Categories

Accueil > Personnel : lectures, écriture, souvenirs > Lectures > Montaigne, au plus élevé trône du monde…

Montaigne, au plus élevé trône du monde…

dimanche 29 septembre 2019, par René Merle

Tous dans l’humaine condition

On a si souvent cité cette phase de Montaigne (tirée du décisif et ultime chapitre « De l’expérience » [1]), en espérant que les Grands de ce monde puissent la lire, que je ne résiste pas au plaisir de la redonner :
« Et au plus eslevé throne du monde, si ne sommes assis, que sus nostre cul » [2]

Notes

[1Montaigne, Essais, III, 13(édition assurée par Maurice Rat), Classiques Garnier, 1952

[2Voici la totalité du paragraphe : C’est une absolue perfection, et comme divine, de sçavoir jouyr loiallement de son estre : Nous cherchons d’autres conditions, pour n‘entendre l’usage des nostres, et sortons hors de nous, pour ne sçavoir quel il y fait. Si avons nous beau monter sur des eschasses, car sur des eschasses encores faut-il marcher de nos jambes. Et au plus eslevé throne du monde, si ne sommes assis, que sus nostre cul .

Répondre à cet article