Categories

Accueil > Court XXe siècle, 1914 - 1945 > France > Il y a cent ans, un Tour de France nationaliste

Il y a cent ans, un Tour de France nationaliste

samedi 6 juillet 2019, par René Merle

Quand le Tour entérine la victoire

Ainsi ce samedi 6 juillet, le tour de France cycliste prend son départ depuis… Bruxelles.
Autres temps, autres mœurs. Il fut un temps où le Tour ne dépassait pas les frontières de hexagone…
Mais venons en au Tour de France d’il y a cent ans.
Le Tour de France de 1919 est le premier depuis la fin de la guerre qui en avait interrompu le déroulement (le premier s’était déroulé en 1903, en sept étapes !).
C’est un vrai Tour, qui longe les frontières de la France…

Soixante coureurs prendront le départ, sept seulement arriveront.


Le très nationaliste Henri Desgrange, homme de droite, coureur cycliste réputé devenu homme d’affaires, directeur du grand quotidien sportif l’Auto (né en 1900) et créateur - directeur du Tour de France, avait tenu à ce que le Tour passe dans l’Alsace Lorraine arrachée au Reich depuis novembre 1918.

Traverser l’Alsace… C’est chose faite, en premier lieu avec l’étape Genève-Strasbourg, le 21 juillet 1919. Une étape de 371 kms que le vainqueur, Luigi Lucotti, parcourt en 15 h 8’ 42’’ !
Voici comme l’Auto en rend compte le lendemain :

Ce n’est certes pas la première fois, et ce ne sera pas la dernière, où le sport aura servi des causes nationalistes, voire chauvines. Mais cette traversée de l’Alsace, à peine sortie des insurrections « rouges » du lendemain de l’armistice, et en plein et complexe passage d’une nationalité à une autre, d’une langue à une autre, d’une administration à une autre, n’avait évidemment rien d’innocent.

Répondre à cet article