Categories

Accueil > France contemporaine > Classes sociales et Mouvements sociaux contemporains > Intelligentsia et médias devant le mouvement social > en discutant avec de vieux amis... Idéologie dominante et réforme des (...)

en discutant avec de vieux amis... Idéologie dominante et réforme des retraites

dimanche 3 novembre 2019, par René Merle

Du face à face solitaire avec l’écran

Dans notre jargon de marxistes paléolithiques, nous employons souvent le terme, jugé terme-clé, d’ « idéologie dominante ». Cette idéologie qui submerge et pénètre le bon peuple pour l’inciter à la soumission, mais dont nous, les « éclairés », serions miraculeusement préservés, de par notre engagement.
Las, il faut souvent déchanter.
Des rencontres récentes avec des enseignants retraités, (comme moi), avec lesquels j’ai partagé les mêmes valeurs, les mêmes actions, m’ont permis de mesurer à quel point je me trompais.

Voilà des amis qui jouissent d’une retraite garantie par le statut des fonctionnaires (né de la Résistance) et le calcul sur les derniers mois de salaire (né de l’action syndicale), - situation que beaucoup envieraient -, et qui, convaincus qu’on ne touchera jamais à ce qui leur permet une fin de vie convenable (la réforme sera pour ceux qui entrent dans le marché du travail, pensent-ils innocemment ), sacrifient sans état d’âme à leur souci d’ordre et de rigueur l’avenir des futurs retraités : « Il y a trop de statuts, il faut tour unifier ». Retraite par points ? Garantie de la valeur du point ? Tout cela pèse peu dans l’engourdissement complice devant les débats télévisés, notamment avec la brochette intangible d’experts de C dans l’air et autres débats de « spécialistes ». La fréquentation quasi quotidienne de ces porte paroles de « l’idéologie dominante » a remplacé depuis longtemps les discussions de la salle des profs. et les actions syndicales. Aussi présent qu’il puisse être dans diverses associations culturelles ou éventuellement caritatives, le retraité coupé du monde du travail, se retrouve seul devant sa télé du point de vue de sa vision du monde actuel. Et la messe est presque dite...

Ajoutez à cela l’influence des enfants et petits-enfants bien aimés, qui ont négligé le statut ringard de l’enseignant pour celui plus glorieux, et profitable, de cadre dans la finance, l’entreprise ou la com. Descendance souvent tout acquise à cette « idéologie dominante », (et qui ne voit pas encore ce qui lui pend au nez question retraites), descendance dont les opinions macronistes phagocytent doucement celle des parents et grands-parents….
Et, ainsi, vous pouvez constater comment de vieux électeurs de gauche, et de la gauche de la gauche, doucement anesthésiés, sont conditionnés pour ne pas participer au grand mouvement de protestation sociale qui s’annonce, ou plutôt pour le condamner…

D’autant, sucre sur les poires, que leur intérêt est opportunément obnubilé par l’hystérique campagne autour du port du voile, sur laquelle je reviendrai.

1 Message

Répondre à cet article