Categories

Accueil > Mouvements sociaux contemporains > De la condamnation des Gilets jaunes

De la condamnation des Gilets jaunes

lundi 25 février 2019, par René Merle

Comme un relent de 1871…

Gilets jaunes… Un mouvement protestataire issu spontanément de notre société, dans ce qu’elle a de plus méconnu et de plus occulté, mais qui, à sa façon, en reflète et en utilise les codes (ah, les réseaux sociaux !)…

Les officiels ou officieux distributeurs du blâme et de l’éloge, y compris ceux et celles qui se disent contestataires de droit divin (voyez telle collaboratrice de Marianne, par exemple) se lâchent à propos de ce mouvement qu’ils ne savaient trop comment appréhender en ses débuts, et que dorénavant, depuis leur fauteuil d’orchestre, ils voient de plus en plus comme un danger pour la Société dans laquelle ils sont si bien installés… Un dernier frisson devant le fauve dont l’échine semble désormais brisée, et un flot de gentillesses sur ces anonymes pas propres sur eux.
Violence incontrôlée, vandalisme, extrémismes, antisémitisme, populisme anti élites, poujadisme, machisme, putschisme, refus du si bienvenu Grand Débat, mise à mal du commerce et des petites entreprises, beauf attitude évidemment, et j’en passe…

Comparaison n’est pas raison
Mais la haine et la vindicte de classe dont témoignent ces commentaires me rappellent la haine et la vindicte de classe abattues sur les Communards abattus, non seulement par la cohorte habituelle des conservateurs, mais par les Belles Âmes progressistes révulsées, qui elles aussi, de Flaubert à Zola et à Sand, crachèrent sur le cadavre.

Répondre à cet article