Categories

Accueil > Idéologies du mouvement social sur le long XIXe siècle > 1830-1847. Communistes

1830-1847. Communistes

Dernier ajout : 10 mars.

Articles de cette rubrique

  • Banquets réformistes et banquet communiste de 1840

    4 janvier, par René Merle

    vus par le très bourgeois Le Constitutionnel
    À l’exemple de ce qu’avait initié l’opposition anglaise, les divers courants de l’opposition française (dynastique ou radicale) initièrent une campagne de banquets permettant de contourner les lois répressives visant les associations. Les toasts portés à cette occasion étaient de véritables déclarations programmatiques. Au lendemain du premier Banquet communiste à Paris (Belleville) le 1er juillet, on pouvait lire cet éditorial du grand journal centriste Le (...)

  • Le communisme chrétien de Wilhelm Weitling

    3 janvier, par René Merle

    Une traduction française de 1840
    Les communistes français que j’ai présentés dans néo-babouvistes eurent en 1840 l’opportunité, rare, de lire en français l’essai d’un communiste allemand, avec opuscule de 69 pages de Wilhelm Weitling : Critique religieuse du communisme, L.-A. Michot., 1840.
    Le compagnon tailleur Wilhelm Weitling (1808), élevé dans une grande pauvreté, avait comme beaucoup d’artisans et d’ouvriers allemands démocrates, fui la répression et gagné Paris en 1836. Il est cette même année un (...)

  • Propagande communiste cabétiste

    24 décembre 2018, par René Merle

    L’Almanach icarien de 1843
    J’ai évoqué dans un billet récent la profession de foi d’Étienne Cabet (1788-1856), telle qu’il la destinait à des lecteurs éclairés, susceptibles de la comprendre. Voici un exemple de la façon dont il estimait pouvoir toucher le peuple sociologique, au-delà du milieu bouillonnants des artisans et ouvriers de l’atelier, autodidactes et affamés de lectures. Nous sommes ici dans la plus triste propagande « descendante », telle que d’innombrables propagandistes du temps, de (...)

  • Cabet le communiste

    22 décembre 2018, par René Merle

    Profession de foi de 1840
    J’ai récemment consacré quelques billets aux communistes égalitaires néo-babouvistes sans la rubrique rub. J’en viens maintenant à l’autre branche du communiste français des années 1840, la plus connue celle de Cabet et de ses disciples. Pour commencer par un sourire, rappelons son exécution exécution capitale par le jeune Marx : « Exilé en Angleterre, le Français Cabet y subit l’influence des idées communistes locales, et retourne en France pour y devenir le représentant (...)

  • Louis Reybaud et les communistes néo babouvistes

    21 décembre 2018, par René Merle

    Haine de classe et esprit de supériorité
    Le journaliste, économiste, et romancier Louis Reybaud (1799), confortablement installé au Centre gauche politique de la Monarchie de Juillet, a abondamment traité des « réformateurs contemporains ». Voici un extrait de son étude « Des idées et des sectes communistes », publiée dans la Revue des Deux Mondes, tome 31, 1842. Il témoigne d’une solide documentation et d’une haine de classe envers ce spectre, qui, comme l’écrira bientôt Marx, hantait l’Europe : le (...)

0 | 5 | 10