Categories

Accueil > France contemporaine > France contemporaine politique > Gauche de la Gauche > Refonder la Gauche ?

Refonder la Gauche ?

jeudi 6 juin 2019, par René Merle

À propos d’un appel récent

J’avais envie de prendre quelques jours de pause, mais… actualité oblige.
Je criais ironiquement « au secours ! » le 3 juin dernier.
Au secours ! les réformations du peuple par la base sont de retour
Et bien, ça n’a pas traîné.
Devant la situation catastrophique dans laquelle se retrouvent la gauche de la gauche et plus largement la gauche [1], des appels ont été lancés pour son renouvellement. Appels qui ont plutôt défrisé la France insoumise qui continue à considérer comme une adhésion totale les presque 20% de 2017, et qui se proclame hégémonique dans le rassemblement du Peuple.
Cher Jean-Luc Mélenchon
Pourquoi pas ? Les analyses factuelles (comme on dit aujourd’hui) de la situation me semblent bonnes, et les espérances bienvenues. Sauf qu’elles ne font que me rappeler les précédentes moutures qui se sont succédées depuis des années dans une mouvance politico intellectuelle qui regroupe anciens de PCF, du NPA, et désormais de la FI. Une mouvance où se mêlent des figures importantes et respectables de la vie sociale et culturelle et des désormais professionnels de la politique, dont certain/e/s plutôt soucieux de leur plan de carrière. Ainsi en va-t-il de la politique, et ce ne serait pas la peine de s’en offusquer si l’enjeu n’était pas aussi important.
Allez donc voir à :
Cf. :
Bing bang
Martelli

Mais je demeure sur ma faim, car je ne trouve guère dans ces propositions les propositions concrètes qui feraient avancer le schimblick. Quelle forme nouvelle pourrait adopter cette gauche renouvelée ? Quel type d’organisation ? Quel rapport « base-sommet » ? Qui serait aux responsabilités ? Je sais bien qu’il n’y a pas de recettes magiques, mais enfin, j’aimerais ne pas être fasciné par des entourloupettes. Et surtout que l’on ne joue pas avec la fatigue et la désespérance des militants de tous bords qui, vaille que vaille, ont continué à être sur la brêche.

Notes

[1Je continue à employer ce mot car je ne confonds pas la vraie gauche et les tristes socialistes à la Valls qui sous ce label ont mené une politique de droite

Répondre à cet article