Categories

Accueil > France contemporaine politique > Macronisme > Il est quand même gonflé !

Il est quand même gonflé !

dimanche 12 mai 2019, par René Merle

Ce n’est pas ma faute, c’est la faute de mes subordonnés

D’après plusieurs sources, le Président aurait déclaré à ses ministres : « Si nous arrivons derrière le Rassemblement national, je vous le dis : moi, je serai toujours là le 26 mai, mais vous, c’est moins sûr ».
On imaginerait bien une série américaine avec DRH méchant, très méchant, ou peut-être une publicité genre Ryner ambassadeur de Ford terrorisant son staff.
Bref, ce n’est pas ma faute, c’est la faute des autres, voilà la philosophie d’un président en désamour.

Désamour qui lui fait saisir toutes les opportunités de se mettre en avant, (toujours bon à prendre en période électorale difficile), ainsi de se précipiter à l’aéroport pour accueillir deux imprudents qui n’en demandaient certainement pas tant, alors que tant de vrais méritants auraient droit à pareils hommages, si tant est que l’hommage présidentiel peut remplacer les légitimes revendications du personnel hospitalier par exemple, ou s’il ressusciterait les suicidés d’Orange …

Mais les Français ont-ils le droit de pleurer, qui ont élu (par défaut) cet OVNI politique imbu de sa personne et héritier, par droit divin, croit-il, du bâton de commandement des clans primitifs ou, si vous préférez, du sceptre royal à fleurs de lys ?
Ils n’en ont pas le droit, répondent en série sur nos écrans plats l’escouade de députées LaRem qui vont répétant : il a été élu, il a tous les droits… Il n’est d’ailleurs pas sûr, Mesdames les dévouées adulatrices, que ce soit la meilleure façon d’enlever des voix au Rassemblement national…

Il est quand même permis de se demander si, en cas de naufrage, le porteur du bâton sera le dernier à couler ou si, comme le commandant du Costa Concordia en 2012, il préfèrera quitter le navire avant ses passagers…

1 Message

  • Il est quand même gonflé ! Le 12 mai à 18:50, par Jean-Yves

    Que peut on attendre d’un pervers narcissique ? Nous en avons un beau modèle, là.
    Ce ne sera jamais sa faute.
    Un pervers narcissique a tellement besoin de reconnaissance et d’être aimé, qu’il sacrifiera à sa cause tout ce qu’il a choyé, si c’est utile, pour lui bien sûr.
    Il est loin le temps de 2017, où à l’Élysée entraient ces personnages,et ses personnages, fiers, à la limite de l’arrogance en montrant qu’ils étaient l’élite du moment, choisis par Jupiter.
    Il n’en reste plus rien. Partis au fur et à mesure, et de la prise de conscience de ceux-ci et du besoin de leur maitre de les sacrifier pour perdurer dans son image .
    Le pire que nous pouvions craindre d’un pervers narcissique, est qu’il soit Président de la République.
    Le pire pour un pervers narcissique est l’indifférence, ou un autre sort en 2022

    Répondre à ce message

Répondre à cet article