Categories

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Italie > Italie – le communisme zombi

Italie – le communisme zombi

dimanche 6 octobre 2019, par René Merle

Nostalgie ou perspective d’avenir ?

Bandiera rossa, l’hymne du défunt parti communiste italien…
Cf. : Bandiera rossa
On le croyait mort et enterré, porté à la fosse commune par le Parti démocrate (amalgame de communistes repentis et de démocrates chrétiens défroqués). Et les années l’avaient couvert d’oubli…
Et voilà que le secrétaire du Parti démocrate, Nicola Zingaretti [1] se retrouve à la fête nationale de l’Unittà, à Ravenne, avec quelques ministres qui n’en demandaient pas tant, devant une foule qui lui chante le chant partisan Bella Ciao… et Bandiera rossa.
Grand branle bas depuis dans les médias italiens.
Du côté du PD, c’est à qui essaiera au plus vite de se débarrasser de ce sparadrap :
Vous pensez bien que ne somme pas au Portugal où les socialistes s’allient avec succès aux communistes. Nous sommes en Italie où nous venons de nous allier à notre ennemi traditionnel, le Mouvement Cinq Étoiles. Nous sommes un respectable parti de gouvernement, et non pas un parti d’agitateurs…
L’ancien Premier ministre PD Matteo Renzi, (clone de Valls et de Macron), aujourd’hui dissident du PD, a été catégorique : « Bandiera rossa est une chanson que je respecte, mais elle n’est pas la chanson du PD et elle ne sera jamais la mienne ».
Et d’ajouter ironiquement à propos de ce fossile : « Pour les jeunes d’aujourd’hui le drapeau rouge est celui de la Ferrari »…
Reste à savoir si les militants qui chantaient Bandiera rossa la chantaient en nostalgie, ou en ouverture d’avenir…

Notes

[1Le frère du bien connu Commissaire Montalbano

Répondre à cet article