Categories

Accueil > France contemporaine politique > Politique européenne > Fédération ou Confédération ?

Fédération ou Confédération ?

samedi 25 mai 2019, par René Merle

L’occultation des enjeux principaux

Au terme d’une trop brève campagne électorale, littéralement asséchée par le Grand Débat interminable, et la pression médiatique tous azimuts du Président (hier avec un youtuber bien propre sur lui), chacun se retrouve devant un suspense qui n’en est pas un. Dans l’affrontement mis en place par nos deux duettistes (chacun tenant sa légitimité de la détestation de l’autre, chacun prétendant parler au nom du Peuple du haut de son petit 20 ou 25 %), les autres identités politiques ont eu bien du mal à se faire une place. Les vrai enjeux européens n’ont guère, ou pas, été soumis aux Français qui s’intéressent encore à ce type d’élection. Une UE jusqu’à présent dirigée par une entente droite – sociaux démocrates, (porteuse d’une commission dotée des pouvoirs majeurs), va être certainement perturbée par la montée de l’extrême droite mais pas vraiment mise en cause. Et nous risquons de continuer dans la même ornière de politique éco-libérale.
Bien sûr, nous avons eu droit, et ce n’est pas désagréable, des ballades à la Princesse endormie, (qu’il convient de réveiller), des odes touchantes sur notre culture commune, ancrée dans l’Histoire et de la gratitude pour la longue plage de paix (bien relative à l’Est) qui a suivi 1945.
Mais il aurait été intéressant que soit posé vraiment devant les électeurs français le choix majeur.

Une Europe en son temps mise en place à l’initiative des Etats-Unis désireux de faire pièce à la menace soviétique, une Europe progressivement émancipée et cherchant sa place entre la lutte géopolitique à laquelle se livrent les géants, bref, une Europe qui dans ces conditions ne pourra pas échapper à terme au dilemme : confédération ou fédération ?
Les Italiens qui connaissent leur passé de guerres entre cités, les Allemands qui n’ignorent pas qu’il y a à peine plus d’un siècle leur territoire était un puzzle d’États indépendants, savent bien que les autonomies locales ou régionales furent condamnées par leur histoire. Et tout connaisseur du passé provençal (j’en suis) ne peut ignorer que le Comté fut rattaché au Royaume comme un Principal à Principal, quitte à être bientôt annexé…
Ce qui s’est passé au niveau des états-nations se reproduira-t-il à l’échelle de l’Europe ?

Irons-nous vers une Europe confédérale d’états unis, mais gardant leurs autonomies et leurs spécificités, ou irons-nous vers une Europe fédérale, c’est-à-dire un état européen doté des fonctions régaliennes, et ne laissant aux anciennes nations qu’un supplément d’âme linguistique ?

1 Message

  • Fédération ou Confédération ? Le 27 mai à 12:16, par Fina de l’Eularia

    Parce que Adam Smith semble avoir remporté la palme et que nos "neurones miroirs" sont habilement colonisés par qui arrivera à vendre un maximum de chaussettes à des culs de jattes, l’Europe n’est qu’un ramassis d’égos baragouinant un mauvais anglais d’aéroport, et où une armée de coqs bien nourris s’occupe essentiellement de surajouter des sur-lois aux lois auxquelles est déjà assujetti le citoyen lambda laissant prospérer dans sa cacophonie tous les trafics possibles et imaginables !
    De plus, les "pays du sud", méprisés par ceux du nord, qui depuis belle lurette leur ont attribué le joli surnom de "Pigs"( i.e.Portugal, Italia, Grecia, Spain") ont le mauvais goût, depuis quelque temps, de "mal voter" !
    Songez par exemple, ladies and gentlemens : depuis que l’Europe a "vertueusement" fermé ses ports de l’atlantique à l’arrivée de "Coke en Stok" en provenance d’ Amérique du Sud, cette précieuse marchandise, autant prisée par le show-bizz que par certains hommes politiques en campagne, "a vocation" de débarquer en Afrique de l’ouest, avant d’être acheminée vers ses usagers via le "corridor méditerranéen".
    Songez aussi, braves gens, qu’en camouflant sous le nom de guerre ethnique ou religieuse des trafics moins avouables les bonnes âmes seront rassurées.
    My god, j’y perds mon latin !
    Nous pourrions aussi, par exemple, offrir des séjours de vacances gratuites et anonymes dans certains quartiers situés au bord du " grand rince cul d’ Europe" qu’est devenue la méditerranée, afin de permettre à des faiseurs de discours de quitter leur entre-soi et d’avoir meilleure connaissance de la "biodiversité" des lieux !
    Il faudrait cependant qu’ils se dépêchent car, les chinois étant déjà fort alléchés par les ports de Marseille et Barcelone, le paysage risque encore d’évoluer plus vite que leurs idées .
    C’est pourquoi, hier, je me suis tristement déplacée pour aller déposer dans l’urne de la R.F. un bulletin invalide.
    Merci de votre attention

    Répondre à ce message

Répondre à cet article