La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > Santé > Confinement

Confinement

samedi 21 mars 2020, par René Merle

Les journées sont longues, et le nécessaire confinement se décline dans l’infinie diversité de ses modalités de logement, de localisation géographique, et de revenus… Sans tomber dans le schématisme stérile, pas besoin d’être grand sociologue pour savoir pour qui il est déjà une dure épreuve psychologique et financière, et pour qui, dans la sélection sociale le plus souvent, il semble n’être qu’un épisode hors temps régénérateur.
Nul ne peut dire ce que donnera dans les esprits, à terme, cette situation obsidionale. L’histoire de France nous propose bien des épisodes de défoulement compensatoire, ou d’explosion : ainsi des Parisiens après le long siège de 1870-71, qui engendra la Commune…
Mais nous n’en sommes pas là, après quatre jours seulement qui nous permettent de « revenir à l’essentiel », comme a dit notre Président.
Pour autant, en ces temps d’Union nationale proclamée, la politique ne perd pas moins ses droits.
Notre Président, qui se vexe vite et ne se remet jamais en cause, ironise sur « toutes celles et ceux qui avaient prédit tous les éléments de la crise une fois qu’elle a eu lieu ».
Pas gentil pour son ex ministre de la Santé.
Et encore moins pour l’actuel directeur général de la Santé dont nous apprenons qu’en bon informateur de son candidat chéri, il l’avait alerté fin 2016 sur l’impréparation du pays en cas de crise sanitaire majeure, sans que rien n’ait suivi depuis 2017…
Il est d’ailleurs assez piquant de voir ceux qui étaient aux affaires au temps de Mr. Sarkozy et de Mr. Hollande dénoncer cette impréparation, alors qu’ils en étaient déjà responsables.
Ce qui ne dédouane en rien l’inertie récente du pouvoir actuel dans la pénurie de lits, de masques, de produits désinfectants, etc. Pénurie qu’a sérieusement bousculée l’urgence de la crise, et dont les prochains jours nous diront comment les pouvoirs publics pourront la juguler.
Mais à quoi bon polémiquer aujourd’hui, puisque l’urgence nous impose de tout faire pour franchir l’épreuve au mieux, ou au moins mal…
Il sera toujours temps de tirer les leçons après, si après débat vraiment il y a.
À condition que nos responsables, désormais convertis au Tout-État en lieu et place de la Start Up Nation, n’en profitent pas déjà pour museler toute opposition. Et aussi pour prendre une revanche sociale. Comment déjà ne pas être inquiet en voyant des dispositions attentatoires, et sans date limite, à bon nombre d’acquis sociaux ?

1 Message

  • Confinement Le 22 mars à 08:21, par Olivier GIROLAMI

    « Il sera toujours temps de tirer les leçons après, si après débat vraiment il y a.
    À condition que nos responsables, désormais convertis au Tout-État en lieu et place de la Start Up Nation, n’en profitent pas déjà pour museler toute opposition. Et aussi pour prendre une revanche sociale. Comment déjà ne pas être inquiet en voyant des dispositions attentatoires, et sans date limite, à bon nombre d’acquis sociaux ? »

    Bonjour René.
    Tout à fait d’accord avec toi… je sens le piège se refermer petit à petit et ce gouvernement qui n’en espérait pas tant, s’engouffrer dans la brèche (cf. La stratégie du choc de Naomi Klein).

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP