Categories

Accueil > France contemporaine politique > Macronisme > LaRem - "Débile profond", mépris de classe et cécité politique

LaRem - "Débile profond", mépris de classe et cécité politique

samedi 20 avril 2019, par René Merle

Sur le propos insultant d’un député

J’écoutais hier Mme Wargon, secrétaire d’État, nous expliquer qu’il ne fallait pas rompre ce moment d’Union nationale autour de Notre Dame par d’intempestives impatiences à propos de la fin du Grand Débat et des annonces présidentielles sans cesse reculées.
Comment se fait-il que "Jojo le Gilet jaune", comme l’appelait dédaigneusement notre Président, n’ait pas répondu à cet appel ? Sans participer aux processions de la Semaine sainte, il aurait pu au moins se taire. C’est ce qu’un député LAREM, ex socialiste, ne s’est pas faut faute de dire, en traitant un Gilet jaune connu (et éborgné) de « débile profond ». Voilà qui est net, et qui ne va guère renforcer l’Union nationale à la sauce LAREM. Trop de morgue, trop de mépris de classe finiront pas se payer de retours de bâtons.
Au fait, qu’avait donc dit ce Gilet jaune qui a fait sortir de ses gonds notre député ? Tout simplement qu’il ne fallait pas occulter les revendications en prétextant de l’incendie. Eh bien, je dois avouer que j’ai rencontré hier en faisant mes courses, et en allant à la caisse d’épargne, de parfaits inconnus à qui je ne demandais rien et qui spontanément m’ont dit la même chose. Assez remontés même, les inconnus. Trop de cathédrale finit par sérieusement énerver... Notre député des Hauts de Seine ne doit pas avoir les mêmes fréquentations dans sa circonscription haut de gamme.

1 Message

  • "Débile profond", mépris de classe et cécité politique Le 21 avril à 14:43, par DUBOIS Jean Michel

    « La Bêtise au front de taureau » !

    La machine à cracher et frapper sur les gueux tourne à plein régime.

    Ces zélés serviteurs de la ploutocratie n’ont aucune honte à déverser leur haine des pauvres. Ce, sans trop se fatiguer, n’ayant qu’à répéter les éléments de langage préparés par leurs maîtres.

    Quant à M Jacques Marilossian, ex-socialiste (je pouffe), à qui j’ai adressé un courriel d’encouragement à aller encore un peu plus loin dans le mépris, voici mon N B : Avec LREM, il vaut mieux être un peu fou pour échapper à cette lamentable politique...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article