Categories

Accueil > XVe - XVIe siècles > Montaigne. Du choix de l’entourage des Grands

Montaigne. Du choix de l’entourage des Grands

samedi 18 mai 2019, par René Merle

Entame de la lettre de Montaigne à Michel de l’Hospital

En 1571 Montaigne publie un recueil posthume d’œuvres de son ami La Boétie [1]. Chaque pièce est accompagnée d’une dédicace de l’auteur. Voici la lettre [2] placée au début des Poemata, elle est dédiée à Monseigneur Monsieur de l’Hospital, Chancelier de France. Le choix de l’Hospital est particulièrement significatif des points de vue de Montaigne en cette veille de la Saint-Barthélémy : l’Hospital en tient pour la coexistence pacifique des catholiques et des réformés, et il est pour cela vilipendé par Guise et la Ligue catholique. Lorsque la lettre est publiée, l’Hospital, alors en disgrâce et privé de ses sceaux, s’était reclus dans sa propriété.

« Monseigneur, j’ay opinion que vous aultres, à qui la fortune et la raison ont mis en train le gouvernement des affaires du monde, ne cherchez rien plus curieusement que par où vous puissiez arriver à la cognoissance des hommes de vos charges ; car à peine est-il nulle communauté si chestive, qui n’ay en soy des hommes assez pour fournir commodement à chascun de ses offices, pourveu que le despartament et le triage s’en peust justement faire ; et ce poinct là gaigné, il ne resteroit rien pour arriver à la parfaicte composition d’un estat. Or, à mesure que cela est le plus souhaitable, il est aussi plus difficile, veu que ny nos yeulx ne se peuvent estendre si loing que de trier et choisir parmy une si grande multitude et si espandue, ny ne peuvent entrer jusques au fond des cœurs pour y veoir les intentions et la conscience, pieces principales à considérer : de manière qu’il n’a esté nulle chose publicque si bien establie, en laquelle nous ne remarquions souvent la faulte de ce despartement (répartition) et de ce choix ; et en celles où l’ignorance et la malice, le fard, les faveurs, les brigues et la violence commandent, si quelque eslection se veoid faicte méritoirement et par ordre, nous le debvons sans doubte à la fortune qui, par l’inconstance de son bransle divers, s’est pour ce coup rencontrée au train de la raison. »

Notes

[1Prêt en 1570 et publié l’année suivant, le recueil est ainsi intitulé : La mesnagerie de Xenophon, les Règles de mariage de Plutarque, Lettre de consolation de Plutarque à sa femme, le tout traduit du Grec en François par feu Monsieur Estienne de La Boëtie, conseiller du Roy en sa court de Parlement à Bordeaux. Ensemble quelques vers latins et françois de son invention. Item un discours sur la mort du dit Seigneur de La Boëtie, par M. de Montaigne, Paris, Frédéric Morel, 1571

[2Je cite d’après Montaigne, Essais, Livre premier, présenté par Maurice Rat, Classiques Garnier, 1952.

Répondre à cet article