Categories

Accueil > France contemporaine politique > Macronisme > Grève des urgences et autres soucis

Grève des urgences et autres soucis

vendredi 2 août 2019, par René Merle

J’ai rêvé que je recevais un message de Brégançon

« Grève des urgences ? Voilà une bonne grève, ils/elles sont en grève mais ils/elles assurent le travail. Donc pas de problèmes, laissons-les râler, ça ne changera pas grand chose. Nous demandons seulement à Mme la Ministre de la Santé d’éviter de se faire séquestrer dans un hosto un peu trop remuant.
Sinon, tout baigne. De bons connaisseurs de la réalité française, comme Jérôme Fourquet, nous signalent que le pays est divisé, que la situation est électrique, et que la violence est partout à fleur de peau. C’est ce que j’ai moi-même dit à mes ministres il y a peu : les racines du mal protestataire sont toujours là, mais, grâce à nos réformes, à la patience des Français, et à la compréhension de la CFDT, ces racines seront peu à peu extirpées et la startup nation pourra continuer son ascension.
Naturellement, pour l’heure, « main de fer dans un gant de velours », il n’est pas question de laisser la rue à quelques factieux, à Nantes ou ailleurs. Nos forces de l’Ordre et notre justice ont fait preuve de leur efficacité en la matière. Notre modèle est Clémenceau le réformateur, qui fut quand même le premier flic de France, comme il aimait s’appeler. Un peu saignant certes, mais efficace.
Donc, bonnes vacances à ceux qui peuvent en jouir, et aussi quand même à ceux qui ne le peuvent pas. Un salut particulier à mes fidèles électeurs, dont beaucoup profitent de l’été pour parcourir le monde. C’est-à-vous, classes moyennes et supérieures éduquées, civilisées, européanisées et mondialisées, que je dois mon trône. Je compte sur vous à la rentrée pour qu’il ne chancelle pas ».

Répondre à cet article