Categories

Accueil > France contemporaine > Un pouvoir présidentiel autoritaire et racoleur.

Un pouvoir présidentiel autoritaire et racoleur.

jeudi 7 février 2019, par René Merle

Une main de fer dans un gant de velours.

Cf. De l’origine du pouvoir présidentiel

Au risque de lasser l’opinion par ses one man show à répétition devant des publics choisis, Emmanuel Macron joue la reconquête de son électorat et sa réélection.
Quand on a ainsi goûté aux délices du pouvoir, il est bien difficile de les abandonner. Et l’on comprend que notre jupitérien monarque se transforme ainsi en bateleur.

Le président Louis Napoléon, nous l’avons vu dans l’article précédent, n’avait pas le droit de se représenter à l’issue de ses quatre années de mandat. Il a réglé le problème par un coup d’État qui le maintiendra au pouvoir pendant 20 ans…

Pour l’heure, notre Président bénéficie de l’arme fatale de la Constitution : il peut se présenter deux fois. Le tout est donc d’arriver, et c’est la phase gant de velours, jusqu’à la date de la nouvelle élection, après avoir fait en sorte que, comme en 2017, il se retrouve face à une candidate ou un candidat dont la majorité des électeurs ne veut pas. La partie serait alors jouée.

Mais si les choses ne vont pas sur les roulettes prévues par les conseillers et la conseillère du Président, n’oublions pas que le gant de velours cache une main de fer, et que la tentation autoritaire illustrée par Louis Napoléon n’a jamais disparu.

Répondre à cet article