La Seyne sur Mer

Accueil > Langue d’Oc, études. > Oc. Auteurs, érudits > Delavoët

Delavoët

mardi 31 mars 2020, par René MERLE

"Elles e N’autrei, cronica. Mort d’un poèta. Delavoët. Tr’òc, Tribuna de Rescòntres Ocitanistas},Novembre 1991.
Dins l’acarament França - Occitania, “Elei e N’autrei” son pas totjorn monte si crei. Ansin, dins doas paginas bèlas dedicadas a Delavouët, poëta provençau, que ven de morir.

Paginas escrichas per de Provençaus que si reclaman de l’occitanisme. Una “en cò nòstre”, dins Aquò d’Aquí, per “N’autrei”. L’autre a Paris e per França tota, dins Les Lettres françaises. Per “Elei” o per “Elei e N’autrei” ?
Dins Aquò d’Aquí, A.Barthelemy rapèla que Delavoët, que causiguèt lo provençau, èra de Marselha monte si parla plus provençau. “La métropòli d’una Occitania que trantalha dempuei vonge siecles dins la sornura resta encara un centre avugle. Aquelei que pòrton la paraula de son pòple la dien pas sus lei plaças publias, òucupadas per de discors e de debats estrangiers. Es dins sei campanhas e dins sei montanhas que nos fau anar la querre, per la metre mai au mitan de nòstra vida”. Alien. “Elei” son dins çò que sonaviam “N’autrei” (lei Provençaus), zombifiats per lo francés, sa cultura e sa politica. Se “Elei” es desenant lei gents d’aicí, lo monde “normau”, “N’autrei” deven la pichòta chorma deis elegits, acarada ais ultimas occitanofònas naturaus. Delà dau dire dau poëta, es sa causida de lenga que testimonia e que pivela. Lenga d’un pòple-treva, que lei elegits marcats dau det de Dieu sauran destraucar, amaugrat leis intellectuaus aparisenquits e lei proletaris que, cadun va saup, an gès de patria. Elegits que saupran téner discors e debats “nautrei”. Lo luec de la reconeissénça dau poëta (e dau critica) es la veritat esconduda, e nacionalitaria, de la lenga.
Dins Les Lettres françaises, per J.Y Casanòva au contrari : “la poésie de Delavouët ne témoigne pas. Elle existe dans sa forme obsessionnelle, son onirisme fluvial et végétal. Les hommes sont au cœur de la tourmente, mais ils ne peuvent en être les maîtres, ils se contentent de contempler un monde qui ne leur obéit pas et de puiser dans ces rares instants un souvenir, une image qui les aidera à se tenir debout, partagés entre l’angoisse et l’abandon. C’est dans le vers même, dans la structure que l’on peut reconnaître l’errance du monde. /.../ Le monde est ainsi clos, partant des mots et retournant aux figures des éléments qui en déterminent les chemins. Boucle irréelle de la poésie”. Lei legeires dei L.F , que son pas totei occitans, saupran quand meme, mencion iniciala, que Delavoët èra “poète d’Oc” mai qu’èra pas “le poète d’une terre, de cette Provence qui l’a souvent “récupéré”, arrangé à toutes les sauces”. De segur, basta de legir Prouvènço d’aro per comprendre ce que vòu dire J.Y.Casanòva. Aicí “N’autrei” es plus lei Provençaus. Es leis Elegits, poëtas e criticas, que prepausan a França tota e au monde veritat universala dins la lenga d’òc, lenga de degun. “Elei” es lo pòple dei non-iniciats, dei prosaïcas, e mai que mai aquelei que se reclaman d’una veritat nacionalitària e ideologica de la lenga d’òc. Lo luec de la reconeissença dau poëta (e dau critica) es la veritat culturala universala, concretament francesa e parisenca. Rapelèm-si de Mistral e de Lamartine.
Ansin es revirat lo pareu “Elei - N’autrei”. Mai totjorn entre Caribde e Scilla.
Renat MERLE

3 Messages

  • Delavoët Le 31 mars à 15:21, par Anne Congès

    Heureuse de te retrouver, René ! Et sans pub, c’est encore mieux.
    Pas sûre d’avoir tout compris dans cet article qui date de 30 ans, déjà, et qui me semble assez polémique ; mais aujourd’hui, toi, comment le vois-tu, Delavouët ?

    Répondre à ce message

  • Delavoët Le 2 avril à 20:23, par René MERLE

    Bonjour Anne, je lis ton message avec quelques jours de retard, et je vais essayer d’ici peu de te répondre de manière circonstanciée.
    En attendant, moi aussi, content de te retrouver.
    Je vous espère en forme au grand air...
    Lo poton,
    renat

    Répondre à ce message

    • Delavoët Le 4 avril à 16:49, par René MERLE

      Anne, comme promis, un mot sur Delavoët. Quand il y a bien longtemps j’en ai parlé sur Tr’Oc, c’était d’abord pour signifier que le petit groupe d’occitanises que nous étions n’étions pas des sectaires, et que nous n’étions pas indifférents à la grande poésie provençale de Delavoët et de Sully André Peyre, bien que l’idéologie de ces auteurs n’était pas la notre, bien que des mistraliens sectaires voulaient nous dénier le droit d’entrer dans ce sanctuaire sacré. Aujourd’hui que ces querelles s’éteignent quelque peu, et la patience de l’âge étant venue, je trouve le même plaisir à me plonger dans la langue et le lyrisme intime ou épique de Delavoët.
      Comme il l’écrivait :
      "Fau un vieil bos à l’aubre pèr flouri,
      faut pèr renaisse un jour d’abord mouri !"

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP