La Seyne sur Mer

Accueil > Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise, de la pré-révolution à (...) > Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise 4. La mutation des (...)

Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise 4. La mutation des années 1830

samedi 1er août 2020, par René MERLE

René Merle, Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise, de la pré-Révolution à la Seconde République, GRAICHS [1], 1986, 222 p.

Suite de : Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise 3. La Restauration

Les mutations des années 30

La Révolution de juillet 1830, qui renverse depuis Paris le régime de la Restauration, n’a pas été le fait de la province, qui l’a reçue. Elle élève rapidement aux responsabilités locales et nationales bien des jeunes libéraux bourgeois. Ainsi, A. Denis va devenir Maire d’Hyères, et plus tard député de Toulon extra-muros. Détail qui aura son importance, les libéraux sont enfin admis à la Société académique de Toulon, qu’ils contrôleront sous l’égide de Layet, Intendant à la Santé publique et médecin du dispensaire.

1. Une utilisation politique du provençal par les libéraux.

Excepté quelques passionnés comme Diouloufet, les partisans de la Restauration ne s’étaient guère souciés de l’usage du provençal. Ils en font une arme occasionnelle quand ils se trouvent dans l’opposition. Le journal de ceux qu’on appelle dorénavant légitimistes, ou Carlistes, La Gazette du Midi, qui naît en janvier 1831, publie dès son n’ 4 une violente épître en provençal : Patroun Coouvin, figure mythique du vieux pêcheur marseillais, attaque le nouveau régime.
Les libéraux marseillais ripostent aussitôt avec une lettre provençale de même registre, signée d’une revendeuse. Preuve qu’ils peuvent aussi, à l’occasion, manier la langue décriée. L’usage politique du provençal, coup de patte efficace dans le concert français, vise à déséquilibrer l’adversaire par un usage ironique et direct de l’idiome natal. Il ne s’agit pas là, bien sûr, d’un exposé de programme.
L’initiative marseillaise autorise les libéraux de Toulon à exprimer une pulsion provençaliste qui aurait fait sourire A. Denis. L’Aviso du 31 avril publie une pièce provençale, "Quaouqueis rellexiens su la Lettro de Patroun Coouvin, non signée. Il a existé un tirage à part, malheureusement disparu de la bibliothèque de Toulon, et nous avons pu découvrir le texte annexé à une pièce de Gourrier, publiée en 1832 (Bibl. du Vieux Toulon), La Patrio avant tout ; le collaborateur de L’Aviso est en effet Alexandre Gourrier (Toulon, 1795-1853). Il est chef du service de l’état-civil de la nouvelle municipalité libérale, et L’Aviso a en 1831 des options républicaines. L’usage du provençal par ce libéral de 36 ans qui s’essayait depuis plusieurs années à la poésie française, est un engagement si nouveau qu’il est encore impensable de signer de son nom. Ce n’est pas un Toulonnais, petit hourgeois, employé, ouvrier de l’arsenal, qui répond à Coouvin, mais un paysan : un paysan ne peut parler autrement qu’en dialecte : “ Siou pas fouar oou ligi, sabi pas gaire escrioure ”. Mais à Coouvin qui se désole de la misère apportée par la royauté de Louis-Philippe, le roi bourgeois, le paysan de Gourrier oppose un avenir d’égalité, de patriotisme, et d’initiatives économiques.

L’a déjà quoouquei tems qu’ai vis dins un journaou,

En vers requinquillas, un discours prouvençaou

Qu’un patroun pescadou, grand amatour de festo,

adreissavo oou prefe d’une maniero lesto, L ... 1

Per iou siou qu’un paysan, lou magaou mi fa vioure,

Siou pas fouar oou ligi, sabi pas gaire escrioure

Mai se Patroun Coouvin s’aganto eme iou,

Si languirie pas de veire ce que siou :

Li diriou que doui mots - mai n’en vourien ben millo ;

En effe l’a deque vous escoouffa la bilo,

De veire un homme fach, un homme d’oou pays,

Parla coumo un enfan, sachesse ce que dis [ ... J

Foou que siegue timbra, lou paoure home es maraou ;

Vo se si pouarto ben duou beoure coumo un traou.

A l’entendre dirias que Marsio pantaillo,

De prendre lou mourraou, lou bast et la sounaillo.

Que nous foou la cooussano afin d’ave de pan,

Et que la liberta nous fa mouri de fam ;

S’aguesse pas vergougno, oourie di que lei nieros,

An, despuei lei tres jours, manja vingt repetieros

Qu’à la mar, l’a plus d’aiguo ou d’oou men plu de pei,

Despuei que Charles des a cessa d’estre rei.

Selon eou, Louis Philippo a destruit l’aboundanci,

Et touti tant que sian anam mouri d’estranci.

Philippo aganto tout, nous cuero coumo un brus,

Et pas countent d’aco, contro toute promesso,

Ni voou que trabaillen, ni qu’anen à la messo

Oou San Janen Coouvin, riblariou lou claveou

Lou vous fariou caillar d’uno bello manièro -

Si mi vourie respouandre aourie pas la darniero

Paoure Patroun Coouvin ! Pecaire es ben de plagne,

Moougra la liberta, quand ploou foou que si bagne,

Et s’a lou vent davant, que lague mari tem,

Bordejo tout lou jour, et quoouquo fes pren ren.

Mai, souto Charles des, tamben si bordejavo,

Et ben mai qu’ooujourd’hui, lou Frances capejavo.

Aqueou cerco prouces, si rappello dounc plus

Qu’eme lou drapeou blanc, couchavian lou marlus

Qu’erian abastardis ; ah ! se va vourie dire,

Se vourie parla franc, jamai fouguerian pire,

Que penden lei quienze ans de la restoouratien

Si souvenguesse en paou, d’aqueli beous millien,

Que nous fougue douna, per paga la vergougno

D’ave reçu per mestre une taiffo d’ibrougno,

Qu’avie ges de souci ; que de beoure et manja,

Faire poti partout, et nous faire enraja...

Se souffren encanpaou, s’aven quaouquis inquiesto,

Lou maou nous ven de luench ; cadun soou qu’es un resto,

D’aquelis duganeous que Paris, din tres jours,

Ren qu’en levant la testo, a chassa per toujours.

Mai de la liberta la benigno influanço

Ramenara ben leou, lou bonhur din la Franço

Lou coumerço, leis arts revioudran din paou,

Cadun et Coouvin meme alors ooura grand gaou,

De veire lou pays, de veire la patrio,

Affranchido dei mans d’uno raço d’harpio,

Reprendre, en meme temps, sa glori, soun hounour,

Et manja d’aoutre pan, que lou pan de doulour.

Fourie pas, cependant, que Coouvin s’estounesse

Que qu vogue ooujourd’hui, tant que vioura vouguesse

Tout home libre es pas un richar, un saven,

La charto a jamai dit que de tout ignouren,

Lei tres coulours farien un home de cabesso,

Ni que s’enrichirian en entenden la messo :

Aqueou qu’es na pounchu, poou pas mouri carra,

Et vaqui perque diou, qu voguo vougara.

Mai d’oou men en vougan, se quaouquo bourascado,

Jettavo un pescadou din uno aoutro countrado,

Pourrie senso rougi, dire lou front ben haou,

Siou na din un pays ounte la ges d’esclaou

Ensin trata mi ben, se mi fes de magagno,

Pourrias ven repenti, bessai qu’oourias de lagno,

Creses ce que vous diou, vous quiches pas lei des.

Mai qu sies ? li dirien, acabo ; - Siou Frances.

[ ... ] Cadun a l’assuranço

Que nouastre rei fara lou bounur de la Franço,

N’a pres l’engajamen, et lou sooura rempli

En dépit dei Carlisto, et dei gens à surpli.

La polémique politique en provençal suscite chez Thouron une réaction blasée, déjà. Salut sans illusions au nouveau régime, dénonciation des extrêmes, mais pas d’engagement véritable. La fibre provençaliste joue cependant, dans la filiation assumée avec le Maniclo de Pelabon, prudemment décalé vers Marseille cette fois, tant pour répondre à la marseillaise Gazette du Midi que pour ne pas polémiquer dans sa propre ville.

Petitien de Maniclo, lait Nebou, de Marsilho, à Moussu lou Colonel de la Gai-do Nationalo (la graphie est celle de l’édition de 1872).

Moussu lou colonel, per pa manqua lei quillo,
M’adreissi drech à vous ; siou pèro de famillo
Et mestré courdounié. Vous aduou moun fusion,
La gardo nationalo es plus facho per ion.
Per qué pouasqui nourri ma frémo et meis cinq drolés
Fé-mi lou san plaisi dé mi raya deïs rolés.
Lou puleou qué pourrez, n’aï mai qué dé besoun.
Quand m’aourez entendu mi direz qu’aï résoun.
Quand floutet lou drapeou tricolor dins Marsilho,
Crésiou de pantailla, mi frutéri leïs sillo,
Durbéri ben leis hueils, diguéri : es qué li véou ?
En lou recounouissen véguéri qu’éro eou.
Diguéri eiço va ben, Pooura quauqu’escaoufestré.
Qu nous gouvernara, sé lou Reï es plus méstre ?
L’endéman sachériam qu’aviam la liberta
Et qu’en plaço d’oou Reï, l’avié cinq députa...
Sabi que tout aco fa ren à moun affairé.
Naoutré, leï courdounié, siam dé grossi charrairé,
Mai encà doui résoun... Piei Philipo venguet,
Piei lou féroun jura, fouguet Reï et diguet :
“ La Charte désormais... sera plus un mensonge.
Le bonheur des Français est assuré, j’y songe.
Je les aimai toujours, pour eux j’ai combattu.
A Gemmape, à Valmy j’admirai leur vertu. ”
Tout aco va proun ben, maï qué lou leissoun faire,
Maï leis Républicains soun pa ben dé soun cairé.
Et permi-z-ellei n’a qué soun qué dé bandi
Coumo sias houneste homé aco m’es esta di.
Cé qué féronn un coou aro sérié de resto,
Va vous crésés vo noun, aco mi va à la testo.
La Fayetto es aqui per lei ben surveilla,
Mai es vieil, et tamben poou pa toujours veilla.
Leïs bourgeois qu’an arma soun nouastro saouvo-gardo,
Va sabi, va m’an dich, maï quand mounti la gardo,
Lei sourié si fan pas ni maï leïs escarpin ;
Foou vendré per mangea moun paou dé san crespin,
Et ma paouro famillo es pa maou adoubado.
Dévi enca moun sacko, ma rento es pa pagado,
Tout aro toumbo mai ; leis praticos s’en van.
Manco pas dé soucis per anna oou bout dé l’an.
Qu dis iou l’anara, crésé vous, qué si vento,
Maï s’aqu’eillei résoun, éroun pas suffisente,
Ai dé réclamation per mi fa réfourma.
Quand pouadi pa dina siou feble d’estouma.
Coumprénez ma résoun ? per qué lei patrioto
S’envagoun pa descaou, foou ben qu’agoun dé boto.
Dé mounta la factien nourris pas meis enfan.
Vo prénez moun fusiou, vo dounali dé pan.
Quand plouroun foout-t-i pas fairé cessa seïs larmos ?
Créséssias pas pourtant quand vous rendi leïs armos,
Qué siégué dé ma part un trait dé lachéta.
Aï servi, siou Francès, cirai la liberta,
Siguen touteis amis et la Franço es saouvado.
Leï Russous vendrien pas per nous touca l’aoubado,
Siguen huroux et piei, vengoun leïs estrangié !
Lou Reï qu’à lei milliens qué soun vengu d’Argié
Voou pa qué patissen, aco sérié lou piré...
lou va diou pa, maï n’a bessaï qué pourien diré
Qué voudrié quasi miès aqueou qu’an fa soouta
Qué dé mouri dé fan émé la liberta,
lou parli pa tant maou, moun ooupinien es netto :
Vivo la liberta, lou Reï et La Favetto.

En 1832, Gourrier fait un pas de plus : il signe et publie une pièce libérale tout en provençal, représentée au début 1833 ; La Patrio avant tout, même avant la Mestresso, vo la grando questien de la Guerro et la Pax, Coumedio en doux Actes et en vers, Par Ale. Gourrier, Membre de la Société des Sciences, Belles-Lettres et Arts du département du Var, Toulon, Baume, 1832.

La pièce est datée du moment précis où, dans un contexte menaçant (le soutien de Louis-Philippe aux Belges révoltés contre le roi de Hollande risque d’entraîner une intervention des puissances contre la France), les Carlistes, légitimistes, tentent de soulever la Provence. La Duchesse de Berry, belle-fille du Roi déchu, mère de l’héritier, débarque clandestinement et tente la jonction avec les Carlistes marseillais. L’insurrection avorte dans l’œuf.
Gourrier situe sa pièce à La Garde. Les menaces de guerre posent au jeune paysan Brunot un dilemme cornélien : il doit épouser le lendemain Victoiro, fille de Mestre Jean, un autre paysan. Mais le père de Brunot, soldat de l’Empire, a vu sa femme vivandière tuée devant lui par les soldats russes. Avant de mourir, il a fait jurer à son fils de s’engager si les troupes du Tzar menaçaient à nouveau, et de venger sa mère. Le jeune homme, enthousiaste pour les idées libérales, comme son futur beau-père, ne parvient pas à se faire comprendre de celui-ci. Furieux, Mestre Jean veut donner sa fille à Jacintho, un homme fait, un tantinet ridicule et comme par hasard légitimiste. On le voit, Gourrier ne recule pas devant les situations extrêmes ! L’entreprise, qui peut faire sourire, sera cependant prise en compte par les libéraux toulonnais. Versons deux pièces à ce dossier.
D’une part, un article méchant du journal légitimiste La Gazette du Midi défend alors les inculpés du complot raté que l’on juge à Montbrison. Il y a des Toulonnais dans ces conjurés du 30 avril 1832.

Gazette du Midi, 20 février 1833 : “ Vendredi et dimanche dernier ont eu lieu au théâtre de Toulon les première et deuxième représentations d’une comédie en vers provençaux intitulée La Patrie avant tout, œuvre du citoyen Gourrier. L’Aviso s’était chargé d’annoncer le chef-d’oeuvre dramatique ; le ban et l’arrière-ban de la gent patriote avaient été convoqués, le libretto de la pièce avait été distribué à l’avance. En un mot, rien n’avait été négligé pour organiser et discipliner au mieux la foule des claqueurs, élément indispensable d’une première représentation. Nous n’eussions même pas parlé d’une ceuvre aussi platement versifiée, si elle ne contenait d’ailleurs contre le parti royaliste des provocations insolentes qu’une police plus impartiale et plus amie de ses devoirs n’eût pas laissé retentir sur la scène. L’Autorité eût dû sentir en même temps que permettre de représenter une pièce dont le sujet est le 30 avril, et souffrir qu’un événement dont la justice est actuellement saisie devînt le sujet d’une pièce de théâtre au moment où, à propos de cet événement, des Toulonnais viennent d’être transférés dans les prisons de Montbrison, c’est là plus que de la faiblesse.
Des personnes dont la mémoire est sûre affirment se souvenir qu’avant ce chef-d’œuvre républicain, le sieur Alexandre Gourrier avait signalé ses talents poétiques par une ode sur la conquête de l’Algérie, insérée dans les journaux du temps. Les deux strophes suivantes suffiront pour donner une idée des sentiments qui régnaient dans cette pièce : “ À nos fastes guerriers ajoutons une page ; / De nos braves d’Afrique exaltons la valeur. / Publions leurs exploits et répétons en chœur : / Des conquérans d’Alger la gloire est le partage. / Par des chants solennels célébrons à jamais / Les vengeurs des Bourbons / et de notre patrie, / Et gravons sur l’airain “ L’Europe au nom français / Doit la destruction de la piraterie, Du sang de ses sujets Charles X trop avare, / Différa quelque temps de punir cet affront ; / Mais, quand il le voulut, ses soldats sous Bourmont / N’eurent qu’à se montrer pour soumettre un barbare. ” (Gazette de Lyon, du 22 juillet 1830). Comme on voit, les transitions les plus inattendues coûtent peu à la muse facile de l’ex-royaliste, présentement citoyen Gourrier. Puissent ses dignes amis conserver long-temps un talent aussi précieux et aussi regrettable ! ”

L’autre commentaire intéressant est l’article de L’Aviso, signé du médecin Layet, que Gourrier joint à sa préface.
PRÉFACE. - Cet ouvrage, que je livre à la publicité, n’était pas d’abord destiné à voir le jour. Fruit de mes courts instants de loisir, il ne fut entrepris que comme un moyen de délassement, et je ne crains pas d’avouer que sans le pressantes sollicitations de mes amis, je ne l’aurais, peut-être pas achevé. Leurs instances réitérées me confirmèrent dans l’opinion que, malgré la juste préférence accordée à la langue française dans les villes et même les hameaux de la Provence, il existait encore parmi mes compatriotes, une forte tendance d’esprit vers l’étude de leur idiome primitif.
Ainsi, sans avoir la vanité de me croire un Gros ou un Diouloufet, sans vouloir provoquer une comparaison avec Pellabon et Bellot, j’osai cependant les suivre dans la carrière ; et comptant, peut-être un peu trop sur l’indulgence de mes lecteurs en faveur du sujet que j’ai choisi, comptant surtout sur l’empressement avec lequel les poésies provençales sont toujours accueillies, je me permets de publier une comédie que la difficulté de prononciation chez les artistes dramatiques actuellement à Toulon, m’a empêché de livrer, préalablement, à l’épreuve de la représentation.
Du reste, en abandonnant aux hasards de l’impression, un écrit qui ne peut avoir quelque prix que pour les Provençaux amants de leur pays, je crois unir mes faibles efforts au mouvement fermentatif qu’ont soulevé naguère plusieurs habiles écrivains de cette contrée, et qui a pour but de réhabiliter une langue qui certainement, ne méritait pas de tomber dans l’oubli.
L’existence de cette propension des esprits éclairés vsrs la philologie du Midi, est constatée par plusieurs articles insérés dans les colonnes de L’Aviso de la Méditerranée, entre’autres par celui que je me permets d’appeler à l’appui de mon opinion, comme plus propre à la corroborer et à m’éviter un plus long développement.
• EXTRAIT DE L’AVISO.
"Depuis longtemps la langue provençale, dédaignée, presque bannie de la bonne société, n’ose plus, toute humble, toute honteuse, se montrer que dans la bouche des gens inéclairés ; et souvent encore, dépossédée de ses antiques privilèges, déchue de l’éclat brillant où elle était jadis parvenue, elle se voit contrainte de céder la place, même dans la classe ouvrière, à son heureuse et belle rivale, la langue française, qui lui doit tout jusqu’à son origine, et qui ne cesse de lui disputer, tous les jours, le terrain déjà peu étendu où elle l’a resserrée.
C’est pourtant à notre idiome originel, à notre langue maternelle qu’au douzième et treizième siècles, nos poètes Provençaux, ces troubadours à jamais célèbres, durent leurs chants tour à tour simples et harmonieux, naïfs et passionnés, ingénus et conteurs dans lesquels les études philologiques retrouvent encore la racine et le type véritable de notre littérature actuelle.
A voir les soins minutieux, que dans le midi de la France, on prend pour empêcher les tout jeunes enfans de bégayer des mots Provençaux, on serait porté à croire que notre langue est un obstacle réel aux études littéraires, et que de son ignorance ou de son oubli dépendent un esprit sans défaut, une éducation parfaite. Il n’en est cependant rien : ceux, et certes ils ne sont pas rares aujourd’hui, qui avec soin et attention, la méditent, la comparent avec les autres langues et surtout avec la langue française, découvrent, non sans plaisir, comme sans étonnement, que le provençal est toujours ce qu’il n’a jamais cessé d’être, un idiome très riche, très sonore et surtout des plus expressifs, des plus imagés. Dans ce moment encore le langage harmonieux de nos contrées, quand il est bien parlé, bien accentué, quand on sait lui donner ces inflexions mélodieuses que lui appliquaient naturellement nos ancètres, notre langage, nous le répétons, est toujours le tant doux parler des temps anciens de la Provence. Combien serait-il donc à désirer qu’on accueillit avec plus de faveur, plus d’encouragement, plus de justice qu’on ne l’a fait jusqu’à présent, les productions de ces jeunes poètes provençaux qui sont les mieux faisans dans la gaie science.
Toutefois, il faut avouer que, depuis ces beaux jours de triomphe populaire, où ces mots magiques d’égalité et de liberté se sont glissés dans tous les écrits, la poésie provençale, qui s’est aussi imprégnée de libéralisme et de patriotisme nous a un peu tirés de l’indifférence où avant, elle nous a si souvent surpris : et grâce à quelques chants lyriques où l’élévation des sentiments s’unissait à l’élégance de la diction, nous sommes redevenus sensibles aux char. mes d’une langue qui pour plaire et pour reprendre le rang qui lui appartient, n’a besoin que d’être artistement maniée. - LAYET. ”

Il est tout à fait intéressant de constater que Gourrier comme Layet posent l’initiative libérale d’écriture en provençal beaucoup plus comme un acte de défense du provençal, voire de réhabilitation, que comme un acte politique. Le nouveau contenu, patriote et libéral, dédouane une pulsion provençaliste jusque-là trop marquée d’esprit réactionnaire aux yeux de cette intelligentsia moderniste.
Au-delà des difficultés objectives, comme la traditionnelle absence d’acteurs capables de jouer en provençal, ils ne doutent pas que les Toulonnais n’apprécient : c’est l’entreprise littéraire qui sauvera la langue, en prouvant à ceux qui la pratiquent quel bel outil elle peut être.

La Patrio avant tout, même avant la Mestresso : La pièce commence par une discussion entre Mestre Tounin Goouthier (Gauthier), le greffier de la mairie, et Brunot, jeune paysan illettré, qui lui demande quelles sont les nouvelles : Gauthier est quelque peu désabusé, son enthousiasme libéral a été échaudé depuis les débuts du nouveau régime, mais la presse annonce que les puissances de la Sainte Alliance menacent d’intervenir contre la France à propos de l’affaire de Hollande.
B - Qou ! sias aqui vesin : coumo van leis affaire ?
Vous que veas lei papiers que si fa ? que si dis ?
Sian-ti ben ? Sian-ti maou ? Coumo sount à Paris ?
Lou pople es-ti counten ?

G - Ma foi, m’en meli gaire :
Fassoun ce que vouran, quant à iou siou d’Oouruou.
Siou las de ce qu’ai vis, siou las de ce que veou
Et per ti parla franc, n’ai ben Ici brayos plenes.
Mi repentrai toujours d’ave pres tant de penos
Per dire doussament, ce que d’aoutres ben haou,
Bramavoun per esca lou parti liberanu.
S’ooujourd’bui, coumo alors, mi mettiou din la testo
De douna moun avis, bessai que fouasso gens
Troubarien que Gooutier a gagna de bouan sens
Et que li vis pu clar. Mai quoouquaren m’arresto
Foou pas tant que si poou fa rire lei jalous,
Tout en buven amar, souven foou cracha dous.

B - D’apres ce que mi dias, parei...

G - Que la patrio
Es mai su lou balan.

B - Que diable si revio ?
Diien tant qu’erian ben, que lou Rei dei Frances
Anavo nous douna tout ce qu’avie proumes
Emo quo li sian mai ?

G- Que vouas ? es pas ma faouto
Se la Franço en juillet a fa saouto miraouto.
lou tant ben mi cresiou que tout anarie ben.

B - Aven toujour la pax ?

G - Durara pa long-tem :
Espero uno briguetto et n’oouras de nouvello.
Vai sabi ce que diou : siou segu qu’à Bruxello
Lou froumage d’Hollando ooura paou de valour,
Et que leis habitans lou trouvaran troou lour.

B - Voures dire ?

G - Pas ren : que lou brandi coumenço
Et que fourra balla. Te, fariou l’escoumenço,
Qu’avant que sie doui mes, (es ben paou mi diras)
Nouastre paoure péis ague mai su lei bras
Touti leis estrangiers, et senso la Poulogno
Que l’a douna jusqu’aro uno fiero besougno
Leis oouries deja vis.

B - Caspi ! lou drapeou blan Va donne mai reveni.

G- Sian pancaqui : plan plan
Ti trebouares eisa, sies pire qu’uno lèbre,
As ges de fège dounc.

B - M’avez douna la fèbre
Sabi plus mounte siou.

G - Sies blan coumo un gippas

B - Se siou pale, es de rage. Ah vimagines pas
Que pouasqui, de sang-fres, entendre que la Franço
Duou reveire enca un coou l’infernale allianço.
Mi rappelli troou ben de touti seis hourrours,
Soun noum, soun noum soulet excito mei furours.
Gooutier ! se coumo vous, sabi pas la lecturo,
N’en remerciou pas men cade jour la naturo
De m’ave fa Frances, et surtout liberaou.
Eimariou mai mouri puleou que d’estre esclaou.
Mai mourriou coumo foou que mouare un homme libre,
Leis armos à la man.

G - As parla coumo un libre
Bravo ! Bravo ! Brunot sies digne de toun noum,
Toun pèro lou portavo ero un famous luroun,
Avie jamai brouncha. Senso estre un san-culottos,
Ero la fino flous de nouastri patriotos.
D’ailleur avie servi : cresi qu’ero sergean,
Vo d’oou men carpouraou...

[Brunot décide immédiatement de s’engager, alors que son mariage est imminent. Son beau-père Mestre Jan est furieux. Il soupçonne d’autres raisons que le patriotisme :]

J - Ai de peno à va creire : (il chante)
Ooujourd’hui, lou patriotisme
Es plus ce qu’ero tems passa,
De l’ambitien, de l’égoïsme
Dirias qu’es lou frero de la.
Es pas que s’aouve de tout caire,
Creida “ La patrio avant tout ” !
Mai cadun songeo à seis affaire
et lou péïs ven apres tout

Comme Brunot insiste, Mestre Jan le chasse : Gourrier met dans sa bouche le portrait banal à l’époque du libéral hostile au “ patois ”, fasciné par Paris.

J -...Quant à tu, pouas parti,
Que ti retengui pas. Serie vramen dooumage,
Qu’un homme coumo tu restesse a soun village.
As que troou manegea l’eissado et lou magaou ;
Et siou même estouna que parles Prouvençaou.
Mai sencoou sies sorda ; vai ti fourra pas gaire
Parleras leou france coumo un descaladaire
Et se ti fas pas tua, tacho quand revendra
D’ave l’air parisien...

[Mestre Jean menace de marier sa fille à un rival éconduit, Jacinthe.]

Bruno : 0 tristo pousicien ! et que sort es lou miou
Moun peïs en dangie reelamo moun courage,
Se foou lou sourd, deman Victoiro es moun partage,
Et moun rivaou l’ooura se preni lou fusiou !
Que faire ? et que resoudre ? Ah ! malhuroux ! que faire ?
Ti rappelles donne plus lei lissouns de toun paire ?
“ La patrio avant tout ! repetavo souvent ;
Elle souletto es tout, et lou resto pas ren. ”
Eh ben ! pensi coumo eou : renegui ma feblesso
La patrio avant toute meme avant la mestresso.

[A Victoire qui se lamente, à Laurent, son cousin à peine démobilisé, Bruno explique qu’il est tenu par un serment fait à son père expirant : le vieux soldat de Napoléon, dont la femme vivandière avait été massacrée par les Cosaques, accroche la croix de la légion d’honneur au revers de son fils en lui disant :

Moun fiou
As un beou souvenir, lou perdes pas. Adiou
Et rappello-ti ben qu’as proumes à toun pero
De vengea, quand pourras, toun peïs et ta mero. ”
N’en pousque pas mai dire et la joi din lou couar
Fermet l’ueil, s’endormet d’in lei bras de la mouar.
Aro aves moun secret, couneisses lei nouvellos,
Jugea-mi.

[Pendant que mestre Jan et Mestre Gouthier, bien qu’enthousiasmé par le patriotisme de Bruno, complotent pour éviter l’engagement, et que Jacinthe, le vieux royaliste, se réjouit, Bruno, Laurent et même Victoire s’apprêtent à rejoindre l’armée. Soudain, on annonce le débarquement de la duchesse de Berry et le soulèvement manqué de Marseille :

Tounin Gooutier : Venoun de m’anounça que lou pavailloun blan
Floutavo din Marsio oou clouchie de San Jean
Que la flouta, d’oou men un paou mai de miecho houro.

Bruno - “ Li floutavo, a flouta ”, parlas clar, diguas couro.

G - Ooujourd’hui : pas pu luen ; ai vis lou bulletin
Que douno lei details ; parlo qu’estou matin,
A sept houro à poou pres, battien la generalo.
Lou regimen que l’es, la gardo nationalo
Va si soun pas fa dire : an touti su lou coou
Aguanta lei fusious. Fouasso gens avien poou
Que lou parti carlisto aguesse lou courage
De tenta lou coumbat, et cregnien un carnage
Car voou mai tua ]ou diable, à moun avis d’oou men
Que se vous tuavo.

Loouren :Es verai.

Brunot : Accabas.

Tounin Gooutier : Un moumen ; (cerquo dins sei pocho)
Ai leissa lou papier. Mai se poudias coumprendre
Lou france, l’anariou leou cerqua.

Mestre Jan : Vai lou prendre.

Brunot : Nani, restarias troou.

Jacintho (Que s’es approucha un paou apres l’intrado de Gooutier)
Sans avoir la lecturo,
Allez nous sommes pas de betos de naturo.
Le provençal d’ailleur approsso du françé,
Et lou pu difficilo, il est per prononcé.

Loouren (à Brunot) : Aouves, l’as entendu ?

Jacintho : Vous me croyiez un ano !

Loouren : Oh ! noun, pas tout à fe : vous manquo la cooussano.

Mestre Jean : Asse donc, finisses, se voures escouta
Ooutramen digua-vo.

Tounin Gooutier - Eh ! ben, veici lou fet. Lou parti dei carlisto,
La factien qu’ooujourd’hui si dis legitimisto,
Aquelis hommes plats, digno raço d’esclaous
Que tremblavoun de poou quand nouastri liberaous,
de calados armas, bannissien de la Franço
Un despoto imbecile et touto soun engeanço,
An fach un coou de man, mai a pas vira beou,
Et s’oougessoun pareisse, oourien leissa d’oou peou.
Sount coumo lei bandits, que van su la grand routo
Espera lei passans : an de couar que la nue.
Quand lou souleou si levo aganto la derouto
Aves bello cerqua ; n’en trouva ges en lue.
Voui, la fougu la nue per planta sa banniero
Eme elli cependant l’avie lou fier Bourmoun
Et la princesso guercho, aquello que dien mero
D’aquel enfant doutous que s’appello Bourboun.
Ero tout ben rangea. S’eroun mes din l’ideo
Qu’en fasen din Marsio uno insurrectien,
Anavoun d’oou miejour faire une autre Vendée.
A la guerro civilo, à la destructien
Oourien per quoouque tem, abandouna la Franço
Puis eme lou secours de la sante allianço
Que n’a douna doui fes de cheino et de Bourboun,
Et doui fes n’a trata coumo un pople d’ilotos,
Oourien mes à l’abri lei pu gros patriotos,
Et lou juste mitan oourie agu d’oou bastoun

[Mais les Marseillais ont refusé de les suivre... Le régime est sauvé, si les libéraux savent rester unis. Les deux amoureux peuvent donc se marier, sous les acclamations générales.]

En dehors de toute appréciation littéraire (?), la pièce de Gourrier peut intéresser à différents égards :

— Gourrier s’efforce de tenir tous les registres, aussi bien le naturel du langage populaire que le registre exalté de la passion politique. Preuve que le provençal peut tout dire, ou que tout se dit en provençal, ce qui n’est pas exactement la même chose.

— Fugitivement, mais clairement, le problème linguistique est bien posé par Mestre Jean : le patriotes ne peuvent que finir par abandonner l’idiome natal. Leur modèle est le révolutionnaire parisien, le “ descaladaire ”, qui parle français. Mais le seul à parler un mauvais français est Jacinthe le royaliste ! Gourrier présente des libéraux qui ne parlent que provençal ; pour savoir ce qui se passe ils ont besoin de l’intercession du petit lettré qui leur lit le journal, français. Gourrier soulève ainsi sans la résoudre, une contradiction évidente. Sa préface montre qu’écrire en provençal lui fait plaisir. Mais la pièce s’en tient à un constat : le provençal est la langue usuelle du peuple, et le pouvoir a besoin de ce peuple pour se défendre. Les thèmes provençalistes sont absents de la pièce, (alors que Gourrier salue Diouloufet dans sa préface) : pas de Troubadours, de Roi René, de Provence mythique et révolue. Le seul référent est la réalité d’une petite bourgade proche de Toulon.
On comprend donc que Gourrier ne fasse aucun effort pour utiliser la graphie “ classique ” partiellement réintroduite par l’Ultra Diouloufet comme par le libéral Thouron, son compatriote. Pourquoi réintroduire des normes étymologiques, “ nationales ” si le provençal n’est que parler du peuple, et très exactement de cette partie du peuple français qui en a hérité ?
Le modeste Gourrier pensait résoudre dans la pratique le problème nouveau qui se posait aux libéraux avancés par rapport au provençal : avant 1830, leur propagande se faisait en direction des couches bourgeoises éduquées, et il ne leur semblait pas que le peuple puisse être, d’une façon ou d’une autre appelé à dire son mot. La Révolution de 1830, qui avait quelque peu élargi le suffrage censitaire, ne donnait certes pas vraiment la parole au peuple. Mais, de plus en plus, et dès 1831, une opinion publique se manifeste, souvent violente, pour soutenir, stimuler ou contester le régime. L’utilisation de la langue populaire peut alors se poser en ternies de communication efficace.


C’est un autre Toulonnais, Toulonnais de Paris celui-ci, qui le montre le plus clairement, dans une brochure extraordinaire : Aux Provençaux, sur leurs projets de Séparation et de République provençale (Paris, Barbier, 1831).
Scipion Marin était “ connu ” pour une tentative sans lendemain, La Massiliade ou la Gaule poétique (Paris, Marseille, 1819), long “ poème épique entièrement national ”, fondé sur “ le passé gaulois et la naissance de Marseille ”, qui voulait “ venger la France du reproche de stérilité en poèmes épiques ”. “ La prétention d’avoir créé une bonne épopée serait un peu exorbitante pour un poète de vingt ans ” ajoute prudemment Marin. De fait, la tentative ne marquera pas, et le jeune Toulonnais de Paris se consacre au journalisme, mêlé à la cohorte arriviste mais souvent tentée par les idées républicaines et saint-simoniennes des Méridionaux de Paris. Son patriotisme méridional, fourvoyé dans l’entreprise “ gauloise ” de 1819, sous le patronage de la muse des Troubadours, mais naturellement en français, se nourrit sans doute, comme celui de tous ces exilés, de la lecture des journaux de Toulon et de Marseille.
Le titre de cette publication peut apparaître extraordinaire. Quels sont donc ces séparatistes auxquels Marin s’adresse ? Nous avons souligné, en révélant le texte (Lengas, 1985, Usage politique du provençal), qu’il est une réponse aux campagnes pour l’autonomie locale, culturelle, économique et politique, de la jeune presse libérale d’avant 1830, presse par ailleurs tout à fait hostile au “ patois ”.

Aux Provençaux, sur leurs projets de séparation et de la République Provençale.

Provençaux,
Vous le dites, vous le répétez, vous l’écrivez, vous voulez enfin vous soustraire au joug de Paris, vous gouverner vous-mêmes, tranchons le mot, disons-le, ce formidable mot . vous constituer en république fédérative.
Diable ! le cas est grave
Vos griefs sont nombreux, je le sais, et même ils ne sont que trop justes. Mais les inconvéniens de ce mode gouvernemental, les avez-vous prévus, pesés, jugés, passés en revue, là, bien tranquillement ? La patrie locale ! il n’y a peut-être que celle-là de bonne, de vraie, de féconde en mouvemens généreux, en hommes de probité, de génie, de force, de capacité ; je le sais, je l’ai dit, écrit dans les journaux ; j’ajouterai aujourd’hui : il n’y a que celle là où la liberté puisse être autre chose qu’un mot retentissant, mais creux.
Voyons vos réclamations, vos trop justes récriminations contre le joug de la capitale.
Mœurs, coutumes, langage, usage, plaisirs, joies, caractères, vie sociale, idées, tout cela diffère en Provence et à Paris. Oui, cela diffère et pour toujours ; car les lois, les combinaisons de cabinet, les utopies politiques, administratives, académiques, physiologiques, ne peuvent rien sur votre ciel et votre soleil, qui font de vous des hommes tout dissemblables des Français septentrionaux.
Premier grief - Comme de Paris partent les ordres qui vont vous gouverner, et presque toujours les hommes qui vont peser sur vos départemens de tout le poids de leur extrême servilité pour les grands Lamas, vulgairement appelés ministres, il se trouve que ces proconsuls, étrangers aux affections, aux goûts, aux joies, aux douleurs, au caractère enfin de leurs administrés, ne sauraient s’identifier avec eux ; ils n’en entendent pas la langue, ils n’en ressentent pas l’esprit ; ils sont là de garde pour faire obéir la consigne. Les administrés ! qu’ils payent le tribut et baissent la tête, voilà ce qu’on veut d’eux. Mais les Romains ne demandaient pas autre chose aux peuples vaincus de la Gaule.
S’agit-il de faire une fontaine, de creuser un canal, de raccommoder une route ? Paperasses sur paperasses ; il faut écrire au préfet, le préfet écrit à Paris. L’auguste oui ou non arrive après un honnête laps de temps, supposé qu’il arrive. Risum teneatis ? La garde nationale de Toulon voulait acheter des caisses à ses tambours. Le trésor communal est en prospérité, il n’y a qu’à y mettre la main et solder le mémoire. Mais, je vous l’ai dit, il faut attendre l’auguste oui ou non. Monsieur de Montaliet a bien autre chose en tête ! L’Aviso crie, peste, les tambours ne sont pas payés, c’est un désarroi complet.
Deuxième grief : votre deuxième grief, je l’avais depuis quelques années pressenti, exprimé dans un journal. Je disais : “ Il y aurait du plaisir à se livrer aux vertus civiques, si l’on savait que de grands dévouemens (graphie de l’époque), des sacrifices honorables, de quelques genres qu’ils soient, ne trouvassent pas des échos morts dans vos concitoyens, et, par concitoyens, j’entends ceux qui vous entourent, que vous voyez tous les jours, que vous connaissez, que vous rencontrez au cours, à l’église, à la promenade, votre voisin, votre fermier, enfin les habitans de votre département ; s’il leur était permis de vous placer à la tête de l’administration locale, s’il leur était permis de vous décerner le prix d’un beau caractère, de vous entourer de leur confiance, vos généreuses dispositions seraient stimulées ; mais faites pour votre ville une action éclatante, vous allez trouver les âmes resserrées, et qui ont perdu l’habitude de s’exhaler en transports ; et, quand vous aurez bien mérité de vos concitoyens, un chien couchant, qui se sera as. soupli l’échine dorsale dans les salons de nos ministres, viendra gérer pour eux le département. ”
Aujourd’hui que j’ai vu, à la suite des journées de juillet, s’abattre sur Paris une nuée de solliciteurs, j’ajoute : les emplois ne sont guère que pour les plus intrigans, ceux qui ont l’oreille des ministres, des adhérences auprès d’eux. Vrai, cela me fait peine au cœur de voir mes chers Provençaux, naturellement graves, peu faits aux riens exquis de la politesse, à ces airs avantageux, héritage de ces aimables marquis de jadis, venir courber leur rudesse natale dans les antichambres, solliciter des apostilles avec des voix qui font trembler les vitres. S’il y a quelques heureux parmi eux, il est à peu près sûr que ce sont les charlatans de là-bas, les beaux diseurs, ceux qui s’effacent le mieux, les plus courtisans, les plus serviles. Et c’est pour solder leur passivité que l’on pressure les contribuables, tandis que la plupart des emplois pourraient être honorifiques, remplis par des gens recommandables parmi leurs concitoyens, gens qui se gardent de venir se mêler au tourbillon des rouages ministériels qui jettent un homme d’antichambre en antichambre et le balottent de promesses en promesses oubliées sur le champ.
Votre conséquence est, si j’ai bien résumé vos doléances, qu’il vous en coûte cher pour être administrés au profit d’un pouvoir lointain et par des gens étrangers ou qui entendent bien la voix de leurs concitoyens, mais qui ne veulent pas la comprendre et ne connaissent que leur solde et ceux qui la leur font compter, tandis que les mérites, les probités indigènes restent ignorées, étouffées et végètent parmi leurs oliviers et leurs vignes. Passons au troisième grief.
Troisième grief : Vous soutenez que jamais le gouvernement constitutionnel ne pourra produire d’heureux fruits s’il n’est pas local parmi vous. La liberté de la presse s’amortit contre le quarante-sixième degré ; ses fusées, ses éclairs partis de Paris, meurent sur la limite de la langue romane. Avec une langue, celle des troubatours, (sic) étrangère aux constructions, à l’esprit, aux idiotismes du français, et si usuelle aux masses qu’il n’y a pas cent mille méridionaux qui entrent bien profondément et dans tous les recoins d’un article du Constitutionnel, je ne sais pas trop si la presse est une réalité
pour les Provençaux ; aussi les prêtres exploitent admirablement bien ces populations. Eh bien ! vos utopistes séparationnaires voient, non seulement la possibilité, mais bien la certitude de faire de la chaire une succursale de la tribune républicaine ; mais il faudrait du local à tout cela, de l’indigénéité. Avec des curés patriotes, et la France en abondera dès que la liberté ne les effrayera plus dans leurs scrupules, dès que la liberté sera assez avisée pour ne pas heurter les masses plébéiennes dans leurs fascinations poétiques, car la religion est la poésie du peuple ; avec des curés patriotes, dis-je, rien de plus facile que de suppléer les bienfaits de la liberté de la presse dans un pays où la multitude reste en dehors du mouvement, séparée qu’elle en est par une langue sans livres, sans journaux ; et cela a des précédens : les orientalistes savent que, chez les Hébreux, l’opposition résidait entre les mains du sacerdoce ; que les prophètes tenaient lieu de journalistes à la Judée, que la conservation de la constitution de Moïse leur était confiée, et que ce furent toujours ces hommes là qui défendirent la liberté contre les rois juifs, dans leurs furibondes déclamations. Il n’était pas plus facile à Athalie d’avoir raison contre Joad qu’à Charles X contre Le Constitutionnel ; aussi le grand prêtre et Le Constitutionnel se sont-ils fait chacun un roi plus à leur dévotion. Rien de nouveau sous le soleil.
Mais à propos de soleil, on ne veut pas croire ici, à Paris, où un ciel de plomb, ce ciel qui me tue, ne laisse arriver que quelques rais d’un soleil hâve, échevelé, malade, on ne veut pas croire que l’astre vigoureux et étincelant qui mûrit vos spiritueux raisins, qui sucre vos figues et rappelle à vos oliviers le climat de la molle Ionie d’où les Phocéens les apportèrent, fait éclore aussi parmi vous des fictions chrétiennes, que ces fictions sont la poésie de la plèbe, et qu’il faut avoir quelques égards pour les affections du peuple quand on veut gouverner pour le peuple et par le peuple... Mais je reviendrai peutêtre sur cette vérité qui a trop l’air d’un paradoxe pour les gens enfoncés dans les préjugés libéraux.
Quatrième grief : Durant quinze ans, ce sont des luttes entre la liberté et la royauté ; de votre littoral vous en suivez les vicissitudes, les péripéties ; la liberté enfin en juillet triomphe ; votre joie s’épanche sincère ; vous venez à Paris, quel désappointement ! du Napoléonisme plus fort que jamais ! Et la liberté donc ? avez-vous eu la bonté de vous écrier. Vous allez au théâtre, Napoléon y est toujours beau, généreux ; en dépit de l’histoire d’hier, de tout ce que le monde sait, on lui fait pardonner à Staps. Oui, c’était bien un homme à sauver un conspirateur, lui qui, lors d’une insurrection dans un lycée, a fait fusiller un ou deux gamins, par respect pour la discipline militaire. Vous allez au Vaudeville, s’il y a un chaud républicain, un hussard de Moreau, qui s’afflige des menées liberticides du premier consul, on en fait un abbé déguisé. Toujours, partout, la destruction de la liberté est érigée en dogme, et l’asservissement est la plus belle des choses. (C’est M. Arago, l’un des combattans de la grande semaine, qui fait jouer cela). Enfin, mes bons et austères Provençaux, vous voulez voir partout à Paris des germes de monarchisme, et vous vous dites qu’à la première occasion tout y est porté à faire pont d’or à l’absolutisme militaire, et que vous n’êtes pas faits, vous autres, pour tourner à droite, à gauche, là-bas, comme des automates, au gré d’une capitale qui ne sait pas trop ce qu’elle veut.
J’omets bien d’autres griefs.

Passons aux inconvéniens de la séparation ; j’en ai hâte.
L’un des plus grands, c’est que beaucoup de vos républicains, mais de ces républicains d’instinct, d’âme, d’énergie, ne se doutent pas qu’ils le sont. Les circonstances ont voulu que ce fût Louis XVIII qui recueillit le fruit de ce sentiment fort, vigoureux de la liberté. C’est par un républicanisme instinctif, mais aveuglément élaboré, que les prolétaires en 1814 et 1815, se sont groupés autour des Bourbons avec plus de bruit que les autres Français. Louis XVIII promettait des demi-libertés ; Napoléon les avait toutes et complètement détruites. A défaut de tout, va pour une partie. Mais les promesses libérales ne se sont pas réalisées, mais Charles X n’a, depuis, porté que des regards d’irritation sur le pacte de son frère ; mes Provençaux ne pouvaient pas deviner cela en 1815. Qu’on ne les accuse pas de palinodie ! les Marseillais, violens (graphie de l’époque) républicains en 1793, se sont levés en masse contre le napoléonisme, en 1815. Il y a là conséquence de principes, une vigoureuse haine contre la tyrannie. Mais l’inconvénient, c’est que des gages ont été donnés, et que, par cela même qu’on n’est pas propre à la palinodie, tel qui est républicain se croit peut-être royaliste.
Les classes plébéiennes, avec leur idiome tout étranger aux livres de philosophes du dernier siècle, à la progression de la civilisation lettrée, se complaisent encore dans leur croyance ; et là-dessus, poètes, prosateurs, savans, soyez conséquens avec vous-mêmes. Quelle aimable imagination que celle des Grecs ! ne cessez-vous de répéter. Nul promontoire, nul rocher, pas le moindre îlot qui n’eût sa part dans la mythologie de la Hellade ; ici, c’était Délos avec ses oracles dApollon et ses Théories ; là, Naxos avec son Ariane, son Bacchus ; plus loin, Calydon avec son sanglier, le Parnasse avec ses muses, l’Oëta avec son Hercule mourant ; à chaque pas, un épisode ; à chaque site, une foule de réminiscences poétiques. Puissante imagination Le Grec ne marchait qu’au milieu d’enchantemens, de prestiges la poésie avait débordé sur sa patrie, peuplé les fontaines, les caps, les mers ; et il n’en aimait que mieux cette patrie où tout parlait à son cœur, à son âme, à son souvenir.
Est-ce la faute des Provençaux si un ciel non moins limpide, non moins pur que celui de la Grèce, agit sur leur imagination, l’active, peuple de fictions inhérentes au christianisme les caps, les montagnes, les forêts de la Provence. Les masses nourries, élevées loin des sarcasmes de Voltaire, des raisonnemens de Rousseau, d’Helvétius, ne se sont pas désillusionnées ; elles continuent d’obéir à ces influences climatériques, qui faisaient de toutes les imaginations autant de panoramas prestigieux, animés ; chaque tête se compose son iliade dans son horizon - ici, la Magdelaine a pleuré ses péchés dans cette sombre forêt, dans cette grotte sainte ; plus loin, c’est Notre Dame des Anges, où, à chaque anniversaire, les miracles foisonnent ; sur cette colline qui regarde le golfe de Marseille, Notre Dame de la Garde sauve des myriades de matelots des gouffres béants de la Méditerranée. Ce peuple chérit ses fictions, ses erreurs ; pourquoi pas ? Ne devez-vous pas aux effets d’un soleil analogue la plus belle, la plus animée, la plus riante de toutes les littératures, celle des Pélasges ?
Eh bien ! la liberté veut sabrer, détruire tout cela ! comme si la liberté ne pouvait pas surgir dans une croyance ; ignorez-vous que Léonidas disait à ses trois cents : “ Amis, ce soir nous souperons chez Pluton ”, et il le croyait, car de son temps les Spartiates n’étaient pas extrêmement argutieux ; il est même probable que, sans la certitude de souper le soir aux Champs-Elysées avec Achille et Ménélas, les trois cents ne se seraient pas jetés en insensés au-devant de quelque cent mille Perses.
Rien de plus intolérant que la civilisation aujourd’hui, et la liberté qui a la bonté d’en être solidaire. Les Espagnols constitutionnels essayent-ils de leur régime dans la péninsule la civilisation y fait-elle une trouée, vite elle s’aliène le peuple en le sévrant de sa poésie de tous les jours, de ses superstitions ; elle lui en donne en place des abstractions, des théories qu’un esprit inculte ne saurait saisir. Qu’arrive-t-il ? ce peuple préfèrera un Ferdinand, un don Miguel même, parce que Ferdinand et don Miguel lui rendront cette poésie sans laquelle il serait trop malheureux ; oui, trop malheureux. Vous l’avouez presque, Parisiens civilisés, trop malheureux, vous aussi, de ne croire à rien, d’être désabusés de tout. Et qu’allons nous chercher au saint simonisme, dans notre scepticisme désillusionné, sinon quelque chose à croire, quelque dogme qui nous aille, hélas ! et nous n’y trouvons que des raisonnemens.
Raisonnemens aux prêches, raisonnemens à la tribune, raisonnement dans les journaux ! Notre civilisation vieillit et s’en va dans le parlage métaphysique. Ce besoin intérieur d’illusions, c’est une soif de poésie, et la poésie, c’est la vie, sans quoi l’on tombe dans le spleen. Déjà Voltaire disait :
Le raisonner tristement s’accrédite On court, hélas ! après la vérité ; Ah ! croyez-moi, l’erreur a son mérite.
Laissons donc, en bons politiques et en bons philosophes, leur mythologie aux paysans du midi.
[Marin évoque ici le souvenir des fête-Dieu du Toulon de son enfance nous donnons le passage supra : L’Empire.]
Soit voilà de la poésie dans la rue, mais dans notre question, c’est de républicanisme qu’il s’agit, et vous me répondez : “ Ce ciel méridional qui fait éclore ces dévots mensonges à Marseille comme à Argos, donne une même énergie aux Romains et aux Provençaux. Brutus, Cassius, Scévola, Aristogiton, Harmodius, tous ces tueurs de tyrans, méritaient-ils bien ou mal de la patrie ? Dans le collège, on nous a nourris de l’affirmative. Alors, pourquoi ce qui était méritoire chez l’Athénien, chez le Romain, serait-il exécrable chez les Provençaux, au travers desquels Napoléon, en 1814, ne passa qu’avec mille dangers ? A Orange, au Luc, il faillit être assassiné. Je ne vous dis pas que cela fût bien. L’assassinat, malgré mes souvenirs de lycée, ne m’a jamais paru chose fort belle ; mais je ne persiste pas moins dans mon dire que les Provençaux sont les plus républicains de tous les Français.
Et en 1815, à peine Bonaparte débarqué au golfe Juan, ils se levèrent, s’armèrent ; mais de lâches autorités, de ces proconsuls à double face qui tenaient les préfectures et sous-préfectures, temporisèrent, entravèrent cet élan... ”

[Marin montre ensuite que les Parisiens ont conservé leur affection à l’Empereur parce qu’il était “ leur poésie à eux ”, par les fastes et les cérémonies dont jouissait la capitale.
Il conclut par les inconvénients d’une séparation, “ et de l’institution d’une république au midi ” : la France désunie serait affaiblie contre la Sainte-Alliance, l’étranger utiliserait les mouvements religieux du Midi, Marseille perdrait son activité de port du commerce français et Toulon son rôle de port de guerre. Il souhaite, sans illusions, qu’une nouvelle organisation communale et départementale satisfasse aux revendications provençales, sans pour autant porter atteinte à l’unité nationale. Mais le pouvoir est sans perspectives en ce domaine - “ La montagne en travail enfantera une souris, cela est sûr ”.

Le texte du Toulonnais de Paris crève d’une affirmation brutale les propos “ autonomistes ” de bon ton de la jeunesse libérale bourgeoise : c’est une véritable nationalité, une autre France, qui s’affirme dans la différence populaire : différence de Langue et différence de mentalités (bien que Se. Marin s’en tienne à une commode origine climatique). Pour Marin, le “ peuple ”, encore earliste dans sa masse, et parfaitement exotique pour le bourgeois francisé, peut et doit être gagné politiquement : il est, sans le savoir, viscéralement républicain. Mais encore faut-il pour cela le respecter dans sa Différence culturelle et linguistique.
On mesure la différence avec le “ peuple ” que présente Gourrier, déjà intégré à la France nouvelle, sinon par un “ détail ”, la langue ! Dans l’immense et complexe mutation qui va mener le “ Midi blanc ” au “ Midi rouge ”, Gourrier est déjà défaussé qui pointe en fait son plaisir personnel d’écriture dans l’usage de la langue populaire. Mais Marin posait clairement le,s raisons de cette mutation dont les élites bourgeoises ne sauront pas tenir compte.
A l’intersection de la spécificité “ nationale-méridionale ” des masses, dans leur arriération et leur isolement linguistique, et des luttes d’avant-garde, républicaines ou sociales, qui s’annoncent dès 1831, la question de la Langue point, pour disparaître aussitôt :

D’une certaine façon, la réponse des libéraux bourgeois à Marin, comme à Gourrier, est donnée par l’intervention du Maire de La Ciotat quelques jours après la représentation de la pièce de Gourrier.
Reynier, officier de marine en retraite, et maire libéral avancé de La Ciotat, avait contribué à l’échec du débarquement de la duchesse de Berry. Il venait d’être témoin à charge dans le procès des légitimistes comploteurs que dénonçait Gourrier. Or, lors d’une visite à La Ciotat, l’évêque De Mazenod, célèbre pour ses prédications provençales en direction des milieux populaires, et haï des libéraux par ses opinions légitimistes, prononce comme à l’ordinaire un sermon en provençal. Le Maire réagit violemment, et La Gazette du Midi, légitimiste, porte immédiatement l’affaire devant le publie provençal.

La Gazette du Midi, 20 mai 1833.

“ Compte-rendu de la visite de Mgr, Vicaire Général de Marseille.
Le 15, il ’prononça une instruction qui fut d’autant plus goûtée par les fidèles qu’étant faite en langue piovençale, elle était plus à la portée du peuple... Le lendemain, jour de l’Ascension, la colère municipale fut à son comble. Mgr officiait pontificalement, il monta en chaire, et profitant de la facilité avec laquelle il parlait l’idiome provençal, il s’adressa à son auditoire, composé en grande partie de marins et de cultivateurs, un discours qui parut faire une grande impression. Pour le coup, M. Reynier n’y fut plus ; il tailla sa plume, et comme malheureusement les paroles de l’évêque étaient complètement irréprochables sous le rapport politique, ce fut à l’idiome que le magistrat puriste résolut de s’attaquer. Deux heures après la messe, le chef d’œuvre suivant fut affiché à tous les coins de la ville

— Le Maire de la Ciotat à ses administrés,

Mes Concitoyens, Des hommes dont le Ministère devrait être d’éclairer leurs semblables sur leurs véritables besoins viennent abuser de leur éloquence et d’un caractère qui en impose aux masses, en faisant entendre des paroles qui étonnent à la classe la moins instruite du peuple. Ils voudraient vous envelopper des nuages du fanatisme et d’ignorance dont une révolution glorieuse et nécessaire nous a délivrés pour toujours. Ils voudraient nous réduire à l’usage de ces idiomes locaux qui rendaient autrefois les communes étrangères les unes aux autres. Français, vous êtes membres d’une famille, ce sont ses principes et ses lois qui doivent vous régler, ce sont ses progrès vers la civilisation que vous devez suivre, c’est la langue nationale que vous devez parler, pour vous entendre si vos libertés ou votre indépendance étaient menacées.
Fait à La Ciotat en l’Hôtel de VilIe le 16 Mai 1833, le Maire : Reynier.

Dire le sentiment qu’a excité la lecture de cette pièce si risible d’un côté et si inconvenante de l’autre, c’est chose superflue. Ce qu’il y a de certain, c’est que les nuages de fanatisme et d’ignorance, empruntés à la rédaction du Constitutionnel, n’ont pas fait fortune. Notre peuple dans son gros bon sens a trouvé que s’il y avait fanatisme quelque part, c’était à prétendre au nom des idées libérales interdire la liberté du langage, et que s’il y avait ignorance de quelque côté, c’était chez ceux qui affectaient d’ignorer que non seulement dans la Provence entière, mais dans plusieurs autres provinces, les prédications faites aux marins et aux gens de la campagne n’ont pas cessé d’avoir lieu dans les idiomes locaux, parce que ces idiomes étaient seuls bien compris du peuple. Nous avons entendu quelques pêcheurs se demandant s’il existait une nouvelle loi de la révolution qui défendît de parler provençal, et se proposant d’aller demander par signe à M. Reynier ce qu’ils devaient désormais dire ou faire. ”

En reprenant, de façon plus modérée, les propos du Maire de La Ciotat, la presse libérale marseillaise montrait bien que, à la différence de Scipion Marin, les libéraux provençaux n’envisagent en rien une éducation et une politisation du peuple dans sa langue.
Ainsi, la brève mise en scène à Toulon d’une parole “ populaire ”. en distorsion d’un discours majoritairement français, montrait que l’intérêt pour le provençal traversait aussi les milieux libéraux. Mais son échec montre aussi qu’il ne pouvait pas y avoir un usage politique de la langue d’Oc qui corresponde à la logique et aux spécificités d’un peuple, et non aux trous du discours idéologique français. Le grand port, base de la conquête algérienne, ouvert aux courants de la modernité politique et aux brassages de population, a aussi été le lieu où, de façon publique et relativement collective (à la différence d’un Désanat alors solitaire à Marseille), les libéraux ont transgressé le dogme du provençal, langue d’arriération. Mais, incapables de donner à leur intuition créatrice un statut théorique et un usage durable, ils vont renvoyer à l’entreprise littéraire ce provençal réhabilité.

2. Le débat sur la possibilité d’une vraie littérature en provençal.

Derrière l’apparente simplicité de la démarche d’un Gourrier, il est possible de démêler d’autres fils. Dans sa préface, comme dans l’article du médecin libéral (L’Aviso) qui l’accompagnait, le retour au provençal, on l’a vu, n’est pas présenté comme une arme politique, ou comme un hommage à la langue du peuple. Il s’agit bel et bien d’une démarche renaissantiste, nationalitaire, pour laquelle le patronage de Diouloufet l’Ultra est revendiqué sans gêne ni ambiguïté. Les libéraux toulonnais peuvent se permettre cette élégance inattendue dans la mesure où le régime de Louis-Philippe vient de chasser Diouloufet, qui ne s’en remettra pas, de la bibliothèque d’Aix. Comme autorisé par le changement de régime, le renaissantisme d’Oc est pris en compte par les libéraux toulonnais qui peuvent sans problème se dissocier sur ce point de leurs homologues marseillais, ou de Denis. La victoire autorise quelques divergences mineures. Mais pour un renaissantisme plus qu’essoufflé (en 1829, Diouloufet croyait être le dernier écrivain provençal), cette assise nouvelle dans la société civile est très importante.
Layet s’en explique clairement en 1832 à la Société des Sciences, Arts et Belles Lettres de Toulon, à propos des œuvres de Gourrier qu’il a fait entrer à la Société, avec un jeune commis de l’administration de la Marine, Dozoul. Tous deux sont écrivains français et se sont risqué au provençal dernièrement.
Le discours de Layet, par ses aspects prophétiques à certains égards, son attente de chef-d’œuvre, annonce ce qui ne se confirmera qu’à la génération suivante, avec F. Mistral. D’autant qu’il élude toute responsabilité “ française ” : le déclin du provençal vient des insuffisances des écrivains provençaux.
“ A l’encontre de ceux qui, par un ridicule dédain, repoussent -sans merci, de leurs compositions l’idiome natal au milieu duquel ils ont été élevés, et qui leur a servi à manifester leurs premiers besoins, à traduire leurs premières émotions, MM. Gourrier et Dozoul, en hommes qui connaissaient toute la portée, tout le génie, toutes les ressources de la langue du Midi, l’ont appelée, non sans succès, à leur secours pour l’émission de leur pensée. Et ici, Messieurs, je voudrais, de tout mon coeur, qu’il me fût permis de vous communiquer quelques-unes de mes réflexions sur la langue riche, sonore, imagée, expressive, dans laquelle les troubadours, ces pères de la littérature moderne, dans toute la partie méridionale de l’Europe, ont composé leurs nombreuses et aimables productions. Je vous dirais, et peut-être avec quelque amertume, les regrets que les provençaux, amans de leur pays, éprouvent en voyant la majorité des habitans du Midi, s’éloigner, avec une sorte d’indifférence et d’ingratitude blâmables, d’un idiome dont ils n’ignorent la richesse, la variété, la vivacité et l’énergie, que parce qu’ils n’ont pas voulu se donner la peine de l’examiner de près, de la disséquer et de l’étudier dans ses principes, dans ses détails et ses applications.
Comment une langue, car l’idiome provençal est une véritable langue, elle se décline, elle se conjugue, elle se soumet parfaitement et sans efforts, à toutes les règles d’une rigoureuse syntaxe, comment, dis-je, une langue qui est née presque d’elle-même, qui s’est élevée avec les seules ressources qui lui étaient propres, qui quoi qu’on en ait dit, ne doit rien ou presque rien à la langue romance pas plus qu’à celle des arabes, qui était en honneur dans toutes les cours des princes-souverains du midi de l’Europe, qui pendant trois siècles a été uniquement la langue des muses, et qui a présidé au réveil de la littérature moderne, comment a-t-elle vu sa gloire disparaître, son utilité contestée, son existence menacée ?
C’est que les hommes qui l’ont créée, n’ont point eu assez de talent pour J’élever à ce degré qui imprime à une langue ce caractère de permanence et de pérennité que les circonstances et le temps n’effacent qu’après de longs siècles ; et certes, à cet égard, je suis bien convaincu que, si un homme supérieur, un homme de génie, eût employé la langue de nos contrées à exprimer quelque noble, quelque éclatante, quelque nationale création de son intelligence, il l’eût définitivement fixée, il l’eût sans aucun doute éternisée. Ce génie, dans sa puissante conception, aurait fait des variétés de l’idiome provençal ce que, dans l’Antiquité Homère fit des dialectes grecs, et ce que Dante a fait des dialectes italiens.
J’aimerais surtout, si les limites naturelles de ce travail ne me forçaient à me restreindre, j’aimerais à vous entretenir des espérances de notre langue, de sa réhabilitation dans les esprits éclairés et de sa réinstallation parmi les littératures vivantes. Ce ne sont pas là seulement des voeux utopiques, ce sont des conséquences raisonnables du goût bien déclaré qu’une fraction importante des populations du Midi paraît aujourd’hui reprendre pour les productions écrites dans leur langage usuel ; de la propension bien évidente des jeunes littérateurs provençaux vers la culture de leur langue, et des succès incontestés qu’ils viennent de recueillir dans cette nouvelle étude. ”

Et de citer Gourrier, dont le titre est alors “ Lou Patrioto Prouvençaou, ou la Patrie avant tout, meme avant la Mestresso ”, et Dozoul, avec quelques pièces amoureuses ou plaisantes.
Les hautes ambitions de Layet ne pouvaient guère se satisfaire cependant de ces maigres productions.

(On peut en juger par cette petite poésie de Dozoul, dont l’Annuaire du Var publie des extraits en 1834 :

“ Voui ” : 0 charmanto fio, / Thereso, ma mio, Escouto un brigoun. Restaras pa gaire / Per saoupre l’affaire / Diras voui vo noun. Despuei que t’ai visto, Ta souletto visto / Countento moun couar : / A tu toujours songi / Ti pantayi en songi / Sies tout moun espouar / Es tu que cherissi, / Es tu que benissi / Doou matin oou soir. / Gento pastourello, / Tant bouano, tant bello, / S’eimes pas Simoun, Simoun que t’adoro, / A tei pes imploro / Un houmble pardoun. / Oh ! mai se toun amo / Respouande à ma flammo, / Un mot, vo un dei dons ! / Parlo ! pouas mi rendre, / Eme un regard tendre, / Un amant hurous ! / La pastourelletto / Si vesen souletto, / Dis en tremouran / Simoun ! puei s’arresto, / Et beissan la testo, / Li cedo la man. / Eou la dejà presso / La serro et caresso, / De gaou transporta. / Mai sei gens l’esperoun Adiou si digueroun, / Et si separeroun / Un paou countrista."

Aussi modestes qu’elles soient, et loin des ambitions proclamées, ces pièces à tout le moins lui paraissent montrer que “ notre langue provençale, aussi bien que les langues française, espagnole et italienne, ses filles, est encore aujourd’hui, et peut-être mieux que jamais, éminemment propre à exprimer ces idées qui naissent et vivent dans le coeur, ainsi que celles qui, étant le résultat d’un esprit fin et délicat, attachent à tout ce qu’elles touchent des charmes indicibles et puissants. ”
La voie est ouverte à l’entreprise littéraire, dégagée de tout souci de communication directe. Nous rencontrons ici l’expression d’un courant de pensée qui sera à l’origine du Félibrige. Or, contrairement à certaines idées a priori, nous ne sommes pas ici dans un milieu rural, conservateur. Il y a donc matière à réflexion sur le “ patriotisme ” littéraire méridional dans les milieux libéraux, quelque occulté qu’il ait pu être par ses activistes du progrès capitaliste et de l’intégration culturelle.
Mais, remarquons-le, la proclamation d’une entreprise littéraire évacue le peuple, porteur de la langue : et cela se comprend facilement : ce peuple, que personne malgré Scipion Marin ne songe à éduquer autrement qu’en français, peut être à la rigueur le sujet d’une littérature. Il peut difficilement en être le public.

Remarque éclairante. A propos des premières œuvres, françaises, de Dozoul, et tout particulièrement "Les Sorciers", et" Les Revenans" (graphie de l’époque) (nouvelles où est présentée pour mieux la dénoncer, la superstition populaire), Layet écrit :

“ Rien ne serait plus curieux que la peinture des mœurs sociales, des mœurs domestiques au milieu desquelles vivent encore les populations de certaines provinces qui paraissent résister opiniatrement à la fusion générale qu’avec le temps, la civilisation cette grande niveleuse, ne manquera pas d’opérer sur tous les points de la France. Et, pour choisir un exemple qui nous touche, pour spécialiser davantage le fait, croyez-vous que notre chère Provence de laquelle les provençaux sont tous amans (graphie de l’époque), n’offre point une mine riche et féconde à exploiter pour la littérature locale ? Ainsi, l’écrivain qui descendant au sein du peuple de cette contrée, qui le verrait de près, qui se mettrait en contact avec lui, qui l’écouterait et qui l’observerait avec soin, et pendant un temps suffisant, ne pourrait offrir au lecteur que des tableaux où la fraîcheur, la grâce et la gaité s’uniraient avec art et finesse, à la morale et à la philosophie. Il atteindrait en outre un but bien plus utile à la société : car en peignant le5 préjugés populaires, il ne manquerait pas d’en signaler l’absurdité des causes, la grossièreté des moyens et le danger des résultats. ”

Cette littérature française, tout à fait inscrite dans le projet de décentralisation littéraire des libéraux d’avant 1830, met en scène un peuple encore exotique pour mieux l’amener à se normaliser, à tout le moins pour qu’on l’y aide.
Mais ce “ Peuple ” fait l’objet de deux discours mal articulés. D’un côté, Dozoul, “ cette ceuvre littéraire dans laquelle la finesse et la perspicacité d’observation prouvent une aptitude marquée à l’étude des mœurs, qui ’donne des espérances que votre jeune collègue saura réaliser, surtout quand, par des rapports plus intimes, plus fréquens avec la classe aujourd’hui encore plus imprégnée de préjugés supersticieux, il aura pu en déméler l’origine, la filiation, le mode de transmission et les funestes résultats’. ”
De l’autre, le discours de l’enseignant Curel, libéral et francmaçon - “ Le peuple, ce sont les 25 millions de prolétaires qui vivent péniblement du travail de leurs bras et sans droits politiques... Si nous jetons un coup d’œil sur l’état actuel de la France, nous serons frappés des souffrances de la classe prolétaire, même au milieu d’une prospérité progressive dans l’agriculture, le commerce et l’industrie. Il est pénible, mais il est éminemment utile de montrer au grand jour la lèpre qui dévore la plus grande partie de nos concitoyens. ”
On le voit, qu’il s’agisse d’évoquer le peuple arriéré, superstitieux, ou le peuple travailleur voire révolté, la langue dans laquelle il s’exprime n’est pas prise en compte, au-delà d’une fugitive communication efficace politique.
Très clairement en attente de chef-d’œuvre (Mistral n’a que deux ans alors !), le chef de file du libéralisme toulonnais en appelle à la réhabilitation de la langue d’Oc. Mais ce n’est pas parce qu’elle est langue du peuple. Au contraire : sa réduction d’usage aux couches populaires est signe de mort. La langue est reçue comme réalité charnelle, délectable. Il est important que cette analyse, jusque-là répétée par des “ spécialistes ” désabusés, et le plus souvent conservateurs, soit reprise par le foyer libéral de Toulon. Et que, faute de schémas efficaces, ces libéraux ne puissent situer, entre l’usage littéraire et l’usage politique occasionnel, le statut de la langue “ laissée au peuple ”.
Exemple de cet effet-mode du provençal, A. Denis, qui continue ses publications françaises, (1831, Chroniques provençales, dédiées à A. Thierry), donne dans sa Promenade pittoresque et statistique dans le département du Var, des textes en provençal (de l’Aixois Jean de Cabanes, dont les manuscrits venaient d’être publiés par le libéral Pontier) sur la conquête de la région en 1707 par les troupes du duc de Savoie. Ou encore, bien que les tenant pour fables, ces extraits d’archives toulonnaises, qui décentrent le lecteur dans un autre horsjeu, hors-temps, oÙ le provençal ne connote plus que la folie d’une généalogie fantastique.

“ En l’an 1052 avant la vengudo de nouestre Seignour JésusChrist. La fondation de l’antique cioutat de Toulon quem es estado facho per lous camatulans. Au nom de Diou nouestre Seignour, creatour dou Cieu et de la terro, que a endurat la mouart à l’aoubre de la santo croux per la redemption de nouestres peccas, et à son honnour et glory, esperam de vereire en buono memory la fondation de la nouestre antique cioutat de Toulon et suissado per eternello memoro per lous nouestres avis et per nouestre, sie leissado à nouestres successours. Amen. En l’an 1642 avant la vengudo de nouestre Seignour, uno certeno armado de gens noumas per lous historianis, Camatulans, lasqualos gens vengueroun de las partidas las plus aultas Allemagnas, gens non conneissus de nouestres, lasqualos gens ayen en illious consideras et conserva en illou pays, en la consideration de las caosas en lasquelas desiravoun de far o ben far faïre, et lou tout ayen ben esta considera et avisa per lou noble et seignour Telamon, conductour et gouvernadour de aquelles nobles gens, aurié dich incontinent de faïre et fut fach una bella et noble cioutat Toulony, duquel grand port de mar, vanta, y pourrien far nouestro demouoro ; car las fontanas que soun lou long daquel bras de mar nous fan veeire que la demouaro non n’en poou estre que grandamen bello, mesmé la hautesso et espessour daquest grand bouscage, et larguas et ricas campagnas nous marqoun que lous dious soun estat, en aquell noble port et rique terraire et nous y an, nouestres, amenas. ”

L’entreprise littéraire provençale, au-delà de quelques échos dans l’Annuaire du Var, piétine. Ainsi, pour mesurer son isolement, il suffit de feuilleter l’ambitieuse publication de l’académicien toulonnais Edouard de Puycousin, Les cent-et-un de la Province, qui rêve d’accueillir, au-delà de tous les écrivains du Midi, tous les écrivains de la province. Les abonnés-correspondants (magistrats, notaires, officiers, négociants, commerçants, ingénieurs ... ) n’y liront évidemment que du français.

3. Les débuts de la littérature de divertissement, Benoni Mathieu.

Le coup de boutoir de Gourrier, loin de donner l’élan littéraire qu’attendait Layet, va en fait, combiné à l’influence marseillaise, (Bellot, Carvin), révéler des auteurs locaux apolitiques, prosaïques, et sans doute bons représentants de la réalité culturelle. La nouveauté est que ces textes d’un théâtre d’amateur mal connu commencent à être publiés.
Que savons-nous, par exemple, de cette abondante vie théâtrale des gros villages de la périphérie toulonnaise ? Ainsi Reboul, dans ses biographies manuscrites varoises, cite Joseph Augustin Guérin, de Cuers (1766-1835). Cet instituteur primaire a écrit et fait représenter par ses élèves et amis de nombreuses pièces dont il ne reste que les titres :
(La vido herouso vo la faïsso de Jean Blanc, coummedio en un acte en vers prouvençaou, Moussa Basano, coumedio en un acte et en vers, Lou dezuna interroumpu vo la Prouvençalo allemando, coumedio en un acte et en vers, Calisto vo la Pupilo, deux actes, Lei douis rivaou ibrougno, un acte en vers, Mesté Petelin, coummedio, deux actes en vers, Lou billet, la ruso de Creissoun, coummedio, deux actes en vers, Leis farços de Noura, coummedio en un acte et en vers, Noura et Fany, vo lou crentous, un acte en vers français et provençaux, Leis ruzou de Martin, coumedio, un acte et en vers, La taro ou Suletto et ami, un acte en vers, Mestré Farruon et Clairo vo lou countrat fa per ruso, un acte en vers, Suzetto et Bourgarel, un acte en vers, Roucano et Madaleno, vo leis doues coumaireto, coumedio histouriquo,un acte en vers, Leis maris garçouns, coumedio en un acte, La disputo herouso vo martin et Lucetto, coumedio, un acte en vers, L’enterrament de Carnavas per estre juga et canta penden lei darnié jou de carnavas, mascarado en un acto per la plaço, Lou mestré jalous desoun varlet, coumedio en un acte, Mestré Barnus vo leu retour de Cleon, coumedio en très actes et en vers, Pétronillo et Verdoun, coumedio en un acte et en vers, Lou mariagé doou sorcié, coumedio en un acte et en vers, Clemenço vo la Lettre, coumedio en un acte et en vers, Lou tour de chevu vo la festo de moussu Estrai, coumedio en un acte et en vers. Leis couturiers, vo moussu Poussiero, coumedio en un acte et en vers prouvençaous.)

Patroun Praire vo lou Pescadou Tourounnen, Comédie en deux actes et en vers Provençaux, Mêlée de Couplets, Par Bénoni Mathieu, dédiée aux Toulonnais, (Toulon, Duplessis-Ollivault, 1833), est la première de ces publications.

Le canevas est traditionnel, directement repris de la comédie du XVIle et de Pelabon : un pêcheur, Praire, a promis sa fille Juliette à son jeune matelot, Michele, qu’il a recueilli tout jeune après la mort de ses parents, et élevé. Les deux jeunes gens s’aiment, mais le père décide de marier sa fille à un navigateur fortuné qu’il vient de sauver d’un naufrage, près du Cap Brun. Evidemment, tout finira bien, puisque le navigateur n’est autre que l’oncle du jeune orphelin, qui revient, fortune faite, à la recherche de son neveu.

La pièce est un bon document sur la langue de ce milieu de pêcheurs, dont B. Mathieu essaie de noter au plus près la prononciation. Elle est surtout pour nous une évocation de la rade encore poissonneuse, des plaisirs simples du bord de l’eau. Le monde ouvert de la rade, de ses rivages encore si peu occupés, des guinguettes qui la ceinturent, contraste avec la ville, serrée dans ses remparts dont on ferme encore les portes le soir venu, (tant pis pour les retardataires). Les vieux Seynois apprécieront l’évocation de Balaguier, et les étymologistes pourront, faute de mieux, continuer à discuter de celle de Cap Brun (Cabrun ?) en lisant dans Mathieu : Corbrun.
Mathieu semble avoir une bonne connaissance de ce monde de la mer : sa dédicace aux Toulonnais est une métaphore sur le retour au port après un voyage périlleux. Son héros, ancien navigateur, donne des leçons de pilotage, qui paraissent ridicules à de mystérieux inconnus. On cite des noms de spécialistes locaux. Et, naturellement, Mathieu connaît la rade et la pêche.
Mais ce milieu des pêcheurs, que la plupart des observateurs du temps présentent comme vivant bien mal, est ici mis en scène sans révolte ni pittoresque, dans la normalité du quotidien. Plus qu’une évacuation de la “ popularité ” vers des milieux en marge, sans risques sociaux et politiques, comme on le verra souvent par la suite, il semble que nous ayons affaire ici à une représentation de réalité observée, côtoyée.
(Je retrouve trace de B. Mathieu en 1856 : il publie un recueil de cantiques !)

ACTF PREMIFR. - Le fond du théâtre représente la rade de Toulon, prise du rivage en-dessous du Polygone. A gauche des acteurs est le chemin qui suit le Mourillon, et traverse la scène. Un banc de pierre est là à la première coulisse du même côté. La scène se passe à quelque distance du poste de Patroun Prairé. La pièce commence à l’aube du jour.

Scène première - Patroun Praire, seul sur le rivage

La clarta d’alevant, lou fres de matinado,

Tout mi dounno l’espouard d’uno bello journado

Bouanasso, ges de ma ; bessai que ce Diou voou

Uno fes d’ooujourd’huei faren quaouqué bouan boou

Crési que serié tems, car d’eieesto semano

D’oou coou de vent qu’a fa, ce foussé pa uno mano

De pichoun bouguioun que si sian partagea

Eriau pas dins lou cas de prendré per mangea,

Et pueis massacra-vous, anas courré bourrido ;

Anas risqua cent coou de peardré vouastro vido

Per arriba proumier eis posto ressearqua

Encaro très-souvent levas senço marqua.

Aro ce dins lou mes de mai que la vidasso

Gagnavias quaouqueis soous alors encaro passa

Mai partes ben soourra, rétournas nus et crus,

Venes oou bout de l’an et sias toujour pu gus.

Coummo vourez tamben fairé de bouanni pesquo ?

Cinquanto barquettoun vous vénoun sussa l’esquo

Et si trovo surtout qu’en d’aquestou païs

A l’houro d’ooujourd’huei lou péis es tant réquis

Que fourra quaouquo fes quand l’ooura la dounnado,

Fairé tres, quatre boou par gagna la journado ;

Vo ce par coou d’azard quaouqué bouan péi si prend,

Ai lou dessagrament de lou leissa per ren...

Scène deuxième - Patroun Prairé, Mestré Mourignéou

P - Ah ! siés tu Mourignéou,

Que n’en diés d’aqueou tems ?

M - Poou pas estré pu beou 1

Sabes n’avian besoun que faguesse bouanasso

0 ! va digueri ben... Leis aigo éroun troou basso,

Sabiou qu’aquesto nué lou vent duvié manqua.

P - Alors un aoutré coou ti mandaren sarqua

Par saché l’endeman ce que lou tems duou fairé

Chaqu’un en fen encin serié bouan devignairé

Es ben lou cas alors d’avança la nouvello.

M - Aco ce sahiés pas de mi sarqua querello

Doou va tres coou par jour crési que n’en mourriés

Semblo que la que tu que sabes ce que diés,

Et que siés lou souret d’avé de counnouissenço.

Vai par ti supporta foou s’arma de patienço.

P - Anfin que mi diras ? par devigna lou feras-

M -Oh - sabi qu’eme tu foou toujour leva rens.

Mai leissen estaco, siou vengu par ti dire...

P - Qu’ooujourd’huei fara beou

M- Non, non, non, senço riré,

Sabes que la doui mes que sian pa ana cala

Oou long de Baraguié.

P - Et ben, après, que la ?

M - Vouari risqua lou tout et l’ana fairé un viagé.

Eici, d’ooutems que tu viariés à l’ouvragé,

Prendrian lou barquetton quand vendrié Michele

Travessarian dela, calarian lou file,

Et quand pueis series lés de ta miégeo journado,

Mi fariés despassa dex hommé de corvado

Par mi dounna la man ; ensuite à toun lesi

Dintré l’après dina (ce fi faïé plesi)

Pourriés ti metre en trin à ramenda l’issaougo

Ooutrament feniren par tirassa que d’aougo.

P - Ben pença.

M - Ai espouar de prendré quoouquaren.

P - Quand Michele vendra prépara leis ren,

Embarquara Parret, leis attirais d’usagé,

Pueis après dejuna partiras par toun viagé.

M - Alors sian entendu : m’en vaou vite oou batéou

Ravia nouastreis gens...

P - Escouto, Mourignéou !

Sabes que despueis ïar aven ren din lou ventre

Et fa miés travaya quand sias a vouastré centré.

Durriés oouparavant leis fairé métre en trin

Ana chez Pé-de-Buou quearre un pichié de vin

Serié lou vrai moyen de li douna courage,

Car veiriés que l’issaougo oourié léou fa lou viagé,

Aquello soun counten quand buvoun un bouan coou

Aco va foou d’abord en tiran su lou boou :

Après duou pas tarda d’arriba Julietto ;

Fen, s’ajus quaouqueis nous, uno bouanno ooumeletto,

Senço si chagrina cantant uno cansoun,

Et si meten, moun cher, lou nas coumm’un poumpoun.

Ariette - air de la galopade :

Quand un viéiard a près seis souxanto ans / Lou plesi que li resto / Es de si veire proché seis enfans / Toujour lou veire en mans / Aro pouden plus plairé / Ce que n’en resto à fairé / Par s’espassa, de forma lou grand roun / Et vueda lou flacoun.

[Juliette, la fille de Patroun Prairé, est amoureuse de Michele, que son père avait recueilli tout enfant, et élevé.]

Juliette, un panier sous son bras, entrant par la dernière coulisse à gauche.

Mi vaqui, gracié Diou, d’oou bord ben approuchado,

Leissa-m’en paou poouva, car siou ben fatigado.

Elle s’assied sur le banc de pierre et pose le panier à ses pieds.

Ai tant doubla lou pas par mi léou despacha,

Qu’aro n’en pouadi plus... Vous crébo aqueou marcha

Elle respire

Ah ! d’eicit’un moument semblo que veou moun pèro

Sabi que mi dira : siés gairé mateniéro !

Anfin... M’éri levado à l’houro que fourié

Mai en passant oou pra de la meinagearié,

Vesent qu’aviou encaro une bouanno estirado,

Par respira un moument mi siou en paou poouvado

Coummo mi vaou dreissa par suivré moun camin,

Veou passa Michele qu’anavo d’un bouan trin.

Lou creidi : Michele ! Mi dis, “ Té, Julietto,

Mounte vas tant matin, surtout touto souretto ? ”

Li respouandi : ai sachu qu’avias presquo plus ren,

M’en vaou drech oou batéou porta deis provisien.

Alors c’es avança ; mi siou mai assetado,

Et aven coumença de fairé la charrado.

Ce qu’aquo, quand li sias, v’en levarias jamai

Surtout lou dematin, l’on es toujour pu gai.

S’aguessian pas sentu moun pèro eici à l’espero,

Li restavian bessai jusqu’a deman oou sero :

Anfin si sian dreissa, n’a pres soun canestéoul

L’ai repeta doui coou que révenguesse leou

Et si sian separa...

[Mais Patroun Prairé a décidé de donner sa fille à un riche marchand qu’il a aidé à regagner la côte, après un échouage près de Toulon.
Michele a entendu ce que disait son maître à Mourignéou

M’avanci douçament ; toun pèro countinuavo :
“ Vouas que dounni ma fio à n’un hommé qu’a ren ? ”
Mourignéou li disié : “ mai ce si vouaroun ben
Pourras pas t’ernpachar de faire aquéou mariagé.
Quand parles senso sens escumariou de ragé. ”
Toun pèro réparte : “ tu va fariés encin ;
Pueis quand vourrien mangea piquarien oou vesin
Siés mestré, quand à you maridarai ma fio
Qu’emaqu’eou que sortra d’uno bouanno fainio... ”

[Les deux amoureux se désespèrent, et Julietto peut chanter plus encore son ariette :

Quand éri pichounetto / Partout erian encen / 0 paouro Julietto / Aro es ben dîfféren / M’avisi que moun pairé / Li fa plus grand accuei / Et que gousti plus gairé / Lou plesi d’ooujourd’huei. / Ce jusqu’aro a fa veiré / Que par you a d’amour / De memé poou si creiré / Qu’es paga de rétour / Ce lou sort m’en dounnavo / Un aoutré per mari / Vo ce mi dellaissavo / Aimariou mai mouri.

Mais la pièce est traversée par le thème de la mer et du retour. Praire est un ancien pilote :
Sabés pas que sorten d’uno ancienno famio
Et que taou que mi vués en parten de Marsio
Jusqu’oou port d’Alissandro en ressiguen milo
pandant vint ans de temps ai sarvi par pilo ?
Quand de brik, de veisséou de toutis leis countrado
Par meis ordre an mouya dins nouastro bello rado.
Es pas par flatarié, mai dintré tout Touroun
L’a degun coummo you par counouissé leis foun
Car l’ooura très souvent un coou de man à fairé,
C’es un pas dangéiroux li veiras toujour Prairré...

A plusieurs reprises, Patroun Prairé évoque le littoral toulonnais et seynois :

Castigneou, leis poudrièro, eici filen de cablé,
Dessus aquestis bords l’a ren dé rémarquablé.
Ah ! parten de La Seigno, en venen su leis mouar
Aqui l’estiou fa bouan li proumena lou souar ;
Leis uns prénoun lou frés à l’entour d’eis bastido
D’aoutré soun de rétour de faire uno partido ;
Et pueis l’a l’agrament par leis gens qu’an lesi
De pousque s’escarta tant que li fa plesi,
Senço creigne oou pu béou que li féarmoun la villo.
Mounte trovi tant ben uno ooucasien utilo
Que, ce lou pescadou dins la nué voou parti,
A touto houro eisament poou ben intra, sourti,
Ce fés cas lou matin de fairé uno ooubegeado,
D’abord sias à l’abri d’un coou de labechado ;
Et ce lou tems es beou, que leis foun siégoun viou,
Poudes prendre un pourproun, quaouqueis saquets de biou
D’huîtroun toujour n’ooures un pareou de gorbetto
En venen jusqu’eissa desouto l’aguïetto.
Après dins quatré pas en virant lou cantoun
Vénés à Pèro Loui fairé un bouan courbouyoun
Aquit’hivear, estiou, surjour, dimenché, festo ;
Manquo que l’appetit, la taouro es toujour lesto
L’estiou eis musclé rouge et l’ivéar eis ooucin,
Voou ben miés de Touroun en parten lou matin
Veni en d’aquestou bord qu’en travear de la Mitro
Eici l’a l’agrament ce voures uno litro
Qu’en mountan l’escarié lou vin es tout tira
Oou lué qu’à l’aoutro ribo en esten entaoura
Ce foou rampli pichié, frascou, vo damageano,
Avant qu’agues trouva la promièro cabano
Sias toutis dins lou cas de mouri d’oou gros se
Eicit’es different, avés mestré Rousse
Pardessu Baraguié, pu luen l’a patroun Costo
Anfin es que ramas presquo en toutis leis posto.
S’ajuas un pichoun gangui avé puei lou plesi
De prendré dins doui boou un plat de peis choousi
Aco de fes que l’a veires uno mayetto
Que jusqu’oou darnié bout : homme, frumo, fietto,
Chaqu’un tiro dessus, l’arret peso pas mai
Qu’un pes de trento liouro oou coual d’un pouarto-fai.
S’en vénoun en cantant jusquo que siégue en téarro
Quand li soun arriba que lou bout si desséaro,
Formoun toutis lou roun ooutour d’oou gabouïé,
Un si mete à creida : “ vé, lou pouri rouquié ! ”
L’aoutro : “ qu’un cambaro ! la pourido rascasso,
Encaro un anguiéroun, ... aganto doui limasso ! ”
Anfin aquello pesquo es un amusament,
Car de mangea lou péis l’a pas mai d’agrament.
En suivent Baraguié venes puei eis Sabletto
Aqui l’a sourament que quaouqueis bastidetto
Après ven Lazareth, la Vieio, Sant-Mandrié,
Maï su d’aquesteis bords l’a pas ges de dangié
Uno fes despassa sias encaro en grand-rado,
Jusqu’eici su lou cap que si trovo à l’intrado.
[...]
Ah ! ... suppousen lou cas qu’eisso siégué Touroun
En passant par la Rodo eici lou Mourayoun.
Aro en suivent de long lou bord es agréablé,
Car un pichoun barquet em’un teins favourablé
Poou fouar ben navegua senço gés de dangié.
Eici sian à l’endré mounté leis canounnié
Vénoun de tems en tems fairé seis exarcici
Mai li s’amusen pas et fen nouastré servici.
Su lou bord d’oou Sequan veas ben aqueou signaou
Mai descendés d’abas, régardes plus adaou,
Venes oou bord de ma pusque veas que despassi,
Et suives lou crayoun à mesuro que traci.
Ah ! doun par révéni, qu’aquesto pousitien
Merito justament touto vouastro attentien
Ce vïas dins l’estiou selon leis matinado
Arribara par fes d’aquestis batellado
De jouinnesso d’eicit’esprès par si lava,
Sortout quand lou soureou si fa que de leva.
Veires pueis dex batéou dins lou meme equipagé,
Et la barquo es pancaro arribado à la plage
Que dins un ren de tems leis vuas toutis ploungea.
Aquit’es un plesi que ce voures mangea
De cloouvisso, d’ooucin vo d’aoutré coouquiagé
L’a que de s’escarta tant si paou d’oou rivagé ;
Ce sabes leis endre dins douis coou de rastéou
Sias ségu de rampli lou senoun d’oou batéou.
Apres d’aco s’aves uno bouanno gangasso,
Formas toutis lou roun à la proumièro plaço
Ren que l’éar de la ma vous dounno un appeti
Que lou mendré fricot v’es de met assorti.
Pueis en fen quatré pas si trouvant su la tourré
Su d’aquellis cousta toujour lou peis li courré
Ah ! parla-mî d’aco dins aquesto cesoun,
Lou dematin prènes un pichoun barquettoun,
Fes un pareou de posto en ressiguen la broundo,
Un coou que sias mouya ce lou tems vous secoundo
Poudes estré segu que dins un vira d’uéi
Ce sias ben armegea ramassas de tout péi
Aqui prénes rouquié, gearlo, bogo, jirello
De sarran, dé pagéou, de gobi, de ravello
Alors sitôt que vuas que n’a per fa boui,
Fes pas d’aoutro façoun : venes drech à la mitro
Sias toujour ben sooura d’un frascou de cinq littro
S’après en débarquant la plus ren din lou foun ;
D’oouten qu’un oou fournéou fa boui lou poualoun,
Que d’aoutré trien lou péis, apprestoun leis essietto,
Lou proumié sans souci va vite à la guinguetto,
De poou de la pa véire ajus un gros fanaou,
Et coummenças desuito à sarvi l’aigo-saou.
D’abord l’a d’agrament dins aquesto countrado
Li dien lou randez-vous de toutis leis fooucado.
Proumena-vous souvent véar d’aquestis cousta,
Véires Jamai que riré ou ben bouaro et canta.
Quand lou répas es près, per fa dansa leis fio,
Entendes de partout lou tambour de Marsio
Par ben diré lou tems vous passo tant eisa
Que lou jour desparéi senço v’en avisa.
Aquesto pousitien, despueis ancienno epoquo,
La grand couasto es soun noum, car tené vuas qué roquo
L’a qu’en parten d’eici que si trovo en paou bas
Jusqu’eissamoun diren a cinq ou sieis cent pas
Que sias vite d’avaou : mai en prénen la sourço
A venir su Corbrun (que l’a encaro uno courço)
Per descendré d’abas fourrié ben estré foual,
Car risquas à tout coou de vous roumpré lou coual
Poudes prendre un bouan péi, siégué sar, siégué oourado.
Mai per un bastiment si trovo lou cartié
Mounte ordinariment l’a lou mai de dangié. ”

Tout finit bien : le naufragé que Prairé a aidé, et à qui il veut marier sa fille est en fait l’oncle de Michelé, qui recherche le fils de son frère mort, et évidemment va décider Prairé à unir les deux jeunes gens.

3. La coupure de 1835.

Le choléra marque une coupure dans la vie de la cité : les habitants se dispersent pour des mois. Les activités de la société académique, dont les libéraux avaient voulu faire un foyer de création véritable, sont pour longtemps suspendues. Dozoul, un des deux espoirs de Layet, meurt. (En 1837, la société académique rappelle la mémoire de son secrétaire de 24 ans, (f il fut à tous égards un jeune homme accompli, d’un jugement sûr, d’un goût exquis, d’un zèle à toute épreuve... ”) Gourrier J’auteur de La Patrio avant tout, en consacrant en 1836 un long poème à l’épidémie, qu’il lit aux académiciens, tente à la fois de donner à la poésie provençale les lettres de noblesse dont elle manque, et de défendre la municipalité qui l’emploie contre bien des reproches d’incurie. L’Annuaire du département du Var pour 1837 publie de longs extraits d’un texte qui n’aura guère d’échos : à la différence du provençal, souvent naturel, parlé, de sa pièce, ses Fragmens (graphie de l’époque) d’un poème inédit, sur le choléra à Toulon, sont plutôt du français traduit. L’abondant poète français semble psychologiquement incapable de réussir en provençal s’il quitte le registre terre à terre de l’oralité.

“Aqueou jour, vingt-un jui, flourissento et tranquillo.
Nouastro poupulatien encoumbravo la villo,
Célébravo eme ardour la festo d’oou Bouan Diou.
Un air pur, un ciel blu, lou pu beou temps d’estiou,
Noumbre de répoousouars et leis estros parados,
Oou point que vesias plus la coulour dei façados,
Excitavount lei couars à la devoutien.
Jamai, despuei loug-temps, dins uno proucessien,
Avian vis despluga tant de poumpo et de zèlo ;
Frémos, enfants, vieillards, jouino-hommés, dameisello,
Tout ero endimencha, cadun ero jouiyoux.
Dins l’air retentissient de chants religioux,
L’ooudour de la ginesto à l’incens si mélavo
Et lou pu doux parfum vers lou ciel s’exhalavo.
Subran, un soulet mot suspende la fervour,
Fa palir Ici visagé et glaço de terrour !
“ Aven lou cholera ! ” Tout lou mounde à voix basso
Répéto : “ Lou veici ! s’approcho ! nous menaço ! ”
L’alarmo es généralo, et la counsternatien
Si liège su lou front de la poupulatien.
Pamen leis esprits fouarts et la classo ignourento
Affectoun de mounstrar de figuro riento.
“ Lou Choléra ” dis l’un : “ Es l’enfant de la poou ”.
D’aoutre : “ Es din moun boussoun lorsque l’a pa lou soou. ”
Et lei darniers, surtout d’uno amo fouart tranquillo
Accabount la journado en cantant din la villo,
Pousquessount pu, long-temps, rire, bueoure et canta,
Et counserva toujours tant de securita !
Un changearnent subit si fet din l’atmosphèro
L’air fouguet empesta de vapour délétero ;
Cade sero avant nuech, coumo un manteou de ploumb,
Une sago eigassoua toumbavo su Touloun,
Lou cenchavo en tout point coumo dins un suari,
Lou ciel dispareissié soute un drap mortuari,
Ero negre partout ; partout l’obscurita,
Oou pu nègre cachot va v’oourié disputa,
Et l’endeman matin à l’hoourizoun grisastre,
Avare de benfats coumo un marri peirastre,
Lou souleou si levant pale et senso calour
Leissavo quaouque temps doutar de soun retour.
Enfin, leu cinq juillet, taou qu’un vaste incendie,
Qu’esclate eme fureur, l’affreuse épidémie,
Si dreisso gigantesque e din chasque quartier,
Respende l’espouvanto ci salouns, ei grenier,
Senso égard per lou rang, ni lou sexe, ni l’age,
Si va viouta pertout eme la memo rage.
L’homme sobre et l’ibrougno an leu meme destin
L’enfant et leu vieillard fan une memo fin...
Lou mouastre que lei touasse a banni tout espouar,
Lei maraous sount mourens et lei mourens sount mouar...
Capelans, medecins, élèvo chirurgien,
Per si multiplia marchourit plus qu’en courrèn,
Semblo qu’an ren a crégne. Emé un égaou courage,
Touti d’oou Cholera van affrounta la rage...
Cependant la stupeur fa plaço à l’energio,
L’instinct counservatour din chacun si revio.
“ S’en anan, s’en anan ”, es lou cri generaou.
“ La plus ges de salut per qu reste. Es egaou
Qu’en partent de Touloun, sachent plus de que caire
Pourtaren nouastri pas, fuge es l’unique affaire. ”...
Oh ! va repeti mai, que terrible journado !
Que desordre grand Dieu ! Tout prend la debendado
L’ouvrier mounto en voiture et dins un toumbareou
De cacans, de richards per counserva la peou,
Pagount oou prix de l’or une marrido plaço,
L’habit toco la veste et fa pas la grimaço.
Oh ! l’a qu’aco de bouan. oou moument d’oou dangié
Leis rangs soun nivelas, leis hommes sount parié... ”

Au moment où Gourrier tente de hisser la poésie provençale vers des sommets où elle s’essouffle, une autre publication toulonnaise la cantonne dans le seul registre où les contemporains, en définitive, lui trouveront quelque vertu. Fables, contes et historiettes en vers provençaux, par -M. Eusèbe Reymonenq (Toulon, Baume, 1835), est une œuvrette qui peut faire réfléchir sur les détours imprévus de la pulsion provençaliste :
Reymonenq est de la génération de Thouron : comme lui né sous la Révolution, dans un village (son père est médecin à la Roquebrussane), comme lui solidement éduqué et terminant ses études à Paris (après un passage au séminaire) : les yeux sont donc ouverts à d’autres réalités que l’horizon natal, et y trouvent peut-être un contre-point stimulant. Médecin de campagne à son tour et maire de Varages, il choisit de faire imprimer à Toulon ce livre de sagesse sceptique.
“ Avem la resoun en partage,
Et d’aqueou céleste présent
Chacun de naoutres n’en fasem
Sélon nouastre interès un différent usage... ”
(Lou Loup), voilà le thème...
“ Taou crésem malhurous que jouis souto capo,
Countent doou viesti que lou tapo,
Satisfach d’un moucèou de pan,
Uno véno d’aillet li semblo un ourtoulan... ” (La fremo et la galino).
De toute façon, la folie mène les hommes et l’injustice la société.
Chacun pour soi, comme “ lou pescadour ” qui implore la Vierge de le sauver du naufrage, mais murmure à son fils : “ Vies-ti pa que va li faou creire, / L’ai cent fés affinado, arribem et veiras / Que li darai pa même uno escaillo de preire. ”
Lou chin et lou can
Lou chin de moussu Richopanço
Eme lou can de mestre Valantin,
Attiras per l’ooudour deis vioures d’un festin,
Jugéroun à prépaou d’anar faire boumbanço ;
L’houstaou d’ounte venié lou parfum sabourous
Avie la pouarto entrédurbido.
D’abord lou chin alerto et pa crentous,
Intro dins la cousino ounte soun nas lou guido ;
Venien de desbrouchar un capoun gras à lard.
Se li gièto dessus maougra cris et ménaços,
Et dis entre cou, veici ma part.
Eis brams de la servanto abandonnant seis plaços
Leis counvida venoun dessus leis traços
Doou mestre doou lougis, et vien lou maoufatan
Lou poulas à la dent en guiso de pivan.
Coumo es dogou d’énormo taillo,
Et terrible en cas de bataillo,
Lou li levar serie courre dangier ;
Lou battre encaro mai, moustravo un gingivier
Soulidament ferrat. Et sièche per prudenço,
Sieche qu’èro lou chin d’un moussu poudérous,
Senso li far la mendro vioulenço
Li leissoun empourtar lou plat ]ou plus goustous.
Van si remettre à taoulo, ô quint excès d’ooudaço !
Lou can, mélingré gardo biasso,
Arribat de clignoun, s’attaquant eis renouas
Deis gats, rouigavo quaouqueis ouas.
Apéno es vis, dessus soun rable
Ploou de coous de bastouns. Lou paoure miserable
Pousso de quious à fendre leis cervèous,
Mai noun leis couars de seis laches bourrèous ;
Es ensuquat et chacun de n’en rire
Et lou chef d’oou lougis de dire,
En aquestou pays se trovo pas paysan,
Encar qu’un trouas de l’an la misèri l’aglage.
Que soun moussu sièche mounta d’un can.
Quu nourris tout acot ? un paou chaque meinage ;
Es vrai que quaouquo fés, luègo d’un trouas de pan
Rescountroun quaouque coou de triquo.
Que l’es acot ? pas ren. Messiers, quand va pourrem,
Féra coumo enqu’hui, leis assournem.
Et chacun d’aplooudir esten gent de sa eliquo.
Siam-ti riches, siam-ti puissants,
Poudem mandar leis crocs sur de millien de francs ;
Poudem soufflar lou meurtre et la guerro civilo ;
Pétoun pété qu’acot, siarn archi-innoucens,
Chacun nous fa cachièro et la cour et la villo,
Et trouvain, oou bésoun, un palai per asilo
Se dreisso d’échafaous que per leis paoureis gens.

Mais pour s’en tenir à la fable, Reymonenq la vêt en langue : sa graphie est celle de Raynouard, de Diouloufet, qui marque les s des pluriels, les r des infinitifs, les t des participes, les m de la première personne du pluriel, etc., sans crainte de ne pouvoir être suivi par le lecteur du village.
Paradoxe : l’entreprise de “ grande ” littérature à la Gourrier investit des normes graphiques patoisantes, l’entreprise familière et intimiste de Reymonenq s’habille en dignité étymologique.
Mais, quelles que soient leurs graphies, les deux entreprises toulonnaises ne pouvait guère toucher le publie qui lit, le publie bourgeois, qui de plus en plus n’aura d’autre souci que de préserver le langage de ses enfants de l’influence du provençal. En témoigne, par exemple, cet article du Toulonnais, journal “ juste-milieu ”, gouvernemental, (né d’une scission de L’Aviso) : en 1836, un magistrat aixois publie Le Manuel du Provençal ou les provençalismes corrigés, une des charges les plus dures contre la langue populaire. Le Toulonnais en rend ainsi compte le 10 février 1837 :

“ Savoir sa langue est une indispensable obligation. La mai parler, la prononcer incorrectement, alors même qu’on la sait, est un défaut insupportable. Le Provençal est français. Parle-t-il, prononce-t-il bien le français ? C’est une question que l’honnête homme plus poli, s’adressant à une réunion de provençaux, hésiterait à résoudre d’une manière affirmative...
D’où vient ce défaut, d’où émane cette difformité morale, si l’on peut ainsi s’exprimer, que l’on trouve parmi nous ? La cause en est sensible et évidente : c’est que, à côté, parallèlement à la langue française que le provençal doit nécessairement et bien savoir et bien parler, se trouve une autre langue qu’il est obligé de savoir et de parler aussi ; langue dans laquelle il a été élevé, qu’il a sucée pour ainsi dire avec le lait, dont il fait un usage habituel, et qu’il doit connaître sous peine de ne pouvoir soigner et surveiller ses affaires. Cette langue est l’idiome provençal, idiome plus ancien que le français, qui a fourni des ouvrages et des poésies charmantes avant que le français eût commencé à percer la coque qui l’enveloppait. ”
Il se félicite que dorénavant, un jeune homme qui se destine à la chaire, au barreau, à la médecine, etc., puisse disposer d’un ouvrage qui lui permette de parler français correetement, et aussi, pourquoi pas, “ le paysan, l’artisan et même le petit marchand, ceux-là qui lorsqu’ils veulent parler français ne peuvent absolument prononcer le j et le eh et qui disent Zé été au lieu de J’ai été, Sose pour chose... ”
C’est à ce tournant de 1835-37 que Thouron, désabusé, enfouit sa pulsion provençaliste de plaisir d’écriture dans un double refuge, très significatif :
— d’un côté, comme Reymonenq, le retour à la fable. Ainsi, Leis dous Garris, fablo imitado d’Horaço, 1835, qui met plaisamment en scène pour les Toulonnais la ville et sa proche campagne :

“ Un jour, su lei ramparts, un garri de la villo,
Fet counouissenço em’un garri deis champs,
Que su Faroun avié soun doumicilo,
Din lou traou de soun reire-grand.
Lou garri de Touloun ero un garri d’adresso,
Courtois, faro, d’un naturel
Ben que siguesse un muscadin,
Ero saven din soun espeço... ”, etc.
Plaisir de langue destiné aux proches. C’est encore à eux qu’il s’adresse, directement, dans la mise en scène de toute la magistrature de Toulon, dont Thouron se demandant ce qu’il est venu faire là, allant chasser le sanglier à Collobrières :

“ A très legos per dessus d’Hiero,
L’ia lou pays dé Coulloubrièro
Qué tiro sa prouspérita
Dé seis castagno et dé sei ta.
Dins aqueou pays li s’y casso
Et dé sangliers et dé bécasso ;
En respétan la coumpanié,
Aqui manquo pa dé fumié.
Coumo din touteis leis villagé
Fouaço meisoun an qu’un estagé.
Dé pouar qué si van prouména
Sé n’en vourez, aqui n’en a
Et pertout vous fan la cambetto
Dins dé carriero gaïre netto.
Quand ploou, saboun pa l’houro qu’es,
Car dé rélogé n’en a gés... ”

Récit picaresque de cette bande de notables aux prises avec les affres d’un séjour forcé dans la forêt des Maures, et recevant enfin l’hospitalité d’un homme des bois,
“ Un espeço dé Ginouvès,
Oou bout d’un paou fet soun intrado.
Dessus sa testo maou pignado
Avié ni bonnet ni capeou,
Et su sa camiso estraçado
Avié dé culoto dé péou.
Sa peitrino éro destapado
Ero négré coumo un carboun
Sa barbo éro longuo oun mentoun.
Avié lei cambo dévirado,
Et l’oourias près per un ménoun.
Ero ]ou gardaïré dé cabro... ”

Cette Casso eis Sangliers (1837, ici graphie de 1872), signe l’abandon des grandes ambitions de Thouron au profit d’une écriture minimaliste, assurée de la connivence des proches, mais sans ambitions de percée dans la société civile.
Aussi bien d’un autre côté, son poème Lou Meinagié (1836) signe dans la métaphore un repliement total en dehors de la société, de toute société, qui ne peut qu’être décevante. Le ménager est le paysan qui vit, bien, dans son exploitation isolée, en marge des gros villages urbanisés. Toute une littérature, en cette première moitié du siècle, le pare des vertus ancestrales et l’oppose à la corruption du villageois. Thouron réconcilie ici ses lectures classiques et son désir de quant à soi.

Lou Meinagié - 1836 - graphie de 1845 (Lou Bouil-Abaisso).
Felix qui propüs vitam transegit in arvis - Claudien - :

Luench doou bru de la villo et d’un mounde troumpur
Huroux lou meïnagié que counouï soun bouanhur !
tou meme, émé seis bras, soun magaou, soun araire,
Si facturo lou ben que l’a lei.9sa soun paire.
Es libré, soou enchuy ce que fara deman ;
Seis aoubrès, seis mayoous, soun planta de sa man.
L’aouro, fa de cabus, escuro uno figuiero,
Séquo, neissamo, menco, engarbeirouno l’icro.
Enserto un ooulivastre, acano un amendié,
L’esticou, l’hiver, oou champs es toujour matinié.
Boulego, soou que l’a ges de ben senso peno,
Et seloun la sesoun, planto, cueillo, sameno.
Dins l’houstaou qu’en mouren soun paire l’a douna,
L’es mouar soun reire-grand, et soun enfant l’es na.
Et dins lou meme bres qu’endourmié sa jouinesso,
L’enfant de soun enfant trégito à sa vieillesso,
Es soun peïrin, beleou lou veira marida,
D’oou men v’espero et Diou va li poou accourda.
Quand l’hiver es vengu rascourcha la journado,
Abro un fuech lou calen pende à la troou arnado.
Es aqui que presido ; à seis pichots enfans
Liege lou catachierme, et la vido deis sants
Et l’enseigno, en renden lou vici detestable,
La mouralo doou Diou qu’es na dins un estable.
Eis souins de soun meinage emplego tout soun temps.
A ni proucés, ni deoute, et s’endouarme counten.
D’aoutres, entandooumen, que l’ambitien tracasso
Quistoun uno favour, et gueiroun uno plaço.
L’un voou estre Prefet, un l’aoutre Députa,
Se ’huey es en favour, deman es rebuta,
Taou lou mespreso alors que li fasié cachiero
La paoureta es ingrato, et la richesso es fiero.
Souto lou ciel brulan d’un clima dangeirou
Per acampa l’argent que deou leis rendre hurous,
D’aoutres dessus la mar, affrountan la tempesto,
A la mouar, eis coumbats, van expousa sa testo :
Maï eou, per estre hurous, vanegeo pas tant luen
Et si nourris deis fruits qu’a cuilli dins soun ben.
Es vieil, maï es ravoï, eis beous jours de l’armado,
D’un bouan travailladou, fa encaro la journado,
Et dins lou gros doou caou un aoubre qu’a planta
Li proucuro soun oumbro et soun fruit per gousta ;
Mourra ; foou pieï mouri ! quand sa courso es finido
Mouore senso remord, es counten de sa vido.

4. Pelabon et Verniet, les deux facettes du théâtre.

C’est pendant l’épidémie de choléra de 1835 qu’un tout jeune ouvrier de l’arsenal, Louis Pelabon, se met à écrire en provençal, à la campagne où il s’est retiré dans la famille de sa femme. Il a déjà fait un petit essai en 1834 et y a pris goût. Il faut dire que Pelabon est le petit-fils de Etienne Pelabon, l’auteur du Groulié Bel Esprit.
Pelabon a 21 ans, et la vie ne lui a pas été facile. Quand il naît, le 8 février 1814, dans la populaire rue Bon-Pasteur, près des remparts de Besagne, son père est prisonnier sur les pontons anglais. La mère élève tant bien que mal les quatre enfants. Le père revient, la santé ruinée, reprendre son travail à l’arsenal. Il meurt alors que Louis n’a que huit ans. La famille connaît la misère. Louis fréquente quelque peu les écoles chrétiennes gratuites, il sait à peine lire et écrire quand il embarque à quatorze ans, pour gagner sa vie. Il découvre les mers du Sud, et des missionnaires lui font faire sa première communion à bord. Mais la dure vie de marin ne lui plaît pas, à dix-huit ans il a la possibilité de se faire embaucher à l’arsenal. Il passera le restant de sa vie dans l’immense voilerie, si différente des ateliers nouveaux du fer, de la mécanique, où un type nouveau d’ouvrier, et de militant, apparaît. Pelabon, lui, vit dans un milieu de travailleurs manuels ouverts au monde par leur métier et les circonstances, pour la plupart ayant navigué, mais fondamentalement conservateurs, prosaïques, plus que réalistes, prudents dans les grands moments de changement, peu enclins à suivre les plus engagés que leurs compagnons, pieux, et soucieux de l’amitié des notables. Pelabon n’a pas de révolte devant sa vie difficile, son auto-biographie de 1898 en témoigne. Plaisirs simples des temps de loisirs qu’il partage avec la masse des ouvriers de Toulon, la guinguette, les parties de campagne, les “ fooucados ” au bord de mer, suffisent à le rendre heureux. Mais aussi, et surtout, le plaisir d’écrire, dans la langue populaire, qui est aussi celle du grand-père prestigieux : ombre prégnante se substituant à celle du père absent. Pelabon ne se départira jamais de cette identification stimulante mais quelque peu écrasante.
Des présentations un peu rapides d’historiens reconnus ont pu montrer un Pelabon venant à l’écriture dans la mode française des poètes ouvriers des années 40, et passant au provençal devant l’échec de ses productions. Tout au contraire, c’est par le provençal qu’il a commencé. De 1835 à 1837, il publie, ce qui n’est pas peu alors pour un très modeste et très jeune ouvrier. “ Comédies en vers provençaux, jouées en sociétés d’amateurs ”, écrit-il dans son Bagage littéraire. C’est donc dans le cadre d’une sociabilité populaire bien affirmée (les groupes théâtraux et de chants choraux fleurissent alors en milieu ouvrier), et non en solitaire, que Pelabon fait ses débuts. Mais contre-courant - il s’en tient aux schémas confirmés à la Maniclo, voire à l’imitation des archaïques, mais populaires pièces de l’abbé Thobert, qui figuraient dans le répertoire des fêtes scolaires de fin d’année depuis le XVIlle. Alors que l’appétit de savoir et d’intégration des jeunes ouvriers les orientaient vers un répertoire moderne, et en français.
Sa première œuvre, Tranchet et Chrestino ou lou charivarin, si elle se passe dans une de ces vieilles rues de Besagne où vit Pélabon, n’évoque les ouvriers de l’arsenal que dans leurs mœurs d’un autre âge, “ sauvages ” : ce sont eux et leurs familles qui veulent déclencher le charivari que craint tant Tranchet, le savetier, veuf, qui veut épouser la fille de Commun, le calfat...
La pièce commence par une discussion entre Meste Tranchet, le savetier, et Meste Coumun, le calfat. Tranchet, en quatre mots, situe le calfat dans le double mépris de l’opinion commune, d’où son nom. il est sale et ignorant :

 Coumun mi vengues pas parla de toun éta,
De mestier tan salop, cresi que paou n’en a ;
Sabes pas BABC, sies presquo besti bruto...

Et il insiste scatologiquement un peu plus loin (les souvenirs du matelot Pélabon doivent l’y aider) :

A bord d’un bastiment, ce qu’es qu’un carafa,
Bouta siou pa entrepres dins uno tallo affaïre,
Moun luroun de fioou es à bord d’un soouraire !
Aqueou m’a dit souvent ce qu’es vouastreis amplois,
A naviga long-temps, ero robin des bois,
Counoui lou mouvanient, et s’es distingua, caspi !
Quand lou traou s’es tapa, n’es iou que lou destapi ?
Quand cridoun din lou bord “ Lou maîtro carafat
Lou trou s’y est rempli, il faut le déboussé ”,
Tout en rouminegeant anas prendre la barro.
A forço de poussa la mAo si desmarro,
Enfin, de coou que la lou canaou si vuiden
Avant qu’agues fini n’aves lou mourre plen.
Quand sias vingt su d’un pouan que travayas en masso
Semblas de croupatas dessus uno carcasso,
Doou roumadan que fes degun s’entende plus...

Tranchet veut épouser la fille de Commun, Christine. Et Commun, qui est d’accord, présente à sa fille le tableau du savetier endimanché :
Lou deminche es poudra coumo un beou négouciant,
A l’habit su l’esquino, et la canno à la man,
Pouarto pas de souliés, es toujours cooussa en botto,
Fa, senso si soula, sa pichouno ribotto,
Gagno quatre coou maï qu’un mestre courdounié
Ren qu’à ressemela de ravan de soulié.

Le petit jeu de l’affrontement railleur entre voisins de professions différentes fait partie du registre traditionnel de la plaisanterie populaire. Pélabon ne le dépasse guère : aucune allusion par exemple à la dure grève des ouvriers cordonniers de Toulon en 1833. Chacun reste défini par son métier, dans son nom même : “ estat ” dit la langue. Tout au plus, quelques mots dans la bouche de Tranchet lorsqu’il voit que ses plaisanteries commencent à échauffer celui qu’il voudrait bien pour beau-père :

Leis hommes d’ooujourd’hui si plaïsoun ren qu’à rire
Lou tiers contro lou quart serquo qu’à si terni,
Oou countrari, durian touti si manteni,
et principalament lei gens de nouastro classo.
Jean es jaloux de Paul se vis qu’ague uno plaço.
Lei riches soun pus fin, saboun si remaurqua,
Lou paoure s’abandouno et si laïsso blouqua,
Se per bounhur su cent quauqu’un fa soun affaïre,
D’abord eis malhuroux li vias vira lou caïre,
Regardo plus aqueou que l’a presta sies francs
Souvent per acheta la pesado de pan. ”

D’un mot, l’opposition burlesque des deux métiers est effacée, et l’interrogation qui suit de Commun sur les temps nouveaux, ("Li coumpreni plus ren oou moundé qué sian aro"), est concrétisée d’un mot par l’évocation de cette apparition de la vapeur dont les techniques vont révolutionner l’Arsenal, et y introduire de nouvelles mentalités :
"L’aoutre jour patroun Jean eme soun gros eissaougo
vougue s’enmarina, s’enfangue dedin l’aougo
Et puis, per s’en leva li fouguet un vapour..".
(Les premiers apparaissent à Toulon en 1829.)

Tranchet n’est pas des plus jeunes. “ Vous n’en dariou’cinquanto ”, lui dit Crestino. “ Es vrai, répond Tranchet, su moun trent’un m’en dounoun que cinquanto. ” Crestino a 25 ans et il est grand temps qu’elle se marie. Crestino vit seule avec son père veuf. On retrouve là le schéma traditionnel. Mais ici sans la moindre passion chez les amoureux, du bon sens. Crestino est un peu fatiguée de voire son père qui ne se tue pas au travail et boit un peu trop : “ MaÏ ben souvent d’ountes charro maï qu’à soun tour,
L’aribo quaouqueis fes, et quand es en goguetto,
A parti lou matin, reven à la retraito,
E maï de quatre mous reven eme lou gat... ”

Tranchet n’a plus envie de vivre seul. Quand le mariage est proclamé, il chante :
“ Viviou soulé coumo rato-penado,
En mi couchant eri sot coume un bled
Aro toueis dons, oou bout de la journado
Souparen ben, si coucharen caoudet ”.

Mais le couple n’ose pas se décider par peur du charivari, bien vivace alors dans les milieux populaires, qui sanctionnait les mariages entre conjoints d’âge très différents, ou les remariages. C’est la seule occasion pour Pélabon d’évoquer les ouvriers de l’Arsenal...
Quand l’arsenaou s’en melo,
Que lou soir entendes touto aquello sequélo,
Vous cantoun vingt couplets, vous cornoun de cansouns,
Que fan parla lei fremos et rire lei garçouns.
Aquo craignoun degun, ni piquet ni patrouyo,
De li pensa, ma foi, lou ventre mi gargouyo... ” dit Tranchet.
Tranchet place son opposition au charivari sur le plan de la lutte contre les préjugés :
“ La musiquo es ben aoutro, et lou soun doou viouloun
Es bessaï preferable oou boucan d’un chaoudroun.
Soun de sots, de gougeats leis gens que se n’en meloun...
Aqueou viei pre. jugea foou lou deracina / ”.

Mais, une fois résolu au mariage, il faudra faire face : Coumun prépare la contre-offensive :
“ Se lou charivarin va ti troubla l’esprit,
Anen, ti troubles pas, leis soouren faïre courre,
Din lou portégué, noun li mettran pas lou mourré,
A grosseis passares lei faren descassa ”.

Tout le monde parle provençal -dans la pièce, tout le monde, c’est-à-dire ces Français un peu particuliers dont le seul personnage qui ne parle que français, un Dauphinois qui vient d’arriver, dit, apprenant la menace de charivari : “ mais le français est donc encor moitié sauvage ! ”.
Cependant, Crestino est capable de pratiquer un peu le français quand le monsieur dauphinois se présente. Tranchet aussi, mais pas spontanément : il faut que M. Printemps lui dise : “ Vous ne parlez pas clair, je ne vous comprends pas ”, pour qu’il passe au français. Les “ charivariseurs ”, dissuadés par la promesse d’un bon repas, s’adressent en provençal au couple et à ses amis, mais essayent aussi de parler français pour être compris de “ l’étranger ”, comme l’écrit Pélabon. Il n’y a donc pas de conflit linguistique. Chacun fait de son mieux pour utiliser le français, mais seulement par rapport à un francophone naturel.

Dans Magaou et Canoro vo lou proucès doou pouar, “ la scène se passe à la campagne, aux environs de Toulon ”. C’est là, près de Sollies, que Pélabon écrit, en effet, alors que le choléra vide Toulon. Le thème, surannée et désamorcé, reprend directement un thème de l’Abbé Thobert, si souvent joué dans les fêtes scolaires : Magaou et Mesté Jean, paysans, s’opposent à Canoro, ancien médecin, dont l’âne est particulièrement agressif. L’aristocrate hautain, le paysan borné, le jeu répétitif sur la fixation à l’animal favori, la mécanique du procès... Autant de stéréotypes de l’imaginaire populaire que Pélabon reprend mécaniquement. La péjoration du personnage de Canoro n’entraÎne pas pour autant la valorisation de celui de Magaou. Les liens familiaux, le vague humanisme égalitariste de Pélabon (qu’il manifestera en 1848), ne suffisent pas à engendrer chez lui un unanimisme
populaire : le monde paysan lui reste étranger, et son “ parler ” devient élément comique, dans la distance prise.

Magaou : “ A ségu quaquest an ne faren pa caturo,
Aviou jamai tant vis varia la naturo ;
Oouriou juga sies francs ooumen de racorta,
A va mettré hen bas dougé cargo de hla.
Bessai pagarai pa lou fumié, la semenço
Tua-vous à travailla per taro recourupenço,
Lei pesez, lei fayoou tout es esta néga :
La plueyo et lou vent va na tout abréga.
Crési que lou bouan Diou a lacha la soupapo
Na fa coumo’un veisseou quan navego à la capo.
Lavié maï de dés an qu’avié pa tant ploougu,
Passavian pa jour fran toujou n’aven agu,
jugeas un paou s’aquo pourririé pa lou diable,
Quand nous foou lou souleou... 0 es ahouminable !
Vouari quitta, magaou, lou bechar, leissadoun,
Et fouira qu voudra, coumo justo resoun,
[...]
Alor siou arrouina, foou que vendi lou pouar ;
Car, sé m’en défasiou sérié ben contro couar.
La prochi dé cinq ans qu’aquélo créaturo
Es dedin soun poussiou qué la passo pa duro. ”

Cependant, "Dien que lou Cholera qu lou voou pa lou trovo / ... / Dien que lou Choléra ven d’aganta Touroun ” annonce le voisin, maître Jean, qui veut acheter le porc. Mais l’âne de Canoro, un ancien médecin méprisant, blesse mortellement le porc d’une ruade. Canoro est ulcéré d’être appelé devant le juge de paix :
Vagoun mounté voudran, veiren sé siou pas mestré
Dé leissa ana moun aï mounté iou pouadi estré,
En parlan de justici crésoun de mi fa poou,
Aco sérié pouri qu’un moussu coumo foou
Dé dons sots ignouren crégnessé lei ménaço,
Serié cé que si dis à destitra ma raço,
Crés bessai de parla a n’un peysan coumo eou,
Et soun coulégo ooussi qué m’a di mangeo peou,

Magaou veut faire soigner son porc par un médecin, et, s’il meurt, lui donner une tombe au cimetière...
Mesté Jean :
Vouas coumpara leis hommé à la raço deis pouar,
Counvèni émé ion qu’aco es un paou fouar.

Magaou : Ai entendu counia, per moun pèro et per d’aoutré,
Que lou dédin doou pouar èro fa coumo naoutré,
Marcho dé quatré peds, sabi qu’es différen
Maï, quoiqu’aco d’aqui li duven quooucaren.
D’abord, eou nous fournis la viando la pu bouano,
Mangeas jusqu’à la peou que li disoun la couano,
Deis cambos dé darnié s’en fa leis dons jambouns,
Si dégayo pas ren jusquo lei sabatoun,
S’en retiro aussi lou lard et la ventresco
Qué s’en fa dé ragous émé lei favo fresco.
Puis, émé quaouqueis sébo mélado émé lou sang,
Fés d’aquelli boudin qué dien de barracan.
Puis, l’a lou sooussisso, l’andouyo, la gayetto,
Qué va trovi miou qué vouastri coustelletto,
N’en rétiras aussi lou froumagé dé pouar,
Qué si gotisto tré ben émé quaouqui reifouar.
Encaro, diou pas tout, et aquéli sooussissos,
Frégido à la sartan émé quatré cloouvissos,
Fés dé répas charmans, dinas coumo dé Diou.
Ooublidi cooucaren, ô vé qué sabi iou,
Emé sei crins ooussi s’en fa de belli brosso,

Au tribunal, Magaou parle provençal et Canoro le mauvais français des parvenus :
“ Est-il possible, Dieu, mé voir oou tribunal,
Réquété tout dé bon per un sot animal,
Vous n’avez pas respé d’un hommo dé moun azo
On ne croira zamais ça dédan moun villazo... ”.

Il est condamné, et Magaou chante :
0 moun beou pouar ti veïrai plus
Qué toun poussiou va sembla tristé,
T’an entarra tout nus et crus,
Toun patroun soi-disant t’assiste.
Despuis lou jour qu’as trespassa
Sies grava dedin ma mémoiro.
Vengué l’argent qu’aï despensa,
Aqui lou miou dé l’histoiro.

Vitor et Madalon, dernière comédie de Pelabon, marque la fin de cette brève période créatrice, en 1837 : le thème, repris du Groulié grand-paternel, est éculé. Victor aime Madeloun, mais Meste Jeansaou, père de la jeune fille, veut lui faire épouser Moussu Fabreguo, une vieille connaissance : “ Es un qu’erian ensen eis preisoun d’Anglotearro ”. Fabreguo assurera la sécurité : “ es un homme souret, viou que de sa pensien ”. Mais évidemment Madaloun n’en veut faire qu’à sa tête :
“ Aco, s’an lou bonheur d’aganta la quienzeno,
Que sentoun tout d’un coou lou nas plus morvelous
Quittoun leou la thité per prendre l’amourous,
Et per lei gouverna vous fan courre bourrido.
Li foudrié, coumo d’aï, leis teni pear la brido. ”

Fabrego promet monts et merveilles à la jeune fille, qui ne s’en laisse pas compter. Furieux, il va décider le père à hâter le mariage. Les deux jeunes gens décident alors de forcer la main de Mestre Jeansaou. A cet égard, la pièce est bon témoignage des mœurs populaires, c’est la fille qui “ vole ” le garçon, devant témoins. “ Es la fillo toujours que raoubo lou garçoun ”, dit Bouquin, l’ami de Victor. La chose est vite faite : Bouquin revient avec trois inconnus
Bouquin : Mi vaqui de retour, bouta, n’agues pas poou.
Vitor :
Poudian pas mies toumba, sies l’hommo que nous foou ;
Bé ! veguent, Madaloun, perdes pas lou courage
Es à tu de parla, se vouas que fen vouyage.

Madaloun : Messiès, sias ben temouin coummo raoubi moussu.

Bouquin à Madaloun : N’aves deja proun dit.

à Victor : Li pouas compta dessu.

Aux trois témoins - Messiès, vous reinerciou, toutaros’anan veïre
Leissa nous un moument. (les trois inconnus sortent). ”

Le père, furieux, puis calmé, n’a plus qu’à accepter le mariage pour éviter le déshonneur.

4. Pelabon et Verniet, les deux facettes du théâtre.

En 1840, le tout-Toulon libéral intellectuel, d’Aurel à Letuaire, de Gourrier à Coste le peintre, souscrit à une petite publication sans prétentions : Lou Théatré de Bézagno, vo l’assemblado deis amatours, comédie en deux actes en vers français et provençaux, par M. Aldebert Verniet, souffleur au théâtre de Toulon, représentée à Toulon le 11 Avril 1840. (Pièce qu’il ne faut pas confondre avec le fameux Théâtre de Besagne créé par Senes, dit la Sinse, après 1870. Mais en 1840 Senes n’a que 13 ans.)
La pièce témoigne d’un véritable amour du théâtre plus exactement du plaisir de jouer, qui relève d’une pratique d’acteur. Elle met en scène la répétition d’une société d’amateurs, dans un vieil appartement de la rue des Mûriers, au quatrième étage. C’est un véritable document sur ces sociétés qui fleurissent en milieu populaire et petit-bourgeois, au point que certaines concurrençaient le théâtre officiel de la ville. Letuaire en parle dans ses Mémoires, et c’est lui qui illustre la couverture de la publication (c’est également la couverture de notre ouvrage) .
Ici sont en répétition un pharmacien, doyen de la société, un calfat, Rossignolé, un chapelier, Jolicuor, des commis de négociants, Marcellus et Gambetto, un boulanger, la Pasto, un maçon, la Tiblo, un maître d’école, Papa Trefflo, un fondeur, l’Amour, etc. Tout ce petit monde parle, crie, se bat, se réconcilie en provençal, sauf peutêtre l’Amour qui, en bon ouvrier du métal, parle surtout français (est-il nouveau venu mal intégré, comme la plupart des hommes du métal, ou gagné à leurs façons de parler ?), et naturellement le maître d’école, auquel le français échappe. Mais c’est la “ grande tragédie d’Othello ” que l’on monte, en français naturellement, dans un but philantropique comme il était de règle dans les sociétés d’amateurs.
Bon témoignage, comme dans les Mémoires de Gelu, sur cette fascination du répertoire français dans la jeunesse provençale.
Verniet prend donc dans le piège de son miroir le travail des amateurs en répétition : le provençal réinvestit une scène dont le français le chasse. La langue de la vie quotidienne supporte cette répétition tragi-comique que vient interrompre la poissonnière, Misé Crebo-Couar, (un rôle d’homme évidemment), plus que fatiguée du bruit et des dégâts que font ces voisins encombrants.
La sociologie des souscripteurs (enseignants, employés, commerçants, quelques ouvriers) donne une image de ce milieu-charnière dans lequel l’auteur peut trouver un écho. A notre connaissance, cette pièce est la seule à jouer ainsi, intelligemment, sur la dialectique des langues.
La pièce commence par une mise en place alerte des acteurs, et au jeu du théâtre dans le théâtre :
(Le théâtre représente un salon, un banc croise la porte du fond, un cabinet peint sur papier est sur la gauche de l’acteur. Deux lampions non allumés sont sur les côtés latéraux de l’avant-scène, et Rossignole est embarrassé d’un autre banc au moment où la toile se lève, le théâtre va s’éclairant.)

Rossignolé, un peu ivre :
Eh ben, é ben ! qué soou cé qué faran
Beissas la télo doune ! oh ! toujour l’issaran
Beissa là ! oh ! jamaï.

La Pasto, paraissant la tête de la 1ère coulisse de droite :
Qu fa tant lou bramaïre ?

L’amour, de même de la 1’’ de gauche qué là ?

La Tiblo, de même de la 2ème, de droite :
qué là ?

Marcellus, de même de la 2eme de gauche
qué là ? qu’ès aco ?

Rossignolé, à ceux des coulisses :
Foou pas faïre L’announço qué sabès ?

Tous ceux des coulisses : si

Ressignolé :
é qu la fara ?
Jolicuor ès sorti, a dit de l’espèra,
Pouden ben l’espéra encaro uno briguetto
Maï noun, tiroun toujour !

(Jolicuor chante dans les coulisses, une valse très courte que le violon exécute) - (à Cambetto :)
VaÏ lou cearqua, Cambetto, (aux autres) :
L’entendès ? ès aqui. Courrès, despacha-vous ; (il fait sortir Cambetto par le fond et les autres qu’il pousse)
E cé voou pas véni, poussa lou, poussa lou !

Jolicuor, derrière la porte du fond :
Li vaou, brayès pas tant, lia un’houro qué téntendi.

(Les autres le battent en la forçant d’entrer)

Eh ! piqués pas toujour... houi haï ! moun diou ! mi rendi,
Mi rendi, voou intra.

Ceux qui étaient aux coulisses =
faï léou, despacho-ti.

Jolicuor : ben, li vaou, vous diou.

Rossignole : (s’asseyant sur un banc devant le cabinet) :
Es aqui, ès aqui.

Jolicuor, une petite écharpe au bras, il entre en faisant tomber le banc et en tombant lui-même :
Bon ! sembla fach’exprès ! digomi ço-quo presso
Dé mi fa ficha oou soou péar announça la péço.
Qu’a mes lou ban aqui ? Mi siou pas ren douta
Maï v’aguessi sachut li poudié ben resta.

(ne pouvant se dresser) :

0 Diou, n’en pouadi plus ! é quand mêmé crébessi
Ti boulégariès pas jusquo que mi lévessi,
Digo, Rossignolé, douarmés ? Mi fas guma
Rossignolé, siès mouar ?

Rossîguolé, toujours assis, froidement Mi parlés ? M’as parla ?

Jolicuor, avec menace - cé l’aï parla

[La pièce ne se prête vraiment pas aux morceaux choisis, c’est une pièce de mouvement, de cri, de tumulte, proche de la comédie à l’italienne, qui renvoie au publie son portrait outré et complice.

Voici comment Misé Crébo-Couar juge tout ce tumulte

Elle rentre dans l’appartement des Amateurs :

Es ben eiço d’eiçi ? M’an dit qué lou thiâtré
Ero oou quatrième cous n’en aï ben mounta quatré
M’an dit qué li veiriou aquéleis amatour
Qué troubloun lou répaou é la nuech é lou jour,
Aï pas péardu dé ten, mi siou léou despachado,
Emoco lia degun ? bessaï mi siou troumpado.
O vé, qué vous diraï, lia ren dé pu marri
Qu’aquéli coumédien fan un charivari !
Patra trin ! pata tra ! é tant qué lou jour duro
Entendès un bousin, fa frémi la naturo !
M’empachoun dé dormi, faou ren qué ressoouta,
Huey ! qu’un maran dé diou lei pousquéssé emporta
A grand coou dé marteou mi traouquoun la murayo,
O vé, crésé va vous, ès ren qué dé canayo... ”

Beaucoup plus prosaïquement, la presse de Toulon a pris son parti raisonnable du statut du provençal. Certes, elle publie à l’occasion un texte de Pélabon ou ’Alexandre. Poncy, mais il est significatif que la première apparition du provençal dans le Toulonnais, par exemple, ait été pour ironiser sur le “ passares ”, (on jette par la fenêtre les contenus des pots de chambre, en criant “ passa res ”, il ne passe rien, personne) et les tentatives municipales de salubrité. Si le français peut, dans le fantasme de l’assimilation culturelle, élever l’ouvrier toulonnais vers l’Hélicon, comme dit Pélabon, la colline des Muses, le provençal le renvoie à sa merde quotidienne. Charles Poncy dénonce d’ailleurs la saleté, l’arriération, l’étouffement du Vieux Toulon. La “ toupine ” fait partie de l’inconscient du tour de la rade, et elle connote beaucoup plus le vieux langage que les cigales ensoleillées des félibres à venir.

Le Toulonnais - 26 janvier 1840

Passarès Inspetour :

Lou paouré passarès, la glori de Touroun
Qu’ero coumo sabes un couiffur dé renoun,
Que longtemps ei passan fagué fouasse escooufestré,
Ajustan lei toupé souven de man de mestre ;
Aqueou paouré mesquin n’avié gairé d’oustaou,
De poou dé la poulisse anavo à l’espitaou.
Cependan li venguet uno buano pensado,
E coumo aïmavo fouar l’ooudour de la muscado
Intriguet, faguet tant qué per coumpassien,
Agantet su lei... la haouto inspectien,
A luego d’estre adaou, marchet din la carriéro,
Dérnié lou carrétoun per vuida la pechiero,
Oourié fougu lou veiré émé sa gravita
Qué dénoutavo en eou l’homé dé qualita.
Proucédavo émé pés, routié din la matiero
Eou qu’ooutrifeis oourié bruta la villo entiero,
Parlavo dé prouces per d’aigo de saboun
Qu’un jou viguet jitta doou cous d’uno meïsoun.
Venié coumo un tyran fouar dé soun toumbareou,
Dins l’oustaou l’a des... qué vengoun oou puleou
Mi véja sei produi, remplissés la vuidanso.
Din, din, aleouja vous, sourageas voustro panso.
Coumo din vouastr’oustaou cadun es coustipa
... Vé Moussu Passarés un moumen dé patienso,
Aï l’homé su lou po que poou plus acaba,
Demando chaqué jou qué l’ensignés la scienso
De va faire a prepaou é quan duvés passa.
Sacrabieu foou parti, degun pouadi espera,
Pouriou din tou lou jou fairé a pene qu’un viagé ...
Va vouren pa counfi, va mettren oou passagé...
 Se jittas pagarés, d’ordre nouveou séra...
Iou lou ventré de l’homé es coum’un parlamen,
Fa que rena sans cesso et f... a ton moumen...
Vé Moussu Passarés ma frumo n’es en coucho...
Tenez oousé moun fiou per pa perdre lou ten
Din sei braillo lou pouar ven dé fairé un presen
Vé Moussu Passarés di bouan couar lou rendi,
Vou lou dormi gratis es pas yeou que va vendi.
Vou felicitarai d’aqueou nouveou mestié ;
Despui que n’aven pu nouastreis escoubiié
Dedin nouestrei maÏsoun sentén la ginouflado
Din lei carriero enfin remarquan la poumado,
Pouden senso menti dire émé verita
Que viven chaqué jou din la maou propreta.
Digo mi coumo vai qu’em’aquestou délugi
Qu’oourian dégu neda béleou coumo de mugi,
Vian plus d’aigo veni per neiteja Touroun,
Et leissoun la brutissi afin d’ave resoun.
Esté pu bru qu’avan, a rougna lei minablé
Contraria cadun es un travaï pendablé.
E se van afferma per que siguen courous
Lou mairo aquesto coou a vis encaro fous.
Degun m’ooubligera de garda la pu fino,
Quan l’aigo passara vegearraï la toupino
Vo ben per toun desser li t’anarraï pourta
Adiou doun Passarés m’as que troou empesta.

SUITE : Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise 5. Les poètes ouvriers des premières années 1840

Notes

[1Groupe de recherche action sur l’identité des habitants de la Seyne sur mer

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP