Categories

Accueil > France contemporaine > François Hollande, Emmanuel Macron, l’autocritique et les grandes (...)

François Hollande, Emmanuel Macron, l’autocritique et les grandes manœuvres

dimanche 3 février 2019, par René Merle

Voilà donc notre ex Président, François Hollande, se battant (légèrement) la coulpe de n’avoir peut-être pas senti suffisamment la « colère sourde et lourde qui montait »…
Ne rions pas, il n’est jamais trop tard pour l’autocritique.

Mais où le bât blesse, c’est quand notre ex-Président normal s’en prend à la responsabilité de notre actuel Président dans la crise actuelle, comme si c’était celle d’un parfait inconnu de lui, dont il n’est en rien responsable.
L’ennui est que cet inconnu a été d’abord son conseiller en titre, puis son principal ministre. Bref, « qui t’a fait Roi ? », et qui en fait continue ta politique en l’aggravant ?
Inquiétant blanc mémoriel.

Notre actuel Président, dont la vision historique est assez spéciale, accuse de cynisme notre ex-Président : ce serait sa politique, en fait, qui est à l’origine de la crise !
Là encore, un blanc mémoriel inquiétant qui devrait l’amener à consulter un neurologue. Car notre actuel Président, tout à fait insensible à l’autocritique, semble oublier quel rôle il joua tout au long du quinquennat de François Hollande…

Preuve, s’il en était, de l’osmose idéologique entre les deux homme, - à renard renard et demi -, François Hollande mise sur le Grand Débat National pour résoudre la crise, sans dénoncer le moins du monde la manœuvre anesthésiante de son fils spirituel, et sans voir que celui-ci nous prépare un coup de Jarnac avec son référendum doublant l’élection européenne. Avec à la clé, si les bons Français ne suivent pas, un retour à l’Ordre dont les récentes violences policières et les récentes privations des libertés ne sont qu’un avant goût.

Répondre à cet article