Categories

Accueil > Pouvoir présidentiel et Constitution > Quel avenir pour notre Président ?

Quel avenir pour notre Président ?

mardi 18 décembre 2018, par René Merle

Élection présidentielle ou accident de parcours ?

Les présidentielles sont bien loin. Mais chacun sait que nos politiques y pensent tous les matins en se rasant.
Apparemment, notre Président n’a pas de souci à se faire à ce sujet.
Tel le bouchon agité par les flots, mais insubmersible, notre Président par défaut sait que les institutions qui l’ont fait élire sont les garantes de sa survie.
Quelque colère et haine qu’il ait pu susciter, les sondages lui assurent quand même aujourd’hui une pauvre seconde place au premier tour. Et rien ne serait alors perdu pour lui, puisqu’en l’état actuel des choses, la première place irait à Mme Le Pen. Bis repetita. Au nom de l’antifascisme, la réélection de notre fringant Rastignac serait alors assurée.
À moins que…

Je ne pense pas que les diverses oppositions dites de gauche aient la sagesse de s’unir derrière un candidat qui ne serait pas obligatoirement notre Líder maximo, et sans doute celui-ci n’entend pas perdre la vedette. Donc, à moins d’un raz-de-marée des abstentionnistes vers la France insoumise, peu de chances qu’un candidat « de gauche » soit présent au second tour.

On peut aussi imaginer la formation d’un Parti Gilets jaunes qui rognerait sérieusement les voix de la France insoumise et du RN. Dans ce cas, notre Président serait en tête au premier tour, contre la candidate du RN, et donc serait élu les doigts dans le nez.

Mais ce qui sans doute n’est pas impensable peut advenir à ce second tour : sur fond d’abstentionnisme général vidant le potentiel de ralliement démocratique contraint à Macron, on peut imaginer une partie des abstentionnistes repentis du premier tour voter RN, une bonne partie de la droite s’unir au RN, et Macron serait battu sur le poteau…
Donc, Macron ou RN… tristes perspectives, qui devraient initier un réveil des vrais démocrates. En tout cas, c’est ce que je peux me permettre de dire en tant que citoyen.

Mais peut-être tout n’est-il pas ainsi écrit. Après l’enfumage des concessions, de l’empathie et du repentir de notre Président (qui n’en maintient pas moins son cap), le réveil sera dur au lendemain des fêtes, et ensuite. Personne ne peut savoir comment la crise de régime évoluera, et, partant, personne ne peut s’avancer sur la durée de l’actuel mandat présidentiel.

Sans doute, dans les cercles financiers qui ont organisé la montée au pouvoir de notre jeune homme pressé, « leur » homme, doit-on commencer à envisager une relève, « démocratique » ou autoritaire.

1 Message

  • Quel avenir pour notre Président ? Le 18 décembre 2018 à 07:09, par Olivier Girolami

    Bonjour René
    Je voudrais réagir à la fin de ton article, sur les cercles financiers qui organisent et choisissent les Présidents.
    L’étrange Monsieur Attali qui avait (comme par hasard) prédit l’élection de Macron depuis 2015, prévoit pour 2022 "une Presidente"… C’est peut-être une piste à ta question « doit-on commencer à envisager une relève, démocratique ou autoritaire. »
    Amicalement.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article