Categories

Accueil > Identité/s

Identité/s

Dernier ajout : 30 décembre 2018.

Articles de cette rubrique

  • Comment s’appelle l’olivier en berbère

    30 décembre 2018, par René Merle

    ou comment mériter un nom porteur de sens
    Je lis sur le très intéressant site « origine des noms des Israélites d’Afrique du Nord » Noms israélites
    « ZEMMOUR ou ZEMOR ou ZEMOUR ou ZEMMOURI ou ZEMOURI ou ZIMOUR : nom d’origine berbère signifiant olivier (azemmur). »
    L’olivier, symbole immémorial de paix, de réconciliation… On se dit que, par les temps qui courent, chaque porteur de ce nom, y compris le plus connu médiatiquement, devrait tout faire pour le (...)

  • Voyage découverte au plus près de chez soi

    21 décembre 2018, par René Merle

    ou des bienfaits d’une fermeture de l’autoroute
    J’ai souvent expliqué dans mon blog précédent pourquoi je ne voyageais plus, sinon en chambre. Dérogation à la règle, je viens d’effectuer un voyage inattendu, un voyage de découverte dans la proximité.
    J’habite Toulon. Le 18, je devais me rendre au Nord de Bandol pour un RV médical et matinal incontournable : normalement un saut par l’autoroute, avec sortie et accès immédiat chez mon médecin. Seulement, voilà. Dans la nuit, le péage de Bandol avait été (...)

  • Une histoire de prénoms

    17 novembre 2018, par René Merle

    De la naturalisation et des prénoms
    Dans un accès de fièvre tricolore aigüe, un député LR veut subordonner la naturalisation à l’adjonction d’un prénom français. Certes, mais quel prénom français ? On ne peut que conseiller à notre National d’éplucher sur internet la liste des prénoms français ; ils sont pour la plupart d’origine latine (ah la soumission à l’envahisseur), d’origine grecque et hébraïque (ah notre vieil héritage judéo chrétien), d’origine germanique (ah les grandes invasions et la féodalité (...)

  • A propos d’accent

    4 novembre 2018, par René Merle

    Quand J.-L. Mélenchon prend l’accent... Un mien billet adressé à mes amis insoumis
    Chacun sait, ou devrait savoir, que les accents dits régionaux ne sont que la rémanence de parlers disparus sur les cordes vocales de locuteurs passés définitivement au français national. Chacun sait, ou devrait savoir, que, de même façon que les « élites » régionales ont abandonné les parlers locaux, suivies en cela avec retard par le peuple sociologique, nous vivons aujourd’hui une atténuation, voire une disparition des (...)