Categories

Accueil > XVIe siècle > Guerres de religions

Guerres de religions

mercredi 3 avril 2019, par René Merle

Le fragile vernis de la convivialité

"Nous sommes chrétiens au même titre que nous sommes ou périgourdins ou allemands", écrivait Montaigne. Affirmation tranquille d’une appartenance « naturelle » dont nul alors n’aurait imaginé se soustraire. Mais affirmation formulée dans ce siècle terrible où les Chrétiens de France s’entre-déchirèrent de la plus atroce façon, depuis les persécutions ininterrompues contre les Réformés à partir des années 1520, le massacre des Vaudois du Lubéron en 1545, les violentes ripostes huguenotes dès que des clans nobiliaires entrèrent dans la danse, puis, l’intervention étrangère aidant, l’abominable série des huit guerres civiles de religion qui souillèrent et ensanglantèrent la France, coupée idéologiquement et géographiquement en deux, entre 1562 et 1598…
Il n’est pas question ici de détailler dans leur complexité ces péripéties bien oubliées aujourd’hui, sinon des historiens spécialistes, (même si, à l’échelle historique, les quatre siècles passés qui nous en séparent ne sont qu’une seconde).
Tout au plus me semble-t-il utile de les rappeler, au moment où la stratégie des nouveaux fanatismes religieux peut nous entraîner dans la guerre civile, car l’atroce affrontement civil du XVIe siècle nous montre à quel point est fragile le vernis de convivialité qui permet le « vivre ensemble ». Les tragiques déchirements « religieux » de l’ex-Yougoslavie nous ont d’ailleurs montré, il n’y a pas si longtemps, que l’Europe « civilisée » n’était pas protégée de ces exutoires de violence sadique, d’autant qu’elle a bien su alors, Allemagne et OTAN aidant, les exacerber. Il y a vingt ans, l’OTAN bombardait Belgrade…

1 Message

  • Guerres de religions Le 3 avril à 07:24, par Gérard Pavillon

    Vous faites bien de rappeler la très faible épaisseur du vernis de civilisation qui nous sépare de la barbarie.

    Ce qui m’étonne aussi est le nombre de massacres et de persécutions faits au nom d’une doctrine sensée prôner l’amour et la paix....

    Répondre à ce message

Répondre à cet article