Categories

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Colonialisme > Algérie > Quand les républicains avancés soutenaient la conquête de l’Algérie sous la (...)

Quand les républicains avancés soutenaient la conquête de l’Algérie sous la Monarchie de Juillet

jeudi 14 novembre 2019, par René Merle

La cécite de la gauche avancée devant l’injustice et la cruauté de la guerre de conquête coloniale

Le mensuel que Laponneraye lance en octobre 1839 ne pourra pas dépasser le numéro de novembre : La Propagande démocratique, Journal des intérêts populaires. Liberté - Égalité – Fraternité, Paris, Rousset.
Dans le droit fil du républicanisme guerrier déjà rencontré chez Blanqui, dans la Société des Amis du Peuple et la Société des Droits de l’Homme, Laponneraye pointe aussi la mission historique qu’a la France, fille de la Révolution, d’apporter, à la pointe de ses baïonnettes, la Liberté aux peuples opprimés d’Europe.
Il est plus qu’intéressant de mettre en rapport cette vision "libératrice" avec les quelques lignes ajoutées au numéro de novembre :

"Au moment de mettre sous presse, nous apprenons que la guerre a éclaté en Afrique. La ridicule paix de Tafna, ce chef-d’œuvre de la diplomatie du général Bugeaud, s’en est allée au vent[[Suite aux défaites françaises de 1835, ce traité entérinait une double souveraineté, celle de la France sur ses zones occupées, celle de l’Émir Abd-el-Kader sur une grande partie de l’Ouest et du Sud algériens]. L’émir Abd-el-Kader, l’implacable ennemi de la France, a écrit à M. le Maréchal Valée, gouverneur général de nos possessions Africaines, une lettre par laquelle il lui déclare formellement une guerre à toute outrance. Déjà des nuées de cavaliers Arabes ont attaqué nos avant-postes ; des assassinats partiels et des massacres de détachements ont eu lieu. M. le Maréchal Valée fait toutes ses dispositions pour repousser l’ennemi et prendre sur lui une vigoureuse offensive. S’il faut en croire le rapport de Lion Roche, jeune Français qui a passé quatre années au près d’Abd-el-Kader, ce chef pourrait mettre en ligne contre nous cinquante mille hommes. Ce sont de nouvelles victoires pour nos braves soldats."

On trouve ici une des racines de la cécité d’une grande partie de la gauche française, y compris la plus "avancée", devant l’injustice et la cruauté de la guerre de conquête coloniale.

Répondre à cet article