Categories

Accueil > Mouvements sociaux contemporains > Onfray coule le sous marin jaune cultureux

Onfray coule le sous marin jaune cultureux

vendredi 24 mai 2019, par René Merle

Du péché originel de Maastricht, et de ce qui s’en suit

Il y a quelque chose de pathétique dans la façon dont Michel Onfray, philosophe tous terrains amplement médiatisé, fait la leçon à ceux qui osent occuper un créneau médiatique. Lui, il sait, et les autres sont des tartuffes. Comme si l’opportunisme de la comprenette germanopratine, (comme il dit), qu’il reçoit en cécité et en arrogance, justifiait une fois de plus son combat de fils du peuple ancré en terre normande bien loin du VIe arrondissement…
Ainsi de son éreintement en règle de l’appel d’un collectif d‘artistes et de créateurs (collectif yellow submarine) qui soutiennent à leur façon le mouvement des Gilets jaunes. Depuis le OUI au traité de Maastricht, acte fondateur, ils n’ont jamais fait les choix de s’opposer aux politiques qui ont conduit à la révolte des Gilets jaunes, et ils n’ont pas le droit aujourd’hui de surfer sur une vague qui n’est pas de leur monde.
Je renvoie les lecteurs intéressés par cette tempête dans le petit verre d’eau du monde culturel français aux pièces du dossier.

Les pièces du dossier

Appel collectif

Onfray

Riposte collectif

Je remarque en passant qu’une fois de plus Onfray place sa énième détestation des communistes français qui n’auraient pas résisté avant que l’URSS n’entre en jeu… Mais dans sa détestation de ceux qui ont voté le traité de Maastricht (y compris Jean-Luc Mélenchon) il semble oublier que ces mêmes communistes n’avaient pas voté pour le traité de Maastricht…

1 Message

  • Onfray coule le sous marin jaune cultureux Le 24 mai à 07:30, par Olivier Girolami

    Bonjour René.
    Michel Onfray pose la question n’est-il « jamais trop tard pour bien faire ! » lui donne son sentiment « Pour ma part, je ne souscris pas à cette sentence, car, oui, il peut être parfois trop tard pour bien faire », on a le droit de ne pas penser comme lui, ou de voir, dans chaque cas la chose sous un autre prisme… la vérité n’est elle pas aussi toute philosophique.
    Je ne suis pas historien (et encore moins philosophe et je le regrette) mais il me semble qu’il faut juger des actes dans leurs contextes. Oui Robespierre (grand ami de Michel Onfray) aurait pu faire certainement différemment, mais avait-il Gandhi en face ? et se souvient-on du siècle qui à précédé ? et Ché Guevara etc. etc.
    J’apprécie Michel Onfray quand il parle de philosophie Romaine ou quand il parle pour le camp des gilets jaunes, mais quand il parle des Jacobins ou des Communistes je ne suis pas d’accord avec lui et je pense qu’il a tort… ce qui est mon droit le plus strict !!!
    Amitiés

    Répondre à ce message

Répondre à cet article