Categories

Accueil > France contemporaine > France contemporaine politique > Macronisme > Je n’aurais pas dû repenser aux retraités

Je n’aurais pas dû repenser aux retraités

samedi 5 octobre 2019, par René Merle

De la théorie présidentielle des vases communicants

Je n’aurais pas dû, car mon hypertension était stabilisée. La voilà qui remonte.
Mais comme j’avais un peu vite hier ironisé sur les intentions et les motivations de notre jeune monarque, j’ai suivi en replay son intervention à Rodez.
J’aurais dû le comprendre avant.
Et j’ai compris.
Nous vivons dans une société close de vases communicants : les retraités et les actifs. Retraité de l’enseignement, je fais donc partie des nantis. Il est par conséquent légitime que ma pension soit bloquée. Il est légitime qu’elle soit amputée au profit des actifs. Non pas que le salaire des actifs en soit augmenté, mais les charges baisseront grâce à mon sacrifice citoyen.
Naturellement, en dehors de ces deux vases communicants, il y a les plus riches. Ils participent déjà suffisamment à l’effort de solidarité nationale, pour qu’on ne les sollicite pas plus. D’ailleurs, vous l’avez constaté, depuis la suppression de l’ISF, l’argent ruisselle dans l’investissement productif…

J’ai compris, mais, je l’avoue, le sommeil m’a gagné avant la fin et je me suis perdu dans le bleu insondable des yeux de notre Président.
J’ai rêvé de mon EHPAD à venir, avec au mur, parmi les dessins coloriés par les résidents, le portrait présidentiel, et le bleu insondable…

1 Message

  • Je n’aurais pas dû repenser aux retraités Le 5 octobre à 18:45, par Jean-Yves Salmeron

    70 % de la richesse créée en France , quitte l’hexagone, chaque année.
    50% de la population détient 8% du patrimoine, quand les plus riches (1%) détiennent 17 % d’icelui.
    Petit joueur Jupiter , donc, quand il se coltine aux retraités et aux actifs.
    C’est vrai aussi que nous sommes les plus nombreux et les plus agités.
    On se demande pourquoi.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article