Categories

Accueil > Regards sur le monde > Italie > Mariage à l’italienne (bis)

Mariage à l’italienne (bis)

jeudi 5 septembre 2019, par René Merle

Quand les anti-systèmes du M5S se carrent confortablement dans le système, avec le concours du PD

Ainsi aujourd’hui M5S épouse PD dans la ville où tous les chemins mènent.
Ouf, l’Europe civilisée respire, les méchants populistes sont écartés du pouvoir, les navires bourrés de migrants pourront enfin accoster le rivage italien, les contraintes budgétaires de Bruxelles ne seront plus mises en danger et Bruxelles pavoise, bref tout est bien qui finit bien.
Mais revenons aux heureux mariés.

Dans un pays aussi chrétien (Salvini en témoigne qui ne quitte pas son image pieuse), il n’est pas encore très bien vu de ne pas arriver à l’église en robe blanche. Hélas, les deux conjoints sont d’ex-divorcés. PD ne compte plus ses mariages rompus, et le pauvre M5S, à peine épousé, s’est vue largué par une Lega avec laquelle le divorce est consommé…
Souhaitons quand même que cette union ne soit pas plus provisoire que les autres, encore qu’il soit permis d’en douter…

— PD (Parti Démocrate), cette alliance de communistes repentis et de démocrates chrétiens défroqués, est un très présentable parti de gouvernement, platement réformiste dans ses différents passages aux affaires, c’est-à-dire ne réformant que dans l’optique libérale qui est celle de Macron, avec lequel il est très lié [1]. Ce qui lui a valu la désaffection d’une partie de ses électeurs et une défaite électorale cuisante aux dernières élections.

— M5S (Movimento cinque Stelle, Mouvement cinq étoiles [2]), cette énigme politique fondée en 2009 par le populaire comique Beppe Grillo, anti système, anti partis, fut porté sur les réseaux sociaux par une jeunesse avide de changement, d’écologie, de vrai travail, de propreté. Après son score inattendu aux législatives de 2018, les portes du pouvoir lui étaient ouvertes, mais il fallait trouver un partenaire. On repoussa avec mépris le vieux PD image du système des Partis à bout de souffle, pour s’allier sans états d’âme avec un autre Mouvement, pourfendeur des contraintes européennes mais pas particulièrement branché écolo, pour ne pas parler du reste. On connaît la suite.
Désormais, appuyé par le rassurant très européen PD, voilà notre M5S qui change son fusil d’épaule. Embrassons-nous Folleville. Terminées les attaques contre Macron. Le leader du M5S, Di Maio, était allé à Paris soutenir les Gilets jaunes, que Salvini encensait ! On se doute que cela ne se reproduira plus dans la nouvelle lune de miel avec la République en marche.

Bref, il y a avec tout cela de quoi donner le tournis.

Dorénavant Salvini, fort du soutien d’une bonne partie de l’opinion, en attendant sa revanche, aura beau jeu de dénoncer l’impuissance prévisible du nouvel attelage, qu’il appelle celui des « fauteuils » ministériels si chers aux fesses des politiques.

Notes

[1Notre Premier Ministre vient de recruter comme chargé de mission un membre éminent du PD, Sandro Gozzi, ancien secrétaire d’État italien aux Affaires européennes.

[2Cinq étoiles pour : traitement de l’eau publique, traitement des déchets, énergies renouvelables, mobilité durable, connectivité wi-fi libre et gratuite

Répondre à cet article