Categories

Accueil > Identité/s > Football. Triste liesse d’après match.

Football. Triste liesse d’après match.

mardi 16 juillet 2019, par René Merle

À qui profite la "Fête" ?

N’ayant jamais été adepte de ces liesses d’après match, qui sont bien souvent, hélas, des transes collectives mâtinées du nationalisme le plus imbécile, tricolore à l’occasion, je n’ai donc pas été enthousiasmé par le spectacle donné sur les Champs-Élysées et dans d’autres villes de France le 14 juillet au soir.
Dans notre France définitivement éclatée, que des jeunes gens nés en France, et bien désireux d’y rester, manifestent dans une sorte de revanche à la fois historique et sociale, la fierté des origines pour un pays où ils n’iront jamais vivre, n’a rien pour nous étonner.
Qu’une partie d’entre eux ait cru bon de manifester joie, et hargne, par des actes de destruction aveugle, n’a rien non plus pour nous étonner. Cette violence ronge cités et banlieues depuis si longtemps… Mais il est insupportable de voir de bons esprits, non sans souci électoraliste, la cautionner par les considérations historiques et sociales que j’évoquais plus haut. Cette violence chauvine est le meilleur cadeau apporté à cette droite extrême qui la condamne au nom d’un autre chauvinisme. Et cette violence n’apporte rien, bien au contraire, à la bienvenue vague protestataire qui secoue l’Algérie.

Répondre à cet article