Categories

Accueil > France contemporaine politique > Macronisme > Le président mal-aimé fait don de sa personne à la France

Le président mal-aimé fait don de sa personne à la France

mardi 11 décembre 2018, par René Merle

ou de « l’apaisement » avant Noël ?

Menaçant d’abord, mais sonné, repentant, lâchant quelque peu du lest (preuve que ce type d’action paye), mais lâchant à moindre frais (car qui règlera l’addition ? en tout cas pas les riches, il l’a répété), bref un président ébranlé (oh que c’est dur de ne pas être aimé), mais en fait fidèle à ses objectifs « libéraux ».

La fracture est consommée en profondeur, et il est certain que les prochaines réformes (dont celle du système des retraites) seront difficiles à mener.

Et dans l’immédiat ? Ceux qui sont dans l’action décideront de la suite à donner. Les options seront certainement diverses, comme les réactions de l’opinion. Une remarque à ce propos : du RN à la FI, j’ai entendu des politiques appeler à continuer une action qu’ils n’avaient pas vu venir et qui s’est déroulée sans eux ; Jean-Luc Mélenchon s’intronisait même démiurge samedi prochain d’un acte V. On croirait entendre la phrase célèbre : « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur. » [1]

Plus importante que les réactions des politiques, et peut-être plus décisive sera l’attitude des couches sociales que les syndicats influencent, et qui peuvent se mettre en mouvement, à leur façon, ou continuer à jouer les spectateurs à la fois sympathisants et méfiants. Affaire à suivre dès le 14 avec la manifestation CGT « Salaires, pensions, protection sociale ».

Notes

[1Jean Cocteau, Les mariés de la Tour Eiffel, 1928

Répondre à cet article