Categories

Accueil > Regards sur le monde > La domination mondiale de l’empire idéocratique étatsunien

La domination mondiale de l’empire idéocratique étatsunien

vendredi 19 avril 2019, par René Merle

Au-delà de la puissance militaire et géostratégique

Marx et Engels prédisaient à brève échéance l’écroulement du capitalisme. Nous en sommes bien loin. La mondialisation poursuivie et pratiquement achevée en a entériné le triomphe sur le globe entier, partagé entre blocs capitalistes plus ou moins antagonistes sur le partage des influences et des richesses. Mais sans doute l’aspect le plus inquiétant du phénomène est, n’en déplaisent à ceux qui voient à long terme le déclin de l’empire américain, le capitalisme à la sauce USA est en passe de triompher, et sans doute triomphera si le holà n’est pas mis, par l’uniformisation à son aune des représentations du monde et des comportements.
Je me retrouve entièrement dans la remarque du philosophe italien Constanzo Preve [1] :

« Je ne cacherai pas ma conviction principale : sans une opposition consciente à la prétention à la domination mondiale de l’empire idéocratique américain, il n’existe aucune possibilité de développer une théorie et une pratique de la libération individuelle et sociale. Je dis cela parce que l’empire idéocratique américain n’est pas seulement une puissance militaire et géostratégique mondiale [2] qui s’oppose à la souveraineté des peuples et des nations, mais est surtout le porteur de ce que je définirai comme un « utilitarisme de masse », soit le projet d’une mutation anthropologique radicale de l’homme tel que nous l’avons connu jusqu’alors ».

J’y reviendrai.

Notes

[1Constanzo Preve, Histoire critique du marxisme, Armand Colin, collection U, 2011

Répondre à cet article