Categories

Accueil > Medias > Du parti pris journalistique

Du parti pris journalistique

dimanche 25 novembre 2018, par René Merle

Commentaire ou allégeance au Pouvoir ?

Qui a dit que le peuple n’écoutait plus notre jeune Président ? « Qu’ils viennent me chercher ! » avait-il proféré un soir de grand énervement. Eh bien, « ils » sont venus…
Nous l’avons vu et revu sur BFM, qui, pour terroriser les chaumières, ne cessait de passer en boucle les images des Champs…

Et, en bruit de fond, intarissable, inarrêtable, l’hystérique propos de l’incontournable meneuse du débat politique et intellectuel (comme disent les bonnes feuilles)… Les vaticinations de la grande prêtesse, transformée en pythonisse inspirée (et je prends plus le mot de vaticination dans son second sens de « discours pompeux et répété » que dans son sens premier de « prédiction de l’avenir »), déroulaient le tapis, pardon la carpette, à la stratégie présidentielle : MOI ou le chaos orchestré par les extrémistes des deux bords...

On sait combien certains journalistes ont la propension à jouer les mouches du coches du Pouvoir dans la dénonciation de ses opposants. Mais là, ce que nous entendions justifiait les pires préventions contre une corporation, qui n’en a vraiment pas besoin par les temps qui courent.

J’ai laissé vitupérer notre éditorialiste, et je suis passé à C dans l’air, qui n’est pas toujours ma tasse de thé, loin de là. Mais enfin, j’ai retrouvé des journalistes qui faisaient leur travail éclairant de commentateurs, et sauvaient l’honneur de la profession…

1 Message

  • Du parti pris journalistique Le 25 novembre 2018 à 22:58, par DUBOIS Jean Michel

    Certes, je ne regarde pas BFM TV, ni d’ailleurs aucune chaîne (qui vous enchaîne) depuis longtemps.
    Et c’est tant mieux pour mon équilibre nerveux.
    Mais, ce que je perçois, via les blogs, me laisse pantois.
    Une propagande pro gouvernementale aussi énorme et flagrante : quelle misère !
    BFM TV devrait modifier son nom : Le Ministère de la Vérité.

    Portez vous bien Monsieur Merle

    N B : Je reprends « mon » C Castoriadis

    Répondre à ce message

Répondre à cet article