Categories

Accueil > France contemporaine politique > Les éditorialistes qui savent ce qu’il convient de faire

Les éditorialistes qui savent ce qu’il convient de faire

samedi 8 décembre 2018, par René Merle

et qui oublient qu’ils ne sont pas élus

Manifs Gilets jaunes. Direct sur les chaînes d’information continue. Le pied pour certains éditorialistes, qui n’avaient rien vu venir, confits qu’ils étaient dans leur béatitude macronienne, et qui depuis trois semaines, piètres mouches du coche, jouent le jeu de conseiller du Prince, en tactique comme en stratégie. Quelle tristesse, et quel discrédit jeté sur l’ensemble de la profession, qui mérite mieux…

2 Messages

  • Les éditorialistes qui savent ce qu’il convient de faire Le 11 décembre 2018 à 18:27, par Louis

    Je dois reconnaitre que pendant trois semaines, tous les matins, à suivre (ce qui en temps normal ne m’arrive jamais) je me suis régalé à voir tous ces "journalistes" s’agiter, comme voir également un premier ministre recevant des "gens de rien" qui..ne viennent pas, des ministres et des députés contraints de dire le soir le contraire de ce qu’ils disaient le matin !!!

    Répondre à ce message

  • Bonjour René
    Je partage ton analyse et je critique que très rarement le manque d’intégrité et d’impartialité des journalistes, je considère que cela fait parti du jeu et motive dans le débat.
    Depuis le mouvement des gilets jaunes je me force à regarder un peu BFM TV, CNEWS…, pour observer ce que tu décris. Samedi dernier j’ai assisté à quelque chose de surréaliste !
    Nous sommes le samedi 20 décembre sur BFM, il est 19:00 en plein débrief de la journée de mobilisation.
    Dans l’extrait que je décris, les invités sont Hayk SHAHINYAN (gilet jaune) et Natalia POUZREFF (députée LREM)
    Thomas MISRACHI est à la baguette – en théorie, il doit animer, poser des questions pour faire avancer le débat, « accessoirement » attendre la réponse complète de l’interviewé.e, faire participer tout le monde etc.
    Le moment croustillant commence à :

    1:07:12
    T.M. « Vous ne pouvez pas attendre tout de l’état ?! » (C’est assez moralisateur et limite méprisant).

    1:08:00
    Après un long dialogue avec H.S., en oubliant complètement la députée LREM et n’arrivant pas à le convaincre ; le journaliste commence à argumenter, à la place de l’élue et part dans une totale improvisation. Après un silence…
    T .M. « Est-ce qu’il n’est pas plus simple de faire les choses soi-même, plutôt que de toujours compter sur l’état ? ».
    H.S. « Qu’est ce que ça veut dire, faire les choses soi-même" ? ».
    T.M. « Ici, c’est moi qui pose les questions ! ». (Après être sorti de son rôle de journaliste, T.M. le reprend volontiers quand il se trouve dans l’embarras).
    N.P. « Par exemple l’engagement que vous avez […] il est pour faire changer la situation des plus démunis ». (Je rappelle que cette personne est députée LREM… irréel !!!).
    H.S. « Un agriculteur qui en a marre du système qui est en train de le tuer, il doit faire quoi ? »
    La députée tente un début de réponse, pour sortir la tête de l’eau et là, arrive le moment de bravoure.

    1:08:39
    T.M. lui coupe complètement la parole, parle en même temps qu’elle, jusqu’à ce qu’elle se taise et prend le rôle de débatteur … ??? Effarant !!!

    Je voulais juste partager ce témoignage. Nous connaissons le comportement des journalistes TV, la critique n’apporte pas forcément grand chose, mais là c’était vraiment patent.
    Amitiés

    Lien : https://www.youtube.com/watch?v=sCWhJG8b7hk

    Répondre à ce message

Répondre à cet article