Categories

Accueil > Faits de société > Sur l’incendie révélateur de Notre Dame

Sur l’incendie révélateur de Notre Dame

mercredi 17 avril 2019, par René Merle

À propos de quelques réactions immédiates

D’une certaine façon, l’incendie de Notre Dame est révélateur des fractures qui traversent notre société.
Mais, à se polariser sur les commodes falsifications historiques [1], les récupérations ultra réactionnaires (« Dieu nous punit pour nos dérives sociétales et politiques », les récupérations politiques (« tous unis derrière notre Président reconstructeur), les défaussages commodes (« on critique les riches, mais ce sont eux qui ont donné en premier, et largement ! ») jusqu’au triste déferlement de haine [2], on risque d’oublier la déferlante de ce « sentiment de fin du monde » que pointe justement le philosophe Olivier Abel dans L’Obs. Sentiment qui touche au-delà des différences de croyances et d’engagement une population frappée d’effroi par cette irruption d’une vérité latente : nos sociétés « tranquilles » ne seraient-elles pas en bout de course ? Dans la destruction d’un monument que l’on imaginait éternel, le brasier dont les flammes ravagent tant de parties du globe nous est apparu fugitivement [3]. Le signe (métaphysique disent certains) est venu quand et où on ne l’attendait pas, mais nous savions tous plus ou moins confusément qu’il devait advenir. Ce monde fragile est gros de catastrophes dont nous devrions enfin prendre la mesure avec la gravité qui s’impose…

Notes

[3Ceux de ma génération qui ont connu les bombardements aériens comprendront

Répondre à cet article