Categories

Accueil > Politique internationale > Des palinodies italiennes (Ligue et Mouvement cinq Étoiles)

Des palinodies italiennes (Ligue et Mouvement cinq Étoiles)

jeudi 7 février 2019, par René Merle

L’opération Di Maio

Décidément, l’Italie n’a pas fini de nous faire des surprises, et de nous faire réfléchir sur es palinodies, reniements et autre trahisons en matière politique. [1]

D’un côté voici que la Ligue Nord, après avoir défendu âprement la polenta padane contre le couscous envahisseur, après avoir voué aux gémonies Rome et le Sud parasite, après avoir justifié d’origines gauloises cisalpines sa différence avec le sud du Rubicon, après avoir brandi le glaive médiéval du chevalier lombard contre le Colisée, de chrysalide séparatiste qu’elle était a donné naissance à un parti nationaliste italien, défendant les intérêts de tous les Italiens et de l’État italien contre Bruxelles et contre les migrants.

D’un autre côté, voici que le Mouvement Cinq Étoiles (M5s), né des invectives coluchiennes du comique Grillo [2] a capitalisé la désespérance rentrée d’une jeunesse sans avenir professionnel véritable, la colère de la masse des marginaux oubliée des grandes centrales syndicales, l’aspiration à la propreté anti mafia et anti politiciens corrompus, et après avoir pris toutes ses distances avec le fascisme (que les Italiens sont bien placés pour connaître, sous ses formes anciennes et sous ses nouvelles formes), se jette dans les bras de la Ligue pour former un gouvernement de salut public.
Las, le premier bilan de ce gouvernement n’est pas des plus glorieux, et la désillusion est grande chez les électeurs et les adhérents électroniques de M5s.
Et voici donc le leader du M5s, Di Maio, qui tente de retrouver une seconde jeunesse en revenant aux sources de la contestation populaire « apolitique ». Et de prendre un billet d’avion pour Paris.

Le torchon brûlait entre les gouvernements italien et français, on le sait, et notre bon Président se posait en rempart contre « la lèpre » populiste italienne qui menace de gangréner l’Europe. La récente visite du leader et désormais ministre Di Maio à quelques Gilets jaunes autoproclamés représentants du mouvement n’arrange pas l’affaire.
Di Maio pense ainsi regonfler ses troupes italiennes quelque peu désabusées. Mais peut-être ne se rend-il pas compte qu’en honorant ainsi une fraction droitière des Gilets jaunes, il rend un sacré service à Macron, qui pourra se poser encore plus, élections de mai obligent, en chevalier blanc de la lutte contre ce qu’il est si commode d’appeler le populisme…

Notes

[1Cf. l’article qui ouvrit ce site Italie

[2De grâce, amis français,

1 Message

  • Des palinodies italiennes (Ligue et Mouvement cinq Étoiles) Le 11 février à 10:30, par G. Paganelli

    Bonjour Monsieur René Merle,

    J’ai lu avec intérêt votre message plus nuancé que ce qu’on lit ordinairement en France sur la Ligue.

    J’ai consacré dans le blog que je tiens sous le nom (immodeste !) de Comte Lanza un message sur l’historique et l’évolution de la Ligue. J’espère avoir été assez complet sur le sujet ...

    Pour moi, malgré l’obstination des journalistes et autres experts français (qui jugent tout d’après des critères plaqués à l’avance et franco-centrés ) à décrire la Ligue (même celle de Salvini) et Salvini lui-même, comme un nationaliste, voire ultra-nationaliste et d’extrême-droite, je ne pense pas que cette approche soit exacte. Certes Salvini a fait évoluer la ligue par rapport à l’époque Bossi (que de toutes façons, on situait aussi en France à l’extrême-droite !) mais dire " les Italiens d’abord" (son slogan de campagne) , donc les Italiens et non l’Italie, cela ne me semble pas être du nationalisme, mais bien du populisme qui prétend prendre la défense des "gens ordinaires".(après il faut considérer si les actes confirment le discours, mais c’est valable pour toute option politique).
    De façon intéressante, Salvini avait transformé son slogan lors des élections en " les Sardes d’abord" en Sardaigne, et a fait alliance avec le vieux parti sarde d’action (Psaz) fondé par un antifasciste historique (la Ligue et le Psaz ont aujourd’hui un groupe commun au Sénat) : ce genre de détail est incompréhensible pour des observateurs français (ou serait incompréhensible, si leur intérêt allait jusqu’à en avoir connaissance !).

    mon message est ici

    http://comtelanza.canalblog.com/archives/2018/11/10/36855481.html

    Amicalement,
    GP alias Comte Lanza

    Répondre à ce message

Répondre à cet article