Categories

Accueil > Identité/s > Une histoire de prénoms

Une histoire de prénoms

samedi 17 novembre 2018, par René Merle

De la naturalisation et des prénoms

Dans un accès de fièvre tricolore aigüe, un député LR veut subordonner la naturalisation à l’adjonction d’un prénom français. Certes, mais quel prénom français ? On ne peut que conseiller à notre National d’éplucher sur internet la liste des prénoms français ; ils sont pour la plupart d’origine latine (ah la soumission à l’envahisseur), d’origine grecque et hébraïque (ah notre vieil héritage judéo chrétien), d’origine germanique (ah les grandes invasions et la féodalité naissante, n’est-ce pas Bernard et autre Robert…) ; et j’allais oublier l’origine celtique (nous descendons quand même des Gaulois et nous avons tous des amis bretons), sans parler de la vague néo-celtique des Brenda, Bryan, Jennifer et autres Kevin…
Courage donc à notre député, qui saura démêler dans ce puzzle ce que l’usage a fait irrémédiablement et incontestablement français.

Mais suite à ces réflexions, un doute m’a pris. Mes parents m’auraient-ils donné un prénom véritablement français ?
« René » pour l’état-civil. Ma grand-mère italienne en tenait pour « Renato », comme mes amis italiens. Du pur latin, « Renatus », né une seconde fois. Et, fidèle à l’étymologie latine, mes amis occitanistes m’appellent « Renat », d’où mon adresse e-mail…
Je ne crois pas que mes parents aient voulu signifier par « René » le retour d’un enfant disparu ; mais tout simplement, mon père, qui n’était en rien disciple de Maurras, avait un petit faible pour le prénom du dernier roi de l’indépendance provençale, le bon roi René.

OK, comme on dit chez nous, ou plutôt OC comme disent les provençalistes. Lesquels provençalistes m’appellent « Rénier », ou « Reynier », prénom de ce bon roi en provençal, ou d’une famille monégasque assez connue…
Mais là voilà autre chose. Comme nul n’en ignore, « Rénier » vient du germanique « Raginhari », de « ragin » (conseil) et « hari » (armée) ! Nous somme loin de la renaissance latine.

Écartelé que je suis, je préfère m’en remettre au traducteur automatique qui, dans mes blogs précédents, transcrivait tranquillement « Merle René » par « Blackbird Born again »

1 Message

  • Une histoire de prénoms Le 18 novembre 2018 à 09:41, par Olivier Girolami

    Excellent Article !!! Blackbird qui est au demeurant une magnifique chanson des Beatles et qui devient "A Merula" en chant traditionnel Corse (chanson pour les enfants)… tu vois, tu es partout !!!
    Amicalement.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article