Categories

Accueil > Capitalisme > À propos du Pacte mondial sur la migration

À propos du Pacte mondial sur la migration

vendredi 7 décembre 2018, par René Merle

ou du fonctionnement du capitalisme

Je venais de lire le très controversé, mais très éclairant ouvrage du professeur étasunien Stephen Smith [1], que des spécialistes humanistes des migrations accusent de vouloir, sous les applaudissements de Macron et de l’Académie, raviver le mythe des invasions barbares.
Et par Médiapart interposé, j’avais suivi les polémiques entre ceux qui veulent ouvrir à tous les frontières et ceux qui veulent à tous les fermer, polémiques idéologiques placées sous l’égide du plus béat humanisme ou du plus insupportable repliement nationaliste.

Sur ce, le Pacte mondial sur la migration, en passe d’être signé à Marrakech, est venu alimenter les fantasmes et les oppositions à droite et à l’extrême droite, y compris chez certains gilets jaunes, [2].
J’ai eu alors envie de relire mon Michéa [3] qui lui ose employer le mot qui fâche, le mot absent des querelles éthiques ou idéologiques, « capitalisme » :

« Notons que les « mouvements migratoires » contemporains (qui ne concernent, pour l’instant encore, qu’une infime minorité de la population des pays du « Sud ») ne sont que la simple transposition à l’échelle planétaire de cet exode rural permanent sans lequel le capitalisme cesserait bientôt de fonctionner. À cette différence près que l’ancienne monarchie anglaise (le problème était le même pour l’aristocratie esclavagiste du sud des Etats-Unis) avait dû recourir, pour obtenir un tel résultat, à la manière forte (le hard power), tandis que la société du spectacle trouve aujourd’hui dans la fascination universelle qu’exercent ses images (le soft power de la culture mainstream) le moyen de faire venir d’eux-mêmes et à leurs frais (sous les applaudissements de l’extrême gauche libérale) les esclaves salariés et les nouveaux consommateurs qui contribueront au rayonnement de sa logique impériale.  ».

Notes

[1Stephen Smith, La ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le vieux continent, Grasset, 2018

[2Ce qui n’est pas pour nous étonner, car rien ne les vaccine contre l’air du temps, cf. Gilets jaunes et extrême droite ?

[3Jean-Claude Michéa, Le complexe d’Orphée. La gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès, Flammarion, Climats, 2011

Répondre à cet article