La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Court XXe siècle, 1914 - 1945 > Allemagne > Allemagne, l’espoir de la Révolution communiste. Auf auf zu kampf

Allemagne, l’espoir de la Révolution communiste. Auf auf zu kampf

lundi 19 août 2019, par René Merle

Un chant de combat repris plus tard à leur façon par les nazis

Oui, prendre la mesure du temps qui passe avec Auf auf zum Kampf !...
Une chanson martiale de la guerre de 1870 qui devient un chant de combat des communistes, et, après la tragédie de l’échec du KPD, qui devient un hymne SA !
Les paroles furent écrites par Bertold Brecht au lendemain de l’écrasement de l’insurrection spartakiste, en 1919, par le gouvernement du socialiste Noske et les corps francs de la droite militariste qui assassinèrent Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht.
Elle est contemporaine de la préparation programmée de la Révolution en 1923, sur ordre de l’Internationale communiste qui, de Moscou, voulait imprudemment lancer le puissant parti communiste allemand (KPD) à l’assaut du pouvoir. Pour employer la terminologie gramscienne, l’Internationale voulait transformer la guerre de positions allemande en guerre de mouvement. Initiée en Saxe et en Thuringe en octobre, l’insurrection fut décommandée in extremis. Cette défaite stratégique du KPD signait la fin du processus révolutionnaire ouvert par les insurrections de l’automne 1919. La bourgeoisie allemande allait reprendre la main dès 1924, avec l’aide massive des capitaux américains. On connaît la suite.

Auf, auf zum Kampf, zum Kampf !
Zum Kampf sind wir geboren.
Auf, auf zum Kampf, zum Kampf !
Zum Kampf sind wir bereit !
Dem Karl Liebknecht, dem haben wir’s geschworen,
Der Rosa Luxemburg reichen wir die Hand.

Traduction Annette Merle - Borgniet.
Debout, au combat, au combat ! Nous sommes nés pour le combat. Debout , debout, au combat, Nous sommes prêts pour le combat. À Karl Liebknecht nous l’avons juré, À Rosa Luxembourg nous tendons la main.

Wir fürchten nicht, ja nicht,
Den Donner der Kanonen !
Wir fürchten nicht, ja nicht,
Die Noskepolizei !
Den Karl Liebknecht, den haben wir verloren,
Die Rosa Luxemburg fiel durch Mörderhand.

Certes nous n’avons pas peur du tonnerre du canon ! Non, nous n’avons pas peur non plus de la police de Noske. Karl Liebknecht, lui, nous l’avons perdu, et elle, Rosa Luxemburg, elle est tombée de la main des meurtriers.

3. Es steht ein Mann, ein Mann,
So fest wie eine Eiche !
Er hat gewiß, gewiß,
Schon manchen Sturm erlebt.
Vielleicht ist er schon morgen eine Leiche,
Wie es so vielen Freiheitskämpfern geht.

Un homme est debout, solide comme un chêne. Certainement, certainement, il a vécu maintes tempêtes. Peut-être dès demain sera-t-il un cadavre, comme il en est de tant de combattants pour la liberté.

4. Auf, auf zum Kampf, zum Kampf !
Zum Kampf sind wir geboren.
Auf, auf zum Kampf, zum Kampf !
Zum Kampf sind wir bereit !
Dem Karl Liebknecht, dem haben wir’s geschworen,
Der Rosa Luxemburg reichen wir die Hand.

Répondre à cet article

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0