Categories

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Lumières, Révolution française, Premier Empire > Jaurès, précisions sur la Terreur

Jaurès, précisions sur la Terreur

lundi 25 février 2019, par René Merle

Justification de la Terreur ?

Je donnais il y a peu le point de vue de Jaurès sur la Révolution française :
Jaurès sur la Révolution française
Mais quid de la position précise de Jaurès sur la Terreur ?
Voici donc ce qu’il en écrit dans son Histoire socialiste :

"La cause directe de la chute de la République a été la fâcheuse extension donnée au régime de la Terreur ; mais cette extension n’a été que la conséquence dernière, dans un milieu spécial, des divisions du parti républicain devenues irréductibles ; et elles le redeviendront chaque fois que la conception de l’intérêt général et de l’intérêt bien entendu de chacun se trouvera obscurcie par la rage de dominer, par l’impatience des ambitions personnelles, par la ridicule passion d’être en évidence, par les rancunes implacables des vanités déçues ou des avidités inassouvies. Le recours à la Terreur trouve son explication dans la situation de la France menacée à l’intérieur, menacée à l’extérieur, ayant, de tous les côtés à la fois, à faire face aux plus graves périls. Au dedans, au dehors, les royalistes, criminellement alliés à l’étranger hostile, étaient acharnés à sa perte, la France républicaine ne pouvait vivre qu’en frappant leurs chefs, qu’en retenant par la crainte ceux qui avaient des velléités de devenir leurs complices ; elle ne pouvait vivre qu’en supprimant ceux qui s’efforçaient de la tuer. Et la Terreur qui n’aurait eu aucune excuse si le gouvernement révolutionnaire avait disposé d’autres moyens de maîtriser les forces déchaînées contre lui, la Terreur est justifiée tant que, dans ses applications, elle n’a été qu’un fait de légitime défense indéniable, le cas de légitime défense étant le seul qui puisse autoriser à donner la mort à un être humain.
L’intérêt même de la cause qu’on a eu raison de vouloir défendre à tout prix, exigeait qu’on n’allât pas au delà, le régime de la Terreur aurait dû, au point de vue de l’humanité comme au point de vue du succès, n’être inquiétant que pour les ennemis déclarés du nouvel ordre des choses. Dés lors, il aurait dû être appliqué dans des limites telles — frappant impitoyablement les chefs, menaçant tous ceux qui se laisseraient aller à les remplacer, épargnant les adversaires qui s’abstenaient de prendre part à la lutte — que les indifférents se sentissent par lui rassurés contre leurs maîtres de la veille dont les manœuvres devaient devenir pour eux la seule chose à redouter. Malheureusement, ce qui était un moyen de défense, le seul moyen de défense efficace contre des attaques mortelles, fut exagéré, au lieu d’être restreint le plus possible ; ce moyen de défense fut, en outre, transformé en moyen de gouvernement, en moyen d’étouffer des oppositions n’ayant rien de menaçant pour le nouvel ordre des choses."

1 Message

Répondre à cet article