Categories

Accueil > Personnel : lectures, écriture, souvenirs > Lectures > Aragon, Couplets du Beau Monde, 1933

Aragon, Couplets du Beau Monde, 1933

dimanche 29 septembre 2019, par René Merle

Le poète militant dit leur fait à ceux « du bel air »


Un poème d’Aragon publié dans Commune (juillet 1933) [1]
1933, Aragon a 36 ans. Trois ans après sa conversion au communisme, il stigmatise ici un « beau monde » qu’il connaît bien, et qu’il voue à la Révolution salvatrice…

Couplets du beau monde

Chauffeur au Claridge Roulons
Le rire aveugle des fantoches
alterne avec le bruit des cloches
au pays des chapeaux melons

Dans les gazettes lumineuses
les jeux de mots de l’espoir
s’accrochent au décor du soir
sur le rythme des mitrailleuses

Problèmes sentiments douleurs
vous composez votre dentelle
pour l’oisiveté naturelle
à ceux qui naissent dans les fleurs

Les belles mains de la paresse
ne sont pas douces tous les jours
et les ours dans la fosse aux ours
leur rendraient des points de tendresse

C’est au cimetière des chiens
que pleure l’ancienne romance
Quand pleure l’ancienne romance
Reviens Mimi Mimi reviens

Le travail se métamorphose
dans la caverne des voleurs
A la bourse au ciel des valeurs
Le grisou des ordres explose

L’ombre équivoque des maisons
ressemble à la faux de nos songes
Et le fausset de vos mensonges
éveille l’écho des prisons

L’Eglise de la Madeleine
Et la Chambre des Députés
la paix soit aux déshérités
ont les mêmes dents de baleine

Bénis soient les gens du bel air
dans les stations estivales
et les anglais aux belles malles
dans la neige des sports d’hiver

Le couturier l’équilibriste
Le flic le mac et l’agio
De Beers Suez Shell ou Rio
c’est le monde capitaliste

Notes

[1Commune, Revue de l’association des écrivains et des artistes révolutionnaires. - Comité directeur : H.Barbusse, A.Gide, R.Rolland, P.Vaillant-Couturier - Secrétaires de rédaction : L.Aragon, P.Nizan.

Répondre à cet article