Categories

Accueil > Idéologies du mouvement social sur le long XIXe siècle > Marx-Engels avant 1852 > Marx 1844 et les insurrections des Canuts

Marx 1844 et les insurrections des Canuts

vendredi 14 juin 2019, par René Merle

Un article de Vorwärts !

Karl Marx - Gloses critiques en marge de l’article "Le Roi de Prusse et la réforme sociale par un Prussien" (Vorwärts !, n°60, 7 et 10 août 1844) (traduction Maximilien Rubel).

"Plus l’intelligence politique d’un peuple est développée et répandue, plus le prolétariat gaspille - du moins au début du mouvement - ses forces dans des émeutes irréfléchies, infructueuses, et bientôt noyées dans le sang. Parce qu’il pense sur le mode politique, il aperçoit la raison de tous les maux sociaux dans la volonté, et tous les moyens d’y remédier dans la violence et dans le renversement d’une forme d’État déterminée. À preuve, les premiers soulèvements du prolétariat français. Les ouvriers de Lyon croyaient poursuivre des fins purement politiques, n’être que des soldats de la République, alors qu’ils étaient, en vérité, des soldats du socialisme. L’intelligence politique leur cachait ainsi la racine de la misère sociale ; ainsi elle faussait en eux la compréhension de leur but véritable ; ainsi leur intelligence politique trompait leur instinct social."

En 1844, le jeune Marx (il est né en 1818), vit depuis un an à Paris. Il écrit dans le journal allemand publié à Paris depuis la fin 1843, Vorwärts ! ; le journal, initialement sans engagement, s’était rapidement ouvert aux démocrates allemands, intellectuels et manuels, si nombreux dans la capitale. (Condamné par le gouvernement français à la demande du gouvernement prussien, le journal ne dépassera pas le cap de l’année 1844).

Ce jugement rapide de Marx (trop rapide ?) sur les deux insurrections des Canuts (1831 et 1834) pose une question qui, de Proudhon à Marx, ne cessera de se poser, et que ne cesseront de se poser les travailleurs qui, comme les Canuts de 1831, levaient l’étendard noir de la protestation sociale : le rapport du mouvement ouvrier naissant au mouvement républicain.
On se reportera à l’œuvre de l’historien de ces deux insurrections, Fernand Rude, qui témoigne à l’évidence de l’écho de ces révoltes : en défendant des revendications fondamentales, en révélant les mécanismes de l’exploitation, elles posèrent la "question sociale" devant l’opinion française, et au-delà.
Pour autant, si l’insurrection de 1831 fut un mouvement de protestation "purement" sociale, il est indéniable que celle de 1834, dont les motivations sont tout aussi sociales, reçut le renfort des sociétés secrètes républicaines, et eut un caractère républicain.
Peut-on pour autant dire, et Marx l’affirme un peu vite sans ambages, que cette insurrection de 1834 dévoyait "l’instinct social" des Canuts vers une illusion ? En tout cas, Marx pose ici la question qui, en cette avant-veille de grandes secousses révolutionnaires, divise communistes et socialistes, tout en les opposant aux républicains petits-bourgeois : changer la forme du gouvernement, ou s’attaquer à la nature même de l’État et de l’ordre social ?

Répondre à cet article