Categories

Accueil > France contemporaine politique > Gauche de la Gauche > Au secours ! les réformations du peuple par la base sont de retour

Au secours ! les réformations du peuple par la base sont de retour

lundi 3 juin 2019, par René Merle

Repartir de la base ? Mais quid de l’organisation ?

Ce blog continue, cahin caha. L’été s’approche, et il aura lui aussi, par intermittences, des vacances.
Question actualité en tout cas, il n’apprend rien aux grands consommateurs de journaux, magazines, blogs et autres sites, sans parler des tweets et des réseaux sociaux.
Mais bon, tel qu’il est, il me plait, comme disait la chanson. Et je ne peux à ce propos que citer Montaigne :
« Je ne vis jamais père, pour teigneux et bossu que fut son fils, qui laissait de l’avouer. Non pourtant, s’il n’est du tout enivré de cette affection, qu’il ne s’aperçoive de sa défaillance, mais tant y a qu’il est sien. »

Mais revenons à notre actualité. Pourquoi ce titre : « Au secours ? ».
C’est que, je le sens au vu des premiers appels que j’ai reçus, (en tant que scotché malgré moi à des sites de la gauche de la gauche), dans le désert créé à gauche par le résultat des dernières élections vont se multiplier les initiatives de renouvellement « à la base » que nous avons connues tant de fois, depuis le rejet de la constitution européenne en 2005.
Il ne s’agit rien de moins aujourd’hui que de « reconstituer le peuple » sur la base de rassemblements locaux !
Bonne occasion de se retrouver au chaud entre convaincus, et, quitte à être des mouches du coche, à pousser du côté des courants qui ont participé aux élections. Mais bonne ( ?) occasion aussi, et le mouvement des Gilets jaunes en témoigne, que des regroupements à la base sans organisation
ne peuvent guère aboutir.
D’abord parce que les "conseils", les "soviets" ne peuvent pousser comme des champignons à l’appel de quelques convaincus.
Ensuite, parce que "le peuple", traversé de contradictions de classes, n’est pas une donnée homogène.
Ensuite et surtout, comment penser que ce spontanéisme puisse se passer d’une organisation, bref, pour employer un mot qui échauffe les oreilles à beaucoup, non pas d’un mouvement, fut-il gazeux, mais d’un parti ?

Répondre à cet article