Categories

Accueil > Regards sur le monde > Italie > Mort de Bertolucci

Mort de Bertolucci

lundi 26 novembre 2018, par René Merle

Maria Schneider

Bertolucci vient de mourir. Paix à son âme.
Je garde surtout deux souvenirs, deux films historiques, 1900, fresque sociale grand spectacle et vedettes internationales, pleine de bonne volonté humaniste, et Le conformiste, film intimiste glacial, dénonciateur des manipulations fascistes.
Mais, comme je l’indiquais dans un article précédent Fête du Livre de Toulon. La vertu de l’inattendu, je viens d’écouter Vanessa Schneider, et je viens de lire son ouvrage, Tu t’appelais Maria Schneider (Grasset, 2018).
Et je garde la triste et honteuse image de Bertolucci brisant à jamais sa jeune actrice (19 ans), en lui infligeant par totale surprise une scène de viol sodomite, la fameuse scène de « passe-moi le beurre », qui fit le succès ambigu de son Dernier tango à Paris, 1972.
Scène que Bertolucci assumera sans remords, et pendant longtemps, lui qui déclarait encore à la Cinémathèque de Paris en 2013 : « La scène du beurre est une idée que j’ai eue avec Brando le matin du tournage. Je ne voulais pas que Maria joue l’humiliation et la colère, je voulais qu’elle ressente l’humiliation et la colère ».
On le voit, l’humanisme et les bons sentiments ont leurs limites…

Répondre à cet article