Categories

Accueil > Idéologies - Identités > Idéologies du mouvement social sur le long XIXe siècle > 1828 -1847. Néo-Babouvistes et Communistes > Site. De l’écartèlement entre le lectorat et les intérêts de l’auteur

Site. De l’écartèlement entre le lectorat et les intérêts de l’auteur

vendredi 17 mai 2019, par René Merle

Le dilemme du blogueur

L’intérêt des statistiques d’un site (qui valent ce qu’elles valent, et ne sont pas toujours fiables, mais quand même…) est de me signifier ce qui, dans ce que je propose, intéresse ou n’intéresse guère le lectorat.
Les lecteurs sont fort nombreux sur certaines rubriques, notamment celles sur l’actualité (nationale et internationale) ou sur l’antisémitisme, mais je remarque le peu d’intérêt (c’est un euphémisme) pour un thème qui me passionne, celui du communisme néo babouviste qui s’affirma sous la Monarchie de Juillet : cette poignée de prolétaires et d’autodidactes qui osèrent imaginer que l’on abatte l’ordre établi, et que règne la justice sociale. Pauvre rêveurs aussitôt démentis par l’impitoyable marche de l’Histoire.
1828 -1847. Néo-Babouvistes et Communistes
Scores ridicules.

Évidemment, je remercie quand même la poignée d’aficionados qui y sont allés faire un tour. S’ils sont intéressés, je leur fournirai matière.
Mais bien sûr, de toute façon, cela ne me donne guère envie de continuer à fournir au plus grand nombre des documents sur cet épisode de la bataille des idées dans notre belle France des années 1840. Communisme, ancien ou nouveau, décidément ringard.

D’autant, signe des temps, et je le remarque aussi dans les statistiques, que ce qui concerne sur ce site l’abondante fréquentation concernant l’actualité politique n’est pas particulièrement tournée vers le communisme moderne post 1917 (j’en excepte les quelques lecteurs qui se félicitent de voir dans les sondages européennes le PCF essayer d’atteindre les 4%).
Bref, dilemme du blogueur : s’en tenir à ce qui intéresse le lectorat ou remplir le site de billets confidentiels ?

Je n’ai pas d’autre réponse que celle de l’affirmation personnelle. Un site reflète un état d’âme et des intérêts, et il n’a pas pour but la multiplication des Like. Donc, on continue, et pas que sur les néo babouvistes…

Répondre à cet article