément républicaine, qui menaçait la République. Et c’est le gouvernement conservateur, voire monarchiste, de Versailles, gouvernement de massacreurs, qui la défendait !
On ne saurait plus clairement dire que la présidence macronienne, qui devrait être une présidence pour tous les Français, est en fait une position de division, une position de classe, la position d’un camp contre un autre (ce qu’a bien signifié son Préfet de police à la grande casquette).
On comprend mieux son entêtement suicidaire à refuser tout dialogue véritable, à vouloir coûte que coûte imposer son point de vue. La légitimité, c’est Lui, et ce sont les Rouges, Jaunes et parfois Verts qui la menacent ! Sa stratégie est élémentaire : ignorer l’adversaire pour le pousser à bout, c’est-à-dire à la violence, et surfer ensuite sur la défense de la légitimité, comme le fit Thiers en 1871.
Cf. : De la légitimité de la protestation quand le Pouvoir devient illégitime.
Attention, à ce petit jeu, tel sera pris qui croyait y prendre…

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP