Categories

Accueil > France contemporaine > Medias > À propos de l’affaire RMC – Neymar

À propos de l’affaire RMC – Neymar

mardi 11 juin 2019, par René Merle

Et en regardant un peu au delà de la connerie…

J’ai trop de respect pour les cafés, base de notre civilisation conviviale, pour dire qu’il s’est agi ici de mauvaise blague de comptoirs.
Que trois journalistes sportifs [1] (sans doute très contents de leur physique, mais il faut voir) se permettent de mettre minable une jeune femme, physique « seconde catégorie », on pourrait se dire qu’il ne s’agit que la révélation (si besoin était) de la connerie et de la méchanceté ambiantes (voir les commentaires ahurissants de narcissisme imbécile qui suivent toutes les brèves du portail orange, par exemple).

Mais il y a sans doute plus, comme une récupération de la méfiance ou de l’exaspération populaire contre les élites. « Vous le voyez », nous disent dans leur décontraction satisfaite ces trois mâles testotéronés, « au moins nous, nous ne parlons pas comme sur France Culture, nous n’employons pas la langue de bois des politiciens, nous parlons comme vous, nous sommes comme vous, nous sommes vos porte paroles. »

RMC a condamné les propos de ses commentateurs sportifs. Mais de toute façon, le mal est là, dans la télé du buzz, de la confrontation sans risques, de la vulgarité institutionnalisée, de l’usurpation de la parole populaire, au seul profit de l’aliénation des supporters. « Panem et circenses ». En avant, plus que jamais, vers une société où le décervelage, c’est-à-dire, comme l’indique le dictionnaire, la faculté de retirer tout jugement et d’abrutir, est, sous couvert de franc parler, le meilleur atout de la docilité sociale.

Notes

[1L’un d’eux s’était déjà signalé il y a peu en ricanant que les communistes français avaient collaboré avec les nazis

Répondre à cet article